"J'ai été recruté en assessment center chez Ernst & Young"

Publié le 30 mai 2013 Sylvie Laidet

Jan de Lobkowicz, diplômé de l’ESCP Paris, il a passé un assessment center chez Ernst & Young en février 2012 avant d’intégrer la branche audit en octobre. Depuis avril dernier, il est consultant au sein de la division conseil du groupe.

Comment avez-vous été sélectionné pour l’AC ?

En février 2012, l’intranet de l’école nous a informés qu’Ernst & Young organisait un assessment center. J’ai donc postulé en ligne sur le site de l’entreprise (par email) et ai été contacté par la chargée de recrutement interne en charge de mon école.

Que s’est-il passé ensuite ?

Avant le jour J, j’ai passé un test de personnalité en ligne comportant des questions basées sur le savoir-vivre en entreprise, le comportement professionnel et l’éthique. Les résultats m’ont été restitués le jour de l’AC tout en sachant que cette note n’était pas éliminatoire.

Et le Jour J alors ?

J’ai donc été convoqué pour une journée d’AC avec une centaine d’autres candidats issue d’une quarantaine d’écoles. Nous avons été accueillis par des associés de l’entreprise et des recruteurs autour d’un petit-déjeuner. Dans un amphi, ils nous ont présenté l’entreprise sous toutes ses coutures : audit, commissariat aux comptes, conseil et services financiers. J’ai pu discuter des différents métiers avec les opérationnels présents qui nous ont également rassurés sur le déroulement de cette journée. Ensuite, une fois notre emploi du temps personnalisé en main, les épreuves ont commencé.

Par quoi avez-vous commencé cette journée de sélection ?

Par l’épreuve de groupe. Nous nous sommes retrouvés à 10 candidats dans une salle pour plancher sur une problématique commune et trouver une solution optimale dans un délai imparti. Le tout en étant observé par 4 collaborateurs d’Ernst & Young susceptibles d’intervenir à tout instant.

Étiez-vous préparé à ce type d’exercice ?

Même si je m’étais un peu entrainé à des entretiens de groupe avec deux amis, il est impossible de simuler ce type d’épreuves sans avoir les données réelles sous la main à traiter. Mais je savais qu’il ne fallait pas intervenir sans arrêt et ne pas chercher à monopoliser la parole mais au contraire que le plus important était de cadrer mes interventions.

Par quoi avez-vous enchaîné?

Par un entretien individuel mené par un opérationnel de l’entreprise au cours duquel j’ai exposé mes compétences, mes motivations et mon parcours. En fonction de la personnalité et du job de l’interlocuteur, les questions sont plus ou moins orientées sur la comptabilité, les grands ratios financiers… Durant le déjeuner, nous avons également été pris en charge par l’équipe recrutement, donc nous n’étions jamais perdus dans l’entreprise.

Et après cette pause méridienne ?

Cette fois, j’ai passé une épreuve informatique de maths portant sur la résolution de problèmes liés au calcul de parts de marché, de ratios... Soit une trentaine de questions à choix multiples. Une épreuve abordable car les difficultés sont progressives. La journée s’est terminée par un cocktail. Une occasion supplémentaire d’échanger avec des collaborateurs en poste.

Étiez-vous stressé par l’enjeu de cette journée ?

Un peu car j’appréhendais l’exercice collectif. Pour me rassurer, j’avais interrogé des anciens de mon école sur le déroulé de cette sélection. Donc au final, tout s’est bien passé car dès le début, les recruteurs et les observateurs ont fait preuve de bienveillance à notre égard. Lors de cet AC, j’ai eu l’impression d’être écouté et pas uniquement jugé.

Quelle ambiance avec les autres candidats ?

Avec mes camarades de promotion, c’était plutôt détendu mais c’est vrai qu’il y avait un peu plus de stress avec les autres candidats. Rien de plus normal.

Que s’est-il passé ensuite ?

Dans la semaine suivant l’AC, j’ai été rappelé pour fixer un deuxième entretien avec un manager. Cette fois plus technique. Puis, j’ai terminé le processus de sélection par un rendez-vous avec un associé en charge de mon école. Il a débriefé ma candidature et m’a proposé un contrat. J’ai commencé en octobre dernier comme auditeur. Ayant intégré le programme Challenge (ndlr : réservé aux hauts potentiels), j’ai changé de ligne de service au bout de 6 mois. Actuellement, je suis consultant au sein de la branche conseil d’Ernst & Young.

Recueillis par Sylvie Laidet © Cadremploi.fr

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Au quotidien, Sylvie Laidet, journaliste indépendante, réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de ses sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :