Les conseils pour réussir son entretien dans la région Nord

Publié le 24 novembre 2009 La rédaction Cadremploi

La région Grand Nord était à près de 12 % de chômage au 2e trimestre 2009 selon l'Insee (12,8 % dans le Nord-Pas-de-Calais et 10,8 % en Picardie). Un chiffre pas folichon, bien supérieur à la moyenne métropolitaine qui s'établit à 9,1%. Dans ces conditions, rien de mieux que des conseils utiles pour optimiser sa recherche d'emploi locale.

Les profils expérimentés mieux placés

Clairement, les employeurs picards et nordistes recherchent de plus en plus d'expertise et par conséquent des profils expérimentés. « Même si le niveau de recrutement est demeuré stable cette année par rapport à 2008, il y a plus d'offres que de demandes. Ainsi, c'est plus difficile pour les jeunes diplômés qui ne peuvent encore justifier d'un grand savoir-faire » rapporte Béatrice Froment, consultant au cabinet de recrutement picard AU Conseil. A eux, je leur conseillerai de prendre une année de césure comme stagiaire - même si j'ai conscience que ce n'est pas très satisfaisant - car actuellement leur manque d'expérience les handicape beaucoup auprès des recruteurs. »

La mobilité, un incontournable

Si vous dites à un recruteur que vous n'êtes pas mobile, vous êtes quasi systématiquement mis de côté. « Les entreprises du Grand Nord entretiennent de nombreuses relations avec les autres régions françaises mais aussi avec des pays comme la Chine, l'Inde, l'Est de l'Europe ou encore le Maghreb. Il faut donc montrer que vous êtes prêt à bouger si nécessaire, commente Béatrice Froment. Même sur des postes industriels, c'est très important de nos jours car le travail en réseau se développe fortement. »

La mobilité ne se limite pas au paramètre géographique. Il faut aussi montrer une aptitude à la « mobilité intellectuelle ». Autrement dit, « les candidat doivent rassurer sur le fait qu'ils sont capable de se remettre en cause, qu'ils sont conscients qu'il faut se former régulièrement pour augmenter son employabilité » explique Béatrice Froment. Rien de pire qu'un candidat sûr de ses compétences qui ne souhaitent pas réfléchir à la manière d'améliorer sa méthode de travail.

Sur le salaire, savoir rester souple

« Parfois il m'arrive de me demander comment de jeunes diplômés peuvent oser prétendre à des salaires si élevés. Certains n'ont vraiment pas conscience des réalités » observe Béatrice Froment. Ayez bien en tête qu'en période de crise, il faut savoir faire des concessions. Mettre en avant d'emblée des prétentions trop élevées peut vous éliminer d'office. « Si en substance un candidat dit : « je ne descendrai en dessous de telle somme, c'est très négatif, explique une recruteuse. Mieux vaut montrer de la souplesse sur cette question. »

Le CV pipeauté à éviter

« Si la personne ment sur son CV, on se dit qu'elle mentira dans l'entreprise ». Une réflexion couperet qui devrait faire réfléchir tous les candidats. De plus, après quelques minutes d'entretien, le masque tombe souvent donc rien ne sert de vouloir gonfler ses compétences. « Les mensonges le plus fréquent sont les personnes déclarant être responsables de service alors qu'elles étaient adjointes ou encore les candidats bilingues qui ne parle qu'une langue... » déclare Béatrice Florent. A vouloir présenter un CV trop parfait, on se tire une balle dans le pied. Alors soyez authentique !

La rédaction Cadremploi
La rédaction Cadremploi

Vous aimerez aussi :