Cinq points clés pour réussir un entretien par webcam ou par téléphone

Publié le 11 août 2011 Sylvie Laidet

Vous êtes en vacances et... en recherche active d'emploi ? Si un recruteur vous appelle en plein mois d'août, plage ou pas plage, il faudra être dispo. Et prêt, si nécessaire, à lui proposer de passer un entretien d'embauche à distance, par téléphone ou par webcams interposées. Tous nos conseils pour réussir votre entretien virtuel.

Le décor idéal pour un entretien d'embauche à distance

Qu'il s'agisse d'un entretien par téléphone ou par vidéo, choisissez un endroit calme qui ne sera pas pollué par les allées et venues des uns et des autres. Et surtout pas par les cris de la marmaille lancée dans un « chat-sardine » dans le salon de la maison de vacances. Coté technique, vérifiez les batteries de vos téléphones et ordinateurs portables et la qualité du réseau. Par webcam, veillez également au rangement de pièce apparaissant en fond et adoptez un look de candidat et non de vacancier mal rasé. Lors de l'entretien, regardez la caméra et pas ailleurs. Dernière astuce logistique, vous pouvez éventuellement coller quelques post-it anti-sèche sur le bord de votre écran.

Se voit-on poser les mêmes questions lors d'un entretien virtuel ?

Le déroulé de l'échange est quasi identique. « On commence par qualifier des critères objectifs - candidat toujours en recherche active, localisation, type de poste visé et niveau de rémunération - avant de passer à la validation du parcours et aux motivations du candidat », détaille Cédric Robin,président de Selexens, cabinet spécialisé dans le recrutement à distance. « Les questions sont souvent plus pointues et concrètes car le recruteur n'est pas pollué par le visu et la gestuelle du candidat. Sa capacité à rebondir est plus grande, son écoute plus active et il recherche des faits précis », ajoute-t-il.

Quelles sont les bonnes attitudes ?

Restez concentré durant tout l'entretien qui dure entre une demi-heure (profil junior) et 45 minutes (candidat plus expérimenté). On vous le répète souvent, l'enthousiasme s'entend au téléphone, donc souriez (surtout si vous êtes filmé). Acceptez les « silences » du recruteur. « Au téléphone, les blancs sont compliqués à gérer par le candidat qui a alors tendance à lancer des « allo, allo ». Or, le recruteur est tout simplement entrain de prendre des notes et/ou de réfléchir à la question suivante. Donc patientez sans rien dire, ne le pressez pas », conseille Cédric Robin.

Et les erreurs à ne pas commettre ?

Couper la parole au recruteur. « De même que les silences, le candidat doit respecter les phrases. Il doit laisser son interlocuteur aller au bout de ses questions et remarques. Au téléphone, rien de pire que deux personnes parlant en même temps ». A l'inverse, se contenter de répondre aux questions du recruteur serait aussi un écueil. Il faut habilement, lors des temps de pause et au moment qui vous semble opportun, chercher à en savoir plus sur l'entreprise et le poste proposé. « Comme en face à face, les candidats doivent se renseigner et noter les réponses », insiste Cédric Robin.

Au soleil sang-froid garder

Enfin, il s'agit de ne pas se laisser distraire par l'environnement extérieur, parfois imprévisible, et de garder son aplomb. Par exemple si un ami fait irruption dans votre univers professionnel méticuleusement recréé pour vous faire lire la Une d'un tabloïd. Allez, pas d'inquiétude, le recruteur sait bien que vous faites vu le contexte tout votre possible.

Sylvie Laidet @ Cadremploi.fr

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Au quotidien, Sylvie Laidet, journaliste indépendante, réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de ses sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :