En retard à un entretien d’embauche : comment faire ?

Publié le 04 janvier 2013 Sylvie Laidet

Près des deux-tiers des recruteurs disent tolérer qu’un candidat puisse être en retard de moins de 10 minutes, selon une récente étude menée par le cabinet de recrutement Robert Half. Au-delà, ils sont moins nombreux. Voici comment rattraper le coup ou limiter la casse si vous êtes en retard à un entretien.

Selon les recruteurs que nous avons interrogés, le retard d’un candidat en entretien peut donner l’impression d’un « manque de respect », d’une « absence de professionnalisme » voire d’une « incapacité à anticiper les aléas » ou d’une « faible motivation ». Donc attention, terrain sensible. La manière de gérer un éventuel retard vise à le déminer, en détrompant votre interlocuteur quant aux impressions citées ci-dessus.

Comment prévenir le recruteur

Il faut d’abord le faire au plus vite, dès que vous savez que vous ne serez pas dans les clous. Et par tous les moyens : SMS, téléphone, mail, ou à défaut en joignant l’accueil de l’entreprise qui pourra transmettre votre message au recruteur. « Lors de cet appel, mieux vaut être direct et estimer justement et précisément votre retard, conseille Olivier de Clermont-Tonnerre, coach associé au sein du cabinet Atomos Conseil. Mieux vaut ainsi dire qu’on arrive dans 20 minutes si c’est le cas, sans faire espérer au recruteur qu’on sera sur place dans trois minutes. »

« J’ai une heure de retard, je fais quoi ? »

En cas de retard important, la tentation est de rebrousser chemin en se disant c’est mort, le job s’est envolé. « Au contraire, que le candidat aille au bout de sa démarche en se rendant sur place, pour recaler un autre rendez-vous avec le recruteur ou son assistant. Cela montre son engagement et permet au recruteur de ne pas douter de votre motivation », souligne Serge Assayag, associé en charge des questions RH et conduite du changement dans le cabinet Weave. En revanche, mieux vaut alors que le candidat fasse preuve de la plus grande souplesse possible... sans faire la fine bouche sur la nouvelle date ou l’horaire proposé.

Faut-il donner la cause de son retard ?

Certes, comme dans le cas de tout retard, des excuses s’imposent. Mais les avis des professionnels divergent lorsqu’on leur demande s’il faut préciser la cause du retard. «Ce n’est pas l’objet du rendez-vous. Ce serait prêter le flanc à des remontrances du genre, « vous n’aviez qu’à prévoir plus large » », estime Olivier de Clermont-Tonnerre. Pour Serge Assayag, tout dépend de « l’excuse » qui peut-être donner : un incident avéré dans les transports, par exemple, cela peut arriver.

Gérer le temps qu’il vous reste en entretien

Si vous êtes en retard et reçu tout de même, il se peut que le recruteur ait moins de temps à vous consacrer. « Le candidat peut alors essayer de connaître le temps qui lui est imparti et demander au recruteur quels sont les aspects de sa candidature qu’il préfère approfondir. Dans certains cas si nécessaire, le candidat peut proposer un complément d’entretien par téléphone ou avec une autre personne », suggère Serge Assayag.

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Au quotidien, Sylvie Laidet, journaliste indépendante, réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de ses sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :