1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. Entretien d'embauche >
  5. Entretien d'embauche : quelles questions pour les managers ?

Entretien d'embauche : quelles questions pour les managers ?

entretien-dembauche--quelles-questions-pour-les-managers-

Régis Delanoë

Vous cherchez un poste de manager ? Soyez sûr que les recruteurs voudront sonder votre savoir être et vos qualités managériales et ainsi s’assurer que vous collerez à la culture maison. Voici 5 exemples de questions pour vous entraîner.

Expliquez-moi comment vous avez réalisé tel projet ?

Encore plus qu’un autre entretien d’embauche, celui pour un poste de manager s’apparente à une discussion et pas à un jeu de questions-réponses, assure Marion Gadot, directrice régionale adjointe chez Hays : « Ce qui ne veut pas dire qu’on ne pose pas de questions, mais elles sont majoritairement orientées vers l’illustration de cas de figure auquel le candidat a été confrontés. » Cet exercice permet d’entrer dans le concret des capacités managériales de la personne et de la manière dont elle les exploite. « C’est par exemple un bon moyen de voir si le candidat parle d’abord de sa propre réussite ou s’il parle de ses collaborateurs, fait remarquer Christine Pruvost, directrice associée du cabinet PurpleLeaf. Un bon manager doit être conscient du travail collectif et de l’aspect humain de sa fonction. Si ce n’est pas le cas, c’est assez inquiétant. » Un peu comme si un entraîneur en sport ramenait tout le mérite des succès de son équipe à lui plutôt que parler de l’efficacité des joueurs.

 

Quel est votre pire souvenir de manager ?

 « Un manager qui dit n’avoir jamais rencontré de problème, ce n’est pas logique, pointe Christine Pruvost. Tous ont eu, à un moment de leur carrière, à gérer une situation de crise, un conflit entre collaborateurs, etc. » Cette question permet d’analyser le recul du candidat, en partant du principe qu’on apprend au moins autant de ses échecs que de ses réussites. « Avant de réussir à faire ses premiers pas, un enfant va tomber 200 fois », illustre Christine Pruvost. « C’est une manière de tester la résistance du candidat, poursuit Laurent Charpentier, senior manager chez Michael Page. Manager est une fonction à tension, avec de la mobilité, des équipes multiculturelles et intergénérationnelles, des missions à atteindre en un temps imparti… L’interroger sur ses mauvais souvenirs offre de la matière pour tester sa maturité. » En clair, voir s’il a le "coffre" pour embrasser la fonction.

 

Quel est votre meilleur souvenir de manager ?

Cette question, associée à la précédente, permet cette fois de mieux comprendre la personnalité managériale du candidat. « Certains répondent que leur plus belle réussite est l’aboutissement d’un projet dans le temps imparti et en respectant le budget prévu initialement. Ce sont généralement des managers très centrés sur l’opérationnel et la conduite d’objectif. À l’inverse, d’autres candidats retiennent la manière dont ils ont su emmener leur équipe vers un statut d’expertise par exemple. Ce sont des managers plus centrés sur l’humain », développe Christine Pruvost. Selon la fiche de poste, le secteur d’activité, la culture d’entreprise, à vous de choisir sur quel point insister.

 

Quelles sont les compétences clés d’un manager ?

Selon Marion Gadot, « c’est comme ça que l’on sonde ce qui est déterminant pour le candidat dans sa manière de manager, en prenant en compte l’ordre de ses réponses. » Celles-ci sont nombreuses : la capacité à arbitre, à fédérer une équipe, à la faire monter en compétences, à communiquer, à gérer une crise… « Parler de tous ces aspects est aussi un bon moyen de s’arrêter sur tel ou tel cas de figure, de voir si le candidat va s’attarder sur une compétence et moins sur une autre », estime Laurent Charpentier.

 

Quelles sont vos capacités opérationnelles ?

Si les expertises managériales sont à vérifier en entretien, les capacités opérationnelles du manager importent aussi, assure Laurent Charpentier : « Un bon manager ne doit pas être que dans le "faire faire" mais aussi dans le "faire", on doit être en mesure de vérifier le background opérationnel des candidats. » Autrement dit, s’assurer qu’ils savent aussi faire par eux-mêmes ce qu’ils demanderont à leurs collaborateurs : vendre un produit, aller chercher de nouveaux clients, respecter des normes ou des procédures. Pour Laurent Charpentier, c’est « la crédibilité du candidat qui est en jeu, il ne doit pas être qu’un donneur d’ordre. »

 

30

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

mm

06/04/2017

à 11:34

C'est un vrai problème de passer son temps à "résumer en 5 ou 6 questions" et à croire qu'on peut comprendre et cerner un candidat ou un parcours en ayant les réponse à ces questions à 2 balles. Les candidats intelligents anticipent la connerie des recruteurs en préparant à l'avance leurs réponses à ces questions débiles qu'ils connaissent par coeur. Les autres qui n'ont rien préparé se font souvent retoquer car quand elles ne sont pas préparées, ces questions sont souvent destabilisantes et réductrices. Parole de DRH et de patron ? Tout ça en même temps ? Et quelle autre compétence encore ? Un peu tout à la fois et surtout rien à la fois aussi en fait ... c'est avec ces idées là que les entreprises sont dirigées, mais au secours quelle misère ...

> Répondre

En réponse à mm

Hamditch

05/11/2018

à 22:53

Tout à fait d'accord. Il faut changer de méthodes. J'ai entendu parler des chasseurs des profils mais je me demande aussi de sa crédibilité...

> Répondre

En réponse à mm

fahima

09/09/2018

à 20:24

mm merci !

vous avez tout dit.....

> Répondre

DAMIEN HAMON

04/04/2017

à 19:02

En réalité, un entretien peut se résumer à 5 questions :
- quel et votre parcours , en 3 minutes ?
- quelles sont vos 9 compétences essentielles ?
- quelles sont vos 6 compétences potentielles ?
- quels sont vos 6 carburants ?
- quels sont vos 3 scénarios professionnels et pourquoi ?
Parole de DRH et de patron ...

> Répondre

En réponse à DAMIEN HAMON

Beavogui Philippe

27/09/2017

à 15:10

Quelles sont les réponses à toutes ses questions selon vous ? Merci

> Répondre

En réponse à DAMIEN HAMON

Cassandra

10/04/2017

à 21:42

Carburants ? Je n'ai pas compris...

> Répondre

En réponse à Cassandra

Damien HAMON

11/04/2017

à 13:01

Carburants est un mot "peu joli" à travers lequel je cherche à savoir ce qui fait marcher, ce qui mobilise, ce qui enthousiasme le candidat.

En réalité pour cette question comme pour les autres, la manière de répondre m'intéresse autant que la réponse elle-même.

NB : je trouve que MM qui me traite ci-dessus de tous les noms a une bien piètre perception d'un recrutement.
Il existe effectivement à la marge quelques recruteurs vicieux et certainement peu efficaces qui peuvent chercher à "coincer" les candidats ; ces recruteurs sont si mauvais qu'il faut les éviter ! Sauf exception extraordinaire, un recrutement vise à trouver le meilleur candidat, celui qui est le plus adapté au job, celui qui a le profil le plus proche de la "cible". Et surtout pas "à le coincer" !!! c'est totalement crétin et vide de sens.

Mes 5 questions, contrairement à ce qu'exprime MM, sont posées avec tact et amabilité ; elles sont fondamentales (la quantité 6 ou 9 importe peu) ; il est impressionnant et assez triste de voir qu'un très grand nombre de candidats a "oublié" de réfléchir à ses réponses préalablement à l'entretien ...

Quand une entreprise recrute, elle cherche d'abord des compétences ... Quand un candidat se présente, plus qu'un CV, il présente les compétences qui meublent son parcours et qui vont l'amener à être efficace et heureux dans sa vie professionnelle.

Enfin pour positiver les remarques dérisoires de MM, les réponses à la question des "compétences potentielles" permet de répondre positivement à la question "crétinissime" que posent encore trop de recruteurs (sans chercher à coincer leur candidat !) : "quelles sont vos qualités ? quels sont vos défauts ?".
Au lieu de faire une réponse, tout aussi "crétinissime" que la question, du genre : "peut-être je suis un peu trop rigoureux, peut-être je suis ...", il est alors possible de rester dans une dynamique positive en répondant : "Permettez-moi de vous répondre en vous indiquant les compétences que je maitrise pas encore très bien et sur lesquelles je suis en train de travailler. ..."

Tout cela a du sens !

> Répondre

En réponse à Damien HAMON

François

07/03/2018

à 22:19

Belle réponse, intelligente et professionnelle.

> Répondre

En réponse à DAMIEN HAMON

Redstone

06/04/2017

à 17:44

Il y en a combien ces compétences essentielles, potentielles, carburants et scénarios professionnels?
Il y a toujours mille et un tour dans méthode des DRH qui font tout pour "coincer" le candidat .

> Répondre

hh

07/03/2017

à 21:04

nina

02/01/2017

à 01:06

Tres bon article, tres utile! Merci

> Répondre

En réponse à nina

DAMIEN HAMON

04/04/2017

à 19:13

Après 40 ans de parcours comme contrôleur de gestion , drh et dg,
je trouve que le niveau de compétences managériales du management,
y compris du top management,
est hautement managériale (et l'exemplarité vient du haut !!!).

En réalité, un manager devrait disposer d'un bon ou d'un très bon niveau
dans 4 principaux domaines de compétences managériales :
- la capacité à voir, à voir plus loin, à donner du sens,
- la capacité à décider, à trancher, à faire des choix à prendre ses responsabilités,
- la capacité à organiser, à mettre en oeuvre ses décisions, à suivre et contrôler leur implantation,
- la capacité à promouvoir, à informer, à valoriser son équipe, à valoriser son action.

> Répondre

Tom

04/10/2016

à 20:38

Manager, un métier ?

Merci, j'ai bien rigolé !

Comme avec ces écoles de 'management' et ces arrivistes en puissance qui en sortent, dépourvus de la moindre réelle compétence...

> Répondre

En réponse à Tom

Zazou

26/01/2017

à 13:02

Oui effectivement, manager n'est pas donné à tout le monde, c'est un métier, un métier très riche, et qui ne s'appliquera jamais à toi apparemment !

Un bon manager sait qu'il doit apprendre et exécuter les tâches de son équipe avant de pouvoir être crédible dans son rôle.

> Répondre

En réponse à Zazou

Cassandra

10/04/2017

à 21:47

Je préfère la suite du commentaire, car je ne suis pas sûre que c'est un métier. Ça devrait rester ce que ça a toujours été... C'est comme dire que DG est un métier: incongru, car ce sont des fonctions !

> Répondre

En réponse à Tom

MOI

25/01/2017

à 19:11

Tout à fait d'accord TOM, on ne recherche plus des gens compétents et qui connaissent le métier mais des managers !
Et comment ce manager va pouvoir assister son équipe en cas de problème s'il n'y connaît rien au travail ?
Merci le monde du travail moderne...

> Répondre

En réponse à Tom

PHT

11/10/2016

à 16:36

Humour:
Prononcer:
maitre nageur .

> Répondre

SalariéDuWeb

15/06/2016

à 09:14

Le manager est devenu un métier à part entière.

Certains peuvent y parvenir en autodidacte, comme c'était souvent le cas mais semble l'être de moins en moins.

Je pense que certains des intervenants des commentaires font l'amalgame de responsable d'équipe (qui a une légitimité part son savoir-faire technique, son charisme, sa vision, sa volonté de tirer son service vers le haut) et du responsable de service dit manager (dont le seul objectif est la réussite des missions sans nécessité de vision globale).

Ne confondez pas non plus avec le leader, dont la vision et le charisme dépassent largement celle du responsable de service.

Selon moi :
- un bon responsable d'équipe doit accompagner ses équipes et les faire grandir (d'où la nécessité de la compréhension des rouages techniques du métier et le recours aux formations)
- un bon manager ou responsable de service doit savoir bien s'entourer (qualité de reconnaissance des compétences de chacun, recrute donc des personnes autonomes qui se font grandir elles-même par de la veille et des tests principalement) pour mener à bien les missions confiées

Selon les tailles et les organisations des entreprises, la même personne peut être amenée à remplir ces 2 rôles, dans quel cas il est bien vu par les équipes que cet être exceptionnel soit doté de compétences tout aussi exceptionnelles.

> Répondre

En réponse à SalariéDuWeb

Magnum

24/06/2016

à 17:54

100% d'accord !

> Répondre

Serge

14/06/2016

à 23:37

Je suis assez d'accord avec cet article. Les commentaires ne sont pas du tout dénués d’intérêt. Le seul bémol concernant certains, ce sont les fautes . Comment peut-on bosser pour un manager qui ne possède pas vos compétences? On tente de corriger ses rapports avant qu'il ne soit trop tard, car on ne bosse pas pour un manager, mais pour l'entreprise. Quant à l'innéisme du management, il existe certes, mais il s'apprend également, notamment de ses erreurs.

> Répondre

En réponse à Serge

ettoury

18/12/2016

à 18:57

A noter que les choses se different entre pays developpes Et Pays SD

> Répondre

claude

14/06/2016

à 17:32

cela ne s'invente pas et ne se transmet pas en cours de fac . c'est un don innée que l'on possède ou pas .
il y a trente les manager sortaient eux même de l'équipe, compètent et respecter, serein et fédérateur. On est au travail ce que l'on est dans la vie .un manager ne s'évalu pas dans un bureau en entretien mais sur le terrain .
aujourd'hui ils sont désignés par des diplômes, tremblant et dépressif . comment pouvez vous bossez pour un manager qui ne possède pas vos compétences , qui ne validera jamais votre implication et qui ne saura mesurez vos efforts. Certes ils seront très habile a la repartis en entretien .

> Répondre

En réponse à claude

Eva

20/11/2016

à 06:21

Bonjour Claude
On ne nait pas manager, on le devient. C'est ma vision.
Un très bon technicien certes respecté pour son savoir faire mais pas toujours pour son savoir être ou sa communication!
En revanche un bon manager doit savoir bien s'entourer, avancer lui aussi avec son équipe ( on ne peut être bon partout) et faire avancer celle ci.
Il doit avoir la pêche et être positif.
Reconnaître quand il ne sait pas mais avoir cette curiosité ou renvoyer ses collaborateurs vers ceux qui savent.
Il doit être champion de l'organisation, il doit piloter, avoir de l'écoute active, stimuler, motiver, décider. Tu trouves pas que lui demande déjà trop! Donc qu'il ne soit pointu ( il doit savoir un minimum je vous l'accorde)en termes de connaissance, c'est moins grave qu'on le pense car l'équipe compense et le fait avancer aussi.

> Répondre

En réponse à claude

Cyril Goutch

15/06/2016

à 00:55

Bonsoir, une pensée pour mon ami vincent burn outé outé outè, puisse t-il recouvrir ses facultés, esprit, indépendance de ton et pensées

> Répondre

RYCKWAERT, Laurent-P, Lauryck

14/06/2016

à 17:04

Je suis tout à fait d'accord avec vous. En effet, un manager doit savoir montrer l'exemple et doit connaître les réalités du terrain.
Montrer le savoir est important pour le collaborateur car avant de reprocher quoi que se soit, il faut que le Manager sache le faire lui-même.
Cordialement
Lauryck

> Répondre

En réponse à RYCKWAERT, Laurent-P, Lauryck

BEDIKSON

14/06/2016

à 18:02

La légitimité d'un manager repose sur sa compétence. Il est avant tout une autorité de compétence. C'est le dépositaire du savoir-faire et du savoir-être de l'entité.
En suite, il peut jouer le rôle de catalyseur qui permet de sublimer les collaborateurs et leur faire adhérer au projet d'entreprise.
l'action fédératrice, n'est que la résultante de la compétence du manager, de sa capacité à décliner un projet mobilisateur pour ses collaborateurs et à galvaniser leurs actions.

> Répondre

RYCKWAERT, Laurent-P, Lauryck

14/06/2016

à 16:59

La pratique, le savoir faire est le meilleur exemple que l'on peut montrer à un collaborateur. A mon avis, un manager peut exiger des résultats à partir du moment où il connaît les réalités du terrain.
En effet, comme le proverbe dit: la plus belle des femmes ne peut pas donner ce qu'elle n'a pas!.

> Répondre

En réponse à RYCKWAERT, Laurent-P, Lauryck

BURETTE Xavier

14/06/2016

à 18:39

Tour à fait d'accord avec vous. Cependant cela ne correspond pas au marché actuel.
La demande est diplômes, diplômes, diplômes. Pour le terrain tant pis. Nous voyons les résultats de cette politique qui a engendrée la morosité actuelle, des salariés et des cadres en plein "Burn out".
Un Manager voyant les cotés positifs, sachant motiver ses "troupes", et obtenant des résultats par ses facultés innées est-il encore "Bankable"?

> Répondre

En réponse à BURETTE Xavier

Duhamel Annie-Béatrice - Annie_ourcq

14/06/2016

à 21:10

La question est donc de savoir si on est ou pas "bankable"? Je refuse ce statut de marchandise que l'on à s'impose soit même, maintenant. Le temps où je fus manager fut le plus lumineux, le plus noir, le plus tempétueux de ma carrière mais que je regrette ce temps-là ! A batailler avec la hiérarchie pour obtenir des délais, à développer les compétences de mes collaborateurs à les stimuler, les conforter dans leurs actions, et les réconforter lors de demi-réussite. Peut être qu'à ce moment là on était dans la devise des Marine's "on ne laisse personne sur le bas côté" Ou chacun prenait soin de son voisin. Où même le dernier de mes collaborateurs passait par mon bureau pour me dire "Il est tard, il est temps de partir sinon vous allez encore déclencher le système de sécurité" . Cette petite musique-là ne me quittera jamais

> Répondre

En réponse à Duhamel Annie-Béatrice - Annie_ourcq

Cyril Goutch

15/06/2016

à 23:59

Je ne "rèponds"* à personne car ici je m'interroge par ce que je lis. Où est la part du collaborateur qui doit développer ses propres capacités et l'envie qui va avec, selon un schéma connu ? Vertues, sens, où êtes vous si incarné en manager ? Sinon ?

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte