1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. Entretien d'embauche >
  5. Entretien d’embauche : comment adapter son discours à son interlocuteur ?

Entretien d’embauche : comment adapter son discours à son interlocuteur ?

entretien-dembauche--comment-adapter-son-discours-a-son-interlocuteur-

Sylvie Laidet

Pour limiter les risques de rater les recrutements, les employeurs vont valider leur choix par de multiples interlocuteurs. Entre RH, opérationnel et dirigeant, à vous d’adapter votre discours.

Que dire à un pro des ressources humaines ?

C’est souvent votre premier contact avec votre potentiel futur employeur. Selon le processus de sélection, vous aurez, soit à faire à un cabinet de recrutement externe mandaté par l’entreprise, soit à un chargé de recrutement interne.

Face à un consultant d’un cabinet

Insistez bien sur la cohérence de votre parcours et son adéquation avec le poste proposé, mais pas seulement. « Je cherche également à évaluer si le candidat saura faire passer son message rapidement auprès de mon client, donc j’analyse sa capacité à communiquer et à synthétiser », précise Emmanuel Stanislas, dirigeant du cabinet Clémentine spécialisé dans les métiers de l’informatique.

Auprès d’un chasseur de tête ou d’un consultant, vous devez aussi être le plus transparent possible sur l’avancée de votre recherche d’emploi. Précisez si vous en êtes au début, s’il y a urgence à bouger, si vous êtes mobile et dans quel périmètre. « On peut tout entendre : que le candidat doit encore rester 4 mois en poste pour terminer un projet ou qu’il attend le versement du bonus annuel avant de partir, lâche-t-il. En revanche, faire semblant d’être disponible et finalement faire faux bond  est contre-productif », prévient-t-il.

Enfin, n’oubliez pas d’interroger le cabinet sur la culture et les pratiques managériales de l’entreprise visée. Les consultants ne sont pas seulement des vendeurs de poste, ils ont aussi un rôle de conseil. Ils pourront ainsi répondre aux questions que vous n’oseriez pas poser au recruteur interne.

Avec un recruteur en interne

Avec ce dernier, l’approche sera un peu différente car c’est un collaborateur à part entière de l’entreprise et pas un prestataire extérieur. Après une pré-qualification de votre candidature par téléphone, vous serez reçu en entretien. Là aussi, vous devrez montrer la cohérence de votre parcours, mais aussi… dévoiler votre personnalité. « Les RH recherchent des personnalités, c’est-à-dire des candidats capables de s’ajuster à un environnement de travail, aux valeurs de l’entreprise et à son organisation », explique Pascal Guillemin, DRH de Cegid, éditeur de logiciel de gestion. Si l’entreprise s’y prête, ne manquez pas l’occasion d’insister sur votre capacité en mode collaboratif, ou encore sur la gestion en mode projet court, moyen ou long terme.

Attention, « les discours de principe, avec des qualités et des défauts tout faits ou uniquement des réussites sont rarement appréciés par les RH. Cela ne me rassure pas car, au lieu de réfléchir et de répondre en fonction de sa propre personnalité, le candidat a préparé des réponses susceptibles de satisfaire le recruteur. Nous ne sommes pas dupes ! », prévient-il. Mieux vaut un parcours et un discours perfectibles qu’une hagiographie sur sa petite personne.  Enfin, en face d’un RH, tendez l’oreille. Votre temps de parole devrait même être inférieur à celui du recruteur.

Que dire à un opérationnel ?

Passé le cap de l’entretien RH, vous rencontrerez un manager opérationnel, souvent votre futur N+1. Son objectif : valider votre expertise métier. Là, évidemment, chiffrez vos réalisations mais surtout démontrez votre valeur ajoutée. « Afficher un résultat ne suffit pas, le candidat doit détailler les moyens mis en œuvre pour y parvenir », estime Jérôme Louërat, directeur commercial à temps partagé chez Co-efficient.

Parce que la vie en entreprise n’est pas un long fleuve tranquille, l’opérationnel veut également en savoir plus sur vos échecs et votre capacité de résilience. « Je veux savoir comment le candidat a réagi, quelles leçons il en a tirées, quelle est sa part de responsabilité. S’il rejette systématiquement la faute sur les autres, c’est mauvais signe », ajoute-t-il.

Au-delà du passé, le manager veut se projeter avec vous dans le futur. « Le candidat doit être force de proposition en ayant réfléchi au secteur, au positionnement de l’entreprise sur le marché, voire en proposant un mini plan d’action commerciale », conseille Jérôme Louërat.

Afin de vous projeter encore davantage, interrogez votre interlocuteur sur l’organisation de l’équipe, sur votre future place en son sein, sur le périmètre de vos responsabilités, vos objectifs et sur la structure de la rémunération. « Quid de la base de calcul de la part variable ? Quel niveau de commissionnement ? Le manager possède ces informations, donc adressez-vous à la source », recommande-t-il.

Que dire à un dirigeant ?

Cet entretien est souvent le dernier du processus de recrutement. C’est le patron qui donnera le go final à votre embauche. Donc ça passe… ou ça casse. « L’opérationnel a validé les compétences techniques. Moi je reviens d’abord sur la personnalité du candidat car c’est la partie la plus complexe à apprécier », détaille Geoffroy de Becdelièvre, PDG du voyagiste Marco Vasco. Il enchaîne ainsi les questions du genre « avec quel type de patron vous êtes-vous bien entendu ? » ; « que cherchez vous dans notre entreprise ? » ; « qu’est-ce qui vous ferait quitter notre boîte ? », « comment gérez-vous un problème dans une équipe ? ».

Face à dirigeant, insistez sur votre motivation pour le poste. « Récemment, une candidate pour un poste de DAF m’a dit qu’elle allait faire un tableau avec les avantages et les inconvénients avant de se décider à nous rejoindre », raconte-t-il. Une stratégie rédhibitoire pour lui. « J’ai besoin de savoir ce qui les fait réellement rêver dans le poste et chez nous. J’évalue également le potentiel de progression du candidat », ajoute-t-il. « On aura toujours plus à gagner avec un candidat pour qui le job va représenter un challenge qu’avec une recrue qui sait déjà tout faire et qui va rapidement tourner en rond », conclut-il. Donc, face à un dirigeant, montrez votre goût pour les défis.

5

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Isabel55555

22/01/2015

à 18:33

Soulix, le nombre d'entretiens dépendent du secteur. De nos jours tu peux avoir 6 entretiens pour 1 seul poste !

tu vois au départ la Rh ( ou éventuellement en pré sélection par téléphone le "consultant en recrutement" du cabinet de recrutement)
l'opérationnel ou les opérationnels et éventuellement le Directeur de la Direction.

il m'est déjà arrivé d'avoir 5 entretiens de recrutement de rencontrer plusieurs Directeurs, alors je ne te parles même pas de la durée du process de recrutement. tu peux avoir des process de 6 mois ou 1 an ! mais le problème ne vient pas des candidats il vient des employeurs.

> Répondre

soulix

22/01/2015

à 08:15

Eh bien il est rare de passer par tout ces maillons hierarchiques .
Le plus souvent cela se limite a deux entretiens et trois parfois.
En interne j'en parle pas tout se joue au relationnel a 90 pour cent des cas ( eh oui la léche ca fonctionne toujours)
.
En externe tu pries pour avoir une personne competente en face de toi .
Je crois que le plus grand des conseils c'est ne jamais croire que c'est gagné tant que l'on a pas un ecrit dans les mains , tout peut basculer trés vite
J"ai eut a un second entretien ou le directeur me disait de considerer cet entretien comme une pré embauche, mais c'etait sans compter sur le propriétaire de la gérance au troisiéme entretien qui lui regardait le profil graphologique et le profil astrologique.
Eh oui grotesque !.

> Répondre

Isabel55555

20/01/2015

à 21:26

azerty, non pas besoin d'un coach spécialisé pour décrocher un emploi.

Car on peut très bien réussir avec brio ses entretiens tout au top et ne pas obtenir le job ! pourquoi ? parce que ils se trouvent que actuellement les entreprises font ce qu'elles veulent, comme elles veulent, mais je pense que ça ne va pas durer, certaines entreprises voire grands groupes vont se faire épingler et ce n'est pas Dupont Moretti qui pourra les aider.

Il faut que le candidat reprenne confiance en lui et en ses capacités, qu'il se fixe un ou des objectifs en les écrivant par exemple, en s'efforçant d'être structuré et rigoureux dans sa présentation. Il faut que le candidat se connaisse ( c'est bizarre ce que je dis) mais des candidats ne se connaissent et ne savent donc pas ce qu'ils veulent en terme de projet professionnel. Il faut que le candidat fasse preuve d'une saine combativité.

En se coachant soi-même on peut y arriver, cela demande du travail sur soi, de la volonté certes, mais ça a du bon et les résultats sont là.

Maintenant concernant les entreprises je le répète là ils sont dans l'ambiance : on fait ce qu'on veut tralalèreuhhh ..... on verra

> Répondre

azertyuiop1952

20/01/2015

à 14:08

Préparer son entretien

Réussir son entretien

Réussir son entretien


Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les autres candidats étaient pris et pas vous ? Une réponse simple : la PREPARATION. Faites la différence en vous préparant avec des coachs spécialisés!

Merci de vos bons conseils mais tout cela n'est pas gratuit et n'est pas pris en charge.
Par principe: Faut-il payer pour espérer retrouver un emploi ???!!! sans aucune garantie en retour.
C'est une "machine à sous" bien lucrative qui s'alimente sur le dos des chercheurs d'emploi.
Où sont passés les 12 milliards de la formation ?
On ne peut se passer du chômage comme mode de gestion des salaires et comme source illimitée d'enrichissement des opportunistes.
Pourquoi n'y a t-il pas de conseil pour les non cadres: Parce qu'il n'y a plus rien à plumer !!!

> Répondre

Isabel55555

20/01/2015

à 12:44

Pas du tout d'accord, je le sais très bien qu'au niveau interne, les recrutements se font très souvent sans entretiens de recrutement ( pas de procédure à suivre) juste une bonne recommandation d'un directeur qu'il ou elle remet à l'autre opérationnel, ils se parlent 10-15 minutes de façon non conventionnelle autour d'un café et de spéculoos à la cannelle et c'est bon, le poste est donné à ce "candidat" interne c'est comme ça que ça se passe en France.

Cet article est truffé de mensonges et d'hypocrisie ! le dirigeant qui dit qu'il vaut mieux recruter une personne qui considérera le job comme un challenge, plutôt que la personne qui sait tout sur tout, encore un autre mensonge : pour un poste de Chargé de Mission ils sont tout à fait capable de prendre une personne ayant une formation de traducteur et été traducteur en expérience pro... donc des profils n'ayant absolument rien à voir avec le job, le dirigeant il dit quoi au Chargé de mission qui recherchait un emploi et qui ont eu une réponse négative ? si les candidats étaient au courant du fait que ce soit une traductrice qui a obtenu le poste connaissent ils les risques qu'ils encourent ?

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte