Entretien d'embauche : comment répondre aux questions bizarres

Publié le 17 mai 2016 Benjamin Fabre

Combien pèse un A380 ? Êtes-vous superstitieux ? Quelle est la différence entre une femme et un volcan ? Si pouviez acheter un cerveau neuf, lequel choisiriez-vous ? Pour déstabiliser un candidat, combattre l’ennui ou s’offrir un craquage, les recruteurs posent parfois des questions biscornues. Comment réagir ? La réponse de Benjamin Fabre, auteur de la chronique # FYI (for your information).
Entretien d'embauche : comment répondre aux questions bizarres

Je vous propose deux types de réponse. À gauche, celles que préconiseraient (sauf erreur de ma part) les spécialistes du management, les psychanalystes du travail et autres dalmatiens qui n’ont jamais passé un entretien de leur vie. À droite, des réponses un peu plus brutes, plus spontanées, dont je vous laisse le soin, le moment venu, de juger de l’à-propos.

 

 La réponse « corporate »

                             (à gifler)

 La réponse qui défoule

                  (à vous de voir)
Si vous pouviez acheter un cerveau neuf, lequel choisiriez-vous ? Je ne crois pas que le succès soit une affaire de cerveau... Ce qui compte, c’est d’être volontaire, d’avoir soif de se développer humainement et d’être dans une démarche de fertilisation croisée. Celui d’un DRH. Je serais certain qu’il n’a jamais servi.
Quelle importance l’argent a-t-il pour vous ? Aucune. Rien ne compte autant que le contenu du job et les challenges excitants qu’il propose. Quand j’étais jeune, je pensais que l’argent était la chose la plus importante du monde. Maintenant que j’ai pris un peu d’âge, j’en suis certain (Oscar Wilde).
Savez-vous combien de personnes travaillent dans notre entreprise ? Trois-mille-deux-cent-huit. J’ai étudié à fond votre site web avant de venir à l’entretien. Environ la moitié.
Pouvez-vous m’expliquer à quoi sert un consultant ? Cela consiste, grosso modo, à apporter un maximum de valeur ajoutée à ses clients dans une optique de transversalité et de mobilisation multifonctionnelle. Cela consiste à connaître 99 façons de faire l’amour mais zéro partenaire.
Aimez-vous le travail en équipe ? À m’en rendre malade... Je ne conçois pas la vie sans coopération interpersonnelle. La réussite ne peut naître que du partage. Non.
Où vous voyez-vous dans dix ans ? Dans cette même entreprise bien sûr, en ayant fait un nombre incalculable de rencontres riches et tellement différentes les unes des autres. Je peux vous le dire, mais après je serai obligé de vous tuer... Oh puis non, je vais vous tuer tout de suite.
Êtes-vous superstitieux ? Sûrement pas. Pour moi, l’incertitude se dompte avec du pilotage, des livrables bien définis et des rétroplannings cadencés à souhait. Sûrement pas. Ça porte malheur.
Combien y a-t-il de fenêtres à Manhattan ? Un certain nombre… J’adore l’humour ! Hi ! Hi ! Hi Habitants : 1,5 millions.Disons 3 fenêtres par personne (2 à la maison, 1 au bureau).Total : 4,5 millions. Voilà.
Combien pèse un Airbus A380 ? Euh… En admettant qu’il est grand comme un terrain de foot… Et qu’on peut y garer 100 voitures… Ou bien 50 camions… Qui pèsent chacun… euh… Ouh la la… Ça dépend : avant ou après le plein de kérosène ?
Que pensez-vous du divorce ? C’est le dernier recours, hélas, lorsque deux chemins de vie ne peuvent plus rester unis l’un à l’autre dans un momentum fertile et harmonieux. C’est l’alternative légale du meurtre.
Combien coûte un ticket de métro ? 1,80 € bien sûr ! Mais je préfère la  bicyclette, pour me développer corporellement et combattre le réchauffement climatique qui est un vrai défi pour nous t... Mais pourquoi sortez-vous cette tronçonneuse ? Moins cher que l’épilation intégrale.

D’autres questions saugrenues entendues en entretien ? Partagez votre expérience sur la page Facebook de Benjamin Fabre https://www.facebook.com/benjaminfabre2000

>>Retrouvez toutes les chroniques de Benjamin Fabre

Combien pèse un Airbus A380 ?

Benjamin Fabre
Benjamin Fabre

Vous aimerez aussi :