Affrontez sans angoisse votre tout premier entretien

Publié le 01 mai 2006 Cédric Morin

Palpitations cardiaques, crampes musculaires, mains moites, bouffées de chaleur, jambes molles : ce sont les symptômes du plus affreux des tracs. Rien d'insurmontable à condition de maîtriser quelques techniques de décontraction expresses.

 

Respirez autrement

Il existe de nombreuses astuces respiratoires pour évacuer son stress de dernière minute. Certaines, comme le cri primal, s'avèrent malheureusement peu adaptées à la situation : face à un mur, il s'agit de faire le vide dans sa tête avant de hurler de toutes ses forces jusqu'à son dernier brin de souffle. À proscrire donc, à moins qu'un échangeur d'autoroute, de métro, ou une voie de chemin de fer ne vous tombe sous la main à cinq minutes de l'entretien.
Préférez plutôt la respiration « ventrale » : une technique discrète à pratiquer dans la salle d'attente dès que vous sentez votre nervosité monter. C'est un truc utilisé par les profs avant d'affronter une classe difficile, les avocats avant une plaidoirie ou tout autre grand habitué des prestations orales. Il permet de régulariser son rythme cardiaque, de faire baisser la pression artérielle, tout en détendant les muscles. Si vous préférez, faites un tour aux toilettes pour vous isoler, ce sera plus discret et votre concentration y gagnera.

 

 

Savoir respirer... par le ventre

Passer d'une respiration « haute » à une respiration « basse » fait un bien fou en cas de tension. L'exercice consiste à prendre une profonde inspiration qui part du « ventre ». Si vous êtes assis, calez-vous au fond de la chaise et maintenez le dos droit mais sans tension. Idem si vous êtes debout : écartez légèrement les pieds, tenez-vous droit mais sans forcer.

 

Ensuite, fermez les yeux, posez une main sur le ventre et l'autre sur le front (ou sur la poitrine si vous préférez). Inspirez profondément par le nez en gonflant le ventre. Complétez votre inspiration par une inspiration thoracique sans bouger les épaules. Quand vous avez atteint votre capacité maximale, expirez tout doucement par la bouche en gonflant le ventre. Répétez plusieurs fois cet exercice avant d'attaquer l'entretien. En inspirant, vous repoussez la main posée sur votre ventre. Petit à petit, vous sentirez se desserrer ce nœud qui vous comprimait le ventre.

 

 

 

Extrait du Guide de l'entretien d'embauche, de Cédric Morin, Groupe Express Editions, collection cadremploi.fr.

Cédric Morin
Cédric Morin

Vous aimerez aussi :