1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. Entretien d'embauche >
  5. Comment les recruteurs évaluent votre motivation en entretien d'embauche

Comment les recruteurs évaluent votre motivation en entretien d'embauche

comment-les-recruteurs-evaluent-votre-motivation-en-entretien-dembauche

Sylvie Laidet

Il ne suffit pas d’avoir un parcours académique brillant et/ ou de solides expériences professionnelles pour convaincre un recruteur. Il faut être ultra-motivé et savoir le transmettre. Conseils d’experts.

1 - En estimant votre connaissance du poste proposé

Il s’agit là de démontrer que vous avez travaillé « la cible ». « Le candidat motivé aura réfléchi à la manière dont il va pouvoir transposer ses compétences dans le job proposé », illustre Véronique Benavent, consultante en talent management. Il cherchera aussi à savoir qui compose l’équipe, quels sont les profils des différents membres, leur ancienneté. Il interrogera également le recruteur sur la stratégie de l’entreprise, par exemple pour contrer la dernière innovation du principal concurrent. « Toutes ces questions permettent au recruteur d’apprécier la motivation du candidat dans le poste à pourvoir », précise Wilhem Laligant , DG de Randstad Exécutive, vice-président du Syntec Conseil en recrutement. Cela montre que vous ne postulez pas dans cette entreprise par hasard.

 

2 – En évaluant votre intérêt pour la culture de l’entreprise

Le recruteur va également chercher à voir si vous vous projetez dans la culture d’entreprise. Pour cela, il va essayer de connaître vos connexions dans la société et plus largement dans le secteur. « Par exemple, dites-lui que vous êtes en relation avec tel et tel salarié de l’entreprise depuis quelques mois. Grâce à ces contacts, vous avez réussi à « décoder » l’entreprise et que cette culture correspond à votre mode de fonctionnement et vos valeurs », décrypte Véronique Benavent.

 

3 - En montrant que vous vous projetez dans le poste

Certes le recruteur va être attentif à vos précédents résultats chiffrés mais pas seulement. Pour toucher du doigt votre réelle motivation, il a besoin de vous imaginer en train de travailler. Donc, concrétisez vos compétences. Faites par exemple une proposition de projet ou d’action. « Evoquez concrètement le cycle des actions que vous mettriez en œuvre pour démarcher un client grand compte . Avec ces précisions, le recruteur parvient ainsi à se faire une « image mentale » du candidat à l’action », souligne Véronique Benavent.

 

4- En testant votre capacité à changer rapidement 

Si vous êtes déjà en poste, le recruteur a besoin de sentir que vous n’hésiterez pas à quitter votre employeur actuel pour relever ce nouveau challenge. Donc, si vous êtes prêt à démissionner plutôt que de négocier une rupture conventionnelle du contrat de travail ou un licenciement, dites-le. « Dans le contexte actuel, un candidat qui prend le risque de démissionner est un gage de motivation supplémentaire », observe Wilhen Laligant.

 

5 – En scrutant votre look

Fraîchement descendu d’un TGV, vous filez en entretien de recrutement en jeans et polo ? Parfait, vous serez à l’aise dans vos baskets mais vous risquez de passer pour un touriste. « Dès la salle d’attente, je regarde la tenue vestimentaire du candidat. Arriver en jeans par exemple pour un poste en contrôle de gestion n’est pas un signe d’engagement », insiste Véronique Benavent. Elle assure d’ailleurs avoir constaté que les candidats ayant fait un effort vestimentaire se révélaient être les plus motivés en entretien.

17

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Pessimiste

10/08/2018

à 12:07

Si on regarde la date des commentaires, je constate que les premiers ont réagis aux propos de l'article en 2013-2014. Puis de nouveaux commentaires en 2018. Ce qui me désespère le plus finalement :
- c'est que Cadremploi nous ressort une article qui date d'il y a 5 ans. Quelle investigation ! je suis plutôt déçu de leur part.
- l'article n'a pas évolué et finalement le process de recrutement non plus puisque finalement on continue à se plaindre des méthodes de recrutement.
Tout cela montre bien que c'est pas prêt de s'arranger...

> Répondre

réaliste

08/08/2018

à 19:09

L'important est de faire croire. A carnaval, il faut se déguiser. Avec les beaufs, il faut être beauf.

> Répondre

ObsF

08/08/2018

à 15:04

Autant je suis d'accord avec les points 1 à 4, autant je m'insurge contre le point 5.
Comme dirait une pub bien connue : "venez comme vous êtes". Comme ça au moins le recruteur saura à quoi s'en tenir et ne sera pas en face d'un hypocrite qui a sorti du formol le pantalon de son mariage juste pour l'occasion et qui, les 10 prochaines années dans cette boîte, imposera ses jeans à peine propres, ses baskets fatiguées, sa chemise sortie du pantalon et sa barbe de 5 jours.
Vous adorez le style débraillé, assumez. Même le jour de l'entretien.

> Répondre

patrick plaisance

08/08/2018

à 14:40

En lisant tous vos commentaires je m'apercois que la chasse aux sorcières concernant les RH est ouverte ! Tous les DRH ne sont pas à mettre au rebut et certains se polarisent sur l'aspect et les qualités humaines des candidats. L'entretien n'est pas une mascarade, il faut être soi même et ne pas travestir certains passages difficiles de son parcours professionnel. Car tout se sait et mentir en enjolivant la réalité est se condamner pour le poste convoité. Ma franchise ,mon engagement et ma projection pour le poste convoité m'ont permis à près de 60 ans de décrocher des missions d'intérim intéressantes pendant lesquelles j'ai ajouté d'autres cordes à mon arc. La rancoeur est mauvaise conseillère et je conseille vivement à certains de lire et de s'inspirer des fameux "accords Tolteques "qui s'appliquent parfaitement au milieu professionnel.

> Répondre

Azz

07/08/2018

à 23:48

Je travaille pour des entreprises américaines en France et à l'étranger. Il est fou de voir comment notre modèle a mal vieilli. J'ai rencontré des personnes a des postes stratégiques de très haute importance dans des tenues qui seraient qualifié de non professionnel et qui aurait légitimé une sanction. Lors des mes entretiens mon cursus n'avait aucune importance, ce qu'ils cherchaient c'était mon expérience et les compétences transposable. En contre partie de cette "cool attitude" il faut travailler dur et être très flexible. On a rien sans rien, mais je préfère 100 fois ce modèle que celui des codes, caste et code vestimentaire!

> Répondre

sm911

07/08/2018

à 18:27

La tenue vestimentaire est un critère typiquement franchouillard, si vous passez les frontières vous verrez que ce qui intéresse les entreprises c'est ce que vous avez avez dans la tête et pas ce que vous portez sur vous.
Ce bon vieux sentiment français d'être le fer de lance de la civilisation mondiale...........

> Répondre

En réponse à sm911

FATY

08/08/2018

à 08:22

Tout à fait vrai, cela dit pour certains postes croyez moi votre apparence joue dans la balance du recrutement dû à un marché de plus en plus concurrentiel et dû à notre société du paraitre, en d'autres termes l'image qu'on dégage est primordiale même au-delà des frontières (expériences professionnelles au sein de sociétés UK et US).

> Répondre

domjd41

28/08/2014

à 13:34

Sur le point n° 5 facile à dire, mais après 3 ans indemnisé à l'ASS, impossible de s'équiper d'un costume digne de ce nom.

> Répondre

EDENPARK

28/08/2014

à 12:26

Bravissimo le commentaire, je crois que ne n'aurai pas fait mieux!

Et oui, notre Age, mûr pour certains et certaines nous a entre autre, permis la lucidité
de tels commentaires, et que dire de tous ces organismes de formation universitaires ou
professionnels qui ne collent pas au terrain, avec des enseignants ou intervenants chercheurs qui en ont plein la bouche, mais ne connaissent pas les besoins réels
du terrain! Qui se gavent de financements de l'Europe avec des projets ou des recherches de projets pour continuer à exister eux-mêmes (je les ai vu faire, c'est à vomir)

Quel gâchis!

> Répondre

eve

09/05/2014

à 14:23

entièrement d'accord avec "trop expérimentée" du 6.12.2013 en ce qui concerne les RH, incompétents et imbus de leur personne, méprisants, ne connaissant rien aux postes proposés ...

> Répondre

Seneque

11/02/2014

à 11:06

Des propos aussi pertinents, c 'est rare.
Bravo.
Bravo encore pour dynamiter les propos convenus, la langue de bois, et la tartufferie qui va avec.

> Répondre

Maglouve

06/12/2013

à 17:15

Tout cela est bien joli, mais copiner avec des inconnus pour avoir des infos sur la culture de l'entreprise, ce n'est pas mon truc et trop souvent, j'ai le sentiment que vos conseils s'adressent à des postes plutôt haut placé, parfois j'ai du mal à accorder vos conseils avec un simple poste de secrétaire... La culture d'entreprise, le meilleur moyen pour la cibler c'est d'être dans l'entreprise, et puis cette fameuse culture, quand on est dans l'entreprise, c'est bien souvent juste un joli miroir aux allouettes... Pour les points 1 et 3, je vous rejoins, encore que d'une entreprise à l'autre, une même fonction n'est pas synonyme des mêmes tâches. J'ai finalement décidé, même si j'ai tort, de ne pas être autrement que moi même durant tous les futurs entretiens d'embauche que je décrocherais, alors bien sur, ça me prendra plus de temps que certains, mais au final, je serai dans l'entreprise avec laquelle je pourrais faire un bout de chemin, participer à sa réussite et à la mienne en retour.

> Répondre

Tropexperimentée

06/12/2013

à 09:15

Quel baratin. Les RH ne lisent pas les 3/4 des CV reçus, parfois même ce sont des robots qui recherchent pour eux les mots clés ! Ils demandent des diplômes pour tout et n'importe quoi (hôtesse d'accueil par exemple). On se rend compte que si on ne rentre pas dans les cases et les stéréotypes définis (qu'ils ont appris à l'école, et on se demande bien sur quelles définitions, et qui a été choisir qu'un bon candidat est celui qui se tient comme ci ou ça... bref), on a peu de chances d'être embauchés. On réalise que notre pays embauche sur des considérations comme : le physique, le mensonge, 99% des RH n'ont jamais mis les pieds sur le terrain, ne connaissent rien de réel concernant les métiers pour lesquels ils embauchent.Permettez que je vous copie ici un courrier qu'un PDG d'une grande entreprise m'a fait parvenir : "les DRH sont des incompétents imbus de leur personne qui recrutent des imbéciles inexpérimentés sur des diplômes qui n'existaient pas il y a 2 ans... Résultat, dans notre pays, les postes strategiques sont confiés à des personnes qui ont un beau diplome, une experience sans intérêt, mais qui savent leur dire ce qu'ils veulent entendre, présentent bien... Des incapables. Ils sont responsables de L'immobilisme Français et de la mort de la compétitivité Française."
Tout est dit ! Que les opérationnels fassent eux même le recrutement, nous aurons moins de problème de CHOMAGE dans notre pays... Je partage l'avis de ce PDG... Il suffit de constater le mépris avec lequel ils traitent les candidats. On ne convient jamais : une femme, trop jeune, trop âgée, trop entre deux âge, trop de postes tenus, pas assez, trop d'experience, pas assez, trop ci ou ça... Il y a 15 ans les recrutements prenaient 15 minutes : on voulait travailler, on travaillait ! On pouvait apprendre ! La volonté, l'experience et le sérieux étaient des valeurs sures, et les patrons avaient de bons collaborateurs... Rapidement ! Maintenant il faut juste porter un beau costume et savoir dessiner un arbre comme ils le souhaitent ! Le plus drôle ? Ces gens qui se permettent d'estimer les capacités des candidats (alors qu'ils ne connaissent pas le poste), sont les premiers à argumenter sur le fait qu'ils ne répondent pas aux candidats rapidement (positif ou négatif) car... Ils ont trop de travail, ce sont les premiers à faire parvenir des copiés-collés de réponse, avec des fautes d'orthographe, souvent un anonyme "monsieur, madame"... Les premiers a ne donner aucun argumentaires à une REPONSE négative, les premiers a publier de fausses annonces pour constituer une CVtheque ou faire croire à leurs clients que leur boite est performante, les premiers a avoir une attitude déplacée en entretien, les premiers a vous demander des CV ultra abrégés (fatigant de lire ?) et à vous reprocher ensuite de ne pas maitriser un logiciel en particulier ou vous dire que votre expérience est insuffisante même si 20 ans d'experience vous obligent à ne pas tout mettre sur votre CV, ce sont eux les premiers a poser des questions DEBILES, à vous dire "vous allez vous ennuyer dans ce poste" (ils sont médiums par la même occasion)... donc les premiers à ne pas faire convenablement le travail pour lequel ils sont payés !

> Répondre

En réponse à Tropexperimentée

ouioui

21/10/2018

à 17:53

"99% des RH n'ont jamais mis les pieds sur le terrain, ne connaissent rien de réel concernant les métiers pour lesquels ils embauchent"...à 1 % près vous aviez 100 % raison !

> Répondre

jeff

04/12/2013

à 20:23

Les RH sont pipots ! Avec leurs règles que tout le monde apprend par coeur !
J'ai enfin rencontrée une RH (RH Partners à Toulouse) qui fait confiance à l'humain. Et ça, c'est RARE ! Les autres sont des idiots sortis de l'école et à qui on a appris des "trucs", tous de plus en plus débiles.

> Répondre

fab

04/12/2013

à 18:18

Tous ceci n'est qu'un jeu.... Un jeu dont on apprend les règles par coeur, comme un bon perroquet. Un jeu que l'on mime dans des ateliers d'entrainements dans toutes "bonnes " ecoles.

> Répondre

lulu008

03/12/2013

à 10:57

...Bref ! En démontrant, et comme partout ,et comme depuis des dizaines d'années, sa capacité à se fondre, moutonner, lècher les pompes ,ètre dans l'air du temps proposé par la direction.....Que du neuf, quoi !

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte