1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. Entretien d'embauche >
  5. Comment rattraper un entretien d'embauche qui se passe mal ?

Comment rattraper un entretien d'embauche qui se passe mal ?

comment-rattraper-un-entretien-dembauche-qui-se-passe-mal-

Céline Chaudeau

Parce qu’il n’est jamais trop tard pour mieux faire, voici les conseils de nos experts pour rectifier le tir quand un entretien ne se déroule pas aussi bien que prévu.

Oups, j’ai dit une bêtise : la reconnaître, et vite !

« Plus vite on la corrige, plus vite elle sera oubliée. » En entretien, Patrice Ras invite les candidats à reconnaître leurs maladresses rapidement… et dans les deux sens du terme surtout. « Il faut d’abord être très vigilant aux réactions du recruteur pour percevoir qu’une réponse lui a déplu ou l’a dérouté, observe ce conseil en gestion de carrière, auteur du guide Savoir se faire recruter. Ensuite, il ne faut pas hésiter à l’interrompre et à reformuler son propos dans la foulée si on sent que l’on a commis une maladresse. Les études montrent qu’un préjugé défavorable peut naître dès les trois premières minutes de l’entretien, d’où l’importance de ne rien laisser passer. »

Car rien n’est encore perdu. « L’erreur est humaine à condition de savoir la formuler », témoigne le psychologue Alain Thiry. Ce spécialiste en PNL (Programmation neurolinguistique) déconseille ainsi de s’excuser. « Le mot "excuse" présuppose qu’il y a un coupable. Je recommande plutôt de dire que l’on est "désolé" d’avoir employé une formule inopportune. Le ressenti n’est pas le même et cela permet d’emblée de dédramatiser un peu. »

Quand on a l’intuition que cela se passe mal : faire un break

Encore faut-il pouvoir identifier son impair. « Le plus souvent, un candidat a juste l’intuition, en cours de discussion, que l’entretien lui échappe », constate  Jean-Marc Fourche, auteur du guide Entretien d'embauche : les 5 étapes clefs pour convaincre et réussir. Parmi les indices à surveiller : si le recruteur arrête de prendre des notes, commence à regarder ailleurs ou semble accélérer le tempo vers la fin de l’entretien.

Mais ce consultant suggère alors aux intéressés de ne pas rester passif. « N'hésitez pas à faire un break au milieu de l’entretien avec une phrase du genre "Je me permets de vous interrompre car j’ai l’impression que je ne vous convaincs pas." Effet garanti selon ce spécialiste. « Un recruteur ne voit jamais ça et pourra formuler quelques remarques. Pour le candidat, c’est le moyen de reprendre la main et de prouver sa motivation. »

À la fin de l’entretien : demander au recruteur ce qu’il pense de vous

« Avant de quitter un recruteur, je propose à tous les candidats de lui poser la question qui fâche, c’est-à-dire "Que pensez-vous de ma candidature ?", indique Patrice Ras. Seuls les meilleurs candidats osent alors que c'est pourtant une question logique et facile à poser. » Pour ce consultant, c’est une précaution utile même - voire surtout - si on a l’impression que l’entretien s’est bien passé. « C’est une façon d'obliger le recruteur à sortir du bois. » Mais pour ceux qui n’osent pas poser la question de but en blanc, « on peut demander un recruteur si ces réponses sont à la hauteur de ses attentes, estime Jean-Yves Arrivé, consultant et auteur des 50 règles d'or de l'entretien d'embauche. Ainsi, il sera possible de reformuler. « Ce qui permet de faire les ajouts nécessaires et parfois de sauver la mise », ajoute-t-il.

Quand on s’en aperçoit un peu tard : se rattraper par mail

Mais que faire si on s’en aperçoit après ? Ou si on n’a pas osé intervenir pendant ? « En général, une fois que l’entretien est passé, c’est un peu tard », reconnaît Jean-Yves Arrivé. Malgré tout, il serait dommage de ne rien tenter. « De toutes façons, il est toujours judicieux d'envoyer un mail de remerciement. Et sans verser dans la contrition, on peut ajouter une phrase du genre "Je ne suis pas sûr d'avoir été suffisamment précis" sur tel ou tel point et rajouter un commentaire pertinent. »

« L’avantage d’un mail de remerciement est qu’il permet de réitérer sa motivation et, éventuellement, de faire la différence, face à d’autres candidats, auprès d’un recruteur sensible à ce type de politesse », estime Jean-Marc Fourche.

4

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

MAR

02/09/2015

à 23:34

Merci vraiment pour ces articles pertinents, vraiment très intéressants.
Je suis tout à fait d'accord, il faut rester simple et si l'on perçoit une réaction en notre défaveur, et que l'on considère que c'est de notre fait (expression) autant rectifier le tir. Si par contre on sent que c'est de l'ordre ''ne va pas correspondre au profil pour une ou plusieurs raisons dues aux compétences, à l'expérience, pour ma part, autant le dire tout de suite pour que personne ne perde de temps et si le recruteur apprécie de continuer tout de même (on peut le lui demander) car un autre poste pourrait se présenter pour lequel notre candidature serait parfaitement adaptée (savoir faire et compétences transversales). De nos jours je pense qu'il faut tout tenter quand on a un entretien mais il ne faut jamais mentir sur nos compétences (si par exemple on a juste ''survolé'' l'une des compétences il faut le dire). Il m'est arrivé une fois, et c'était vraiment sans mauvaise intention de dire que je connaissais Pwpt car je faisais à l'époque de nombreux ''slides'' et me suis retrouvée au final dans un service Mktg dans lequel le PWPT était utilisé de manière quotidienne et intensive (avec animations, bruitages) et j'ai eu honte quand le directeur m'a dit que sur le terrain ce n'était pas ce qu'il attendait. Heureusement que pour tout le reste ça allait très bien (traductions, etc...). Du coup ai eu une super formation mais ai été très gênée. Me suis rattrapée en lui faisant une super présentation pour une opération à plusieurs MF à l'époque (dont le bénéfice a été tiré par son assistante -j'étais en mission- s'étant mise en maladie pendant toute la préparation de l'opération mais je m'en moquais, car c'était génial et il paraît très applaudi....ça me suffisait).

> Répondre

Agnes

05/08/2015

à 09:39

Ne pas déplaire au recruteur et lui fournir des réponses conformes à ses attentes ...!
Devenir ce que l'autre a envie que je sois, peu importe les compétences professionnelles du candidat ....pour trouver un poste il faut en passer par l'apprentissage du langage du recruteur et par ses schémas étroits de pensée.
D'ailleurs il ne pense pas, il trie comme on trie les poubelles ménagères.

> Répondre

Isabel55555

30/07/2015

à 23:06

Lizza donc vous trouvez cela respectueux que de na plus écouter le candidat, juste parce que vous pensez que c'est le bon ? c'est ce que vous faites, il n'est jamais trop tard pour revoir votre comportement.

> Répondre

lizza

04/06/2015

à 13:22

Attention de ne pas mal interpréter le fait que le recruteur n'écoute plus. Il se peut qu'il soit déjà convaincu par la candidature. Cela m'arrive souvent quand je reçois des candidats de qualité. Une remarque de type "je ne vous ai pas convaincu" risque dans cette situation de faire penser qu'il s'agit de quelqu'un de susceptible.

> Répondre

+