1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. Entretien d'embauche >
  5. Les défauts qui font fuir les recruteurs

Les défauts qui font fuir les recruteurs

les-defauts-qui-font-fuir-les-recruteurs-

Sylvie Laidet

Pendant un entretien d’embauche, vous avez tout intérêt à être sincère avec le recruteur. Cependant, toute vérité n’est pas toujours bonne à dire. Ne vous faites pas avoir en avouant quelques vilains défauts qui pourraient donner une mauvaise image de vous à votre futur employeur. Pour réussir vos entretiens et décrocher le job de vos rêves, Cadremploi vous livre les défauts qui font fuir les recruteurs.

La question des qualités et défauts fait partie des classiques de l'entretien d'embauche. Il faut donc s'y préparer ! Si la sincérité est souvent la bonne stratégie, ne la confondez pas avec la transparence. Car oui il y a des défauts qu'il vaut mieux ne pas afficher face aux recruteurs. À l’inverse, d’autres sont considérés comme de faux défauts, ne vous privez pas d’en faire état.

L’agressivité : un défaut qui fait fuir les recruteurs

« Un candidat qui prend mal toutes les questions, demande des explications de façon parfois agressive et qui est dans la justification démontre une instabilité, un niveau de stress élevé. Cet état ne permet pas au candidat d’être objectif et de mettre en avant ses qualités ou ses réalisations », observe Isabelle Néri, responsable recrutement groupe de GFI Informatique.

Restez calme en toute circonstance, c’est la méthode à adopter pour renvoyer une bonne image de soi en entretien d’embauche. L’instabilité que va percevoir le recruteur de votre agressivité ne va pas l’encourager à vous embaucher car vous pourriez être sujet à ce genre de comportement dans l’entreprise, notamment en situation de stress par exemple.

À lire aussi >> Comment gérer ses émotions au travail ?

Ne révélez pas votre manque de rigueur au recruteur

Évidemment, plus le poste est complexe et à responsabilité… plus ce défaut est rédhibitoire. « Un recruteur qui identifie ce point faible se dit d’emblée que le candidat risque d'être incapable de gérer les priorités », constate Bruno Fadda, directeur associé de Robert Half International France. Ne paraissez pas débordé devant le recruteur : arrivez à l’heure à l’entretien d’embauche, munissez-vous d’un carnet et de votre CV. L’idée est de véhiculer l’image d’un candidat rigoureux et organisé.

À lire aussi >> Comment organiser son bureau au travail ?

Les défauts qui font fuir les recruteurs : l’indépendance mal placée

Ce qui pourrait être une qualité en d’autres circonstances s’avère être un gros défaut pour certains recruteurs ou dans le cadre de certains postes. Suivant ce qu'en dira le candidat, « cela peut laisser penser que ce dernier ne ressent pas avoir besoin des autres pour avancer, voire qu’il n’en fait qu’à sa tête. Il ne faut pas oublier que les entreprises encouragent le travail collaboratif », insiste-t-il. Attention donc à ne pas confondre indépendance et autonomie. Cette dernière est, au contraire, une qualité fort appréciée des employeurs.

La prétention

« Nous nous méfions des candidats qui ne se voient pas de faiblesses ou qui n'ont jamais connu d'échec selon eux ; qui décrivent exclusivement des réussites et leurs qualités. L’échange lors d’un entretien doit être le plus honnête possible tout en sachant mettre en avant ses qualités : il n’existe pas d’entreprise idéale ni de candidat parfait », renchérit Isabelle Néri. Ce défaut, pour le recruteur, peut traduire un manque de recul ou un manque de sincérité. Avouer ses échecs au boulot peut même jouer en votre faveur car cette transparence mettra en lumière votre faculté de remise en cause ainsi que votre honnêteté.

À lire aussi >> 7 attitudes qui énervent les recruteurs en entretien d'embauche

Cachez votre étourderie devant le recruteur

Les personnalités un peu tête-en-l'air, c'est plutôt charmant ? Pas en entretien d'embauche. « Un candidat qui répond à côté des questions, qui n'arrive pas à maintenir son attention lors de l'entretien, représente un risque trop important en terme d’intégration au sein d’une équipe. Sans compter que de manquer d’écoute peut faire passer à côté de sujets importants », précise notre experte.

Évidemment, personne n’est parfait ! Et, nous assurent nos interlocuteurs, être conscient de ses défauts est aussi une qualité. Alors si l’on vous pose la fameuse question en entretien... Ne bottez pas en touche. « Illustrez votre réponse par des exemples concrets en soulignant que vous en avez conscience et que vous travaillez pour vous améliorer sur ce point », conclut Bruno Fadda. Et éviter de mettre en avant les 5 caractéristiques ci-dessus...

À lire aussi >> Les 20 questions les plus courantes en entretien d'embauche

>> Décrochez davantage d'entretiens d'embauche en déposant votre CV dans notre CVthèque, utilisée par plus de 15 000 recruteurs

16

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Mister clooney

28/03/2016

à 17:45

Bonjour, à tous et à toute. Je rejoins la discussion. Je suis un habitué des entretiens que ce soit avec des cabinets de recrutement, RH internes ou directement par le chef d'entreprise. Je lis très régulièrement les articles de cadremploi, mais je profite de l'occasion pour pousser un petit coup de gueule vis à vis des cabinets de recrutement en particulier. En effet, je suis effaré de voir que les entretiens quoi que l'on en dise on pas bien évolués..On continus toujours de poser la fameuse question:"Défaut...Qualité..". Tout le monde c'est que c'est bidonné. .Autre reproche, la plus part des entretiens que j'ai pu avoir se sont fait à charge..J'avais presque l'impression d'être devant un procureur. Je fais l'impasse sur ceux qui vous demande de passer des tests de personnalité en vous ayant parlé 3 minutes et pour lesquels on aura jamais le retour. Exception faite, car je vois surgir le coté psychanalytique des recruteurs. Non, non, je n'ai pas de rancœur juste conscient du monde dans lequel on vit..Vous parler d'être honnête, commencer par l'être. Mais il y a de très belle exception. J'ai eu affaire à une dame dans un cabinet de recrutement qui m'a fait un réel entretien, échange constructif dans les deux sens; A ma grande surprise, elle c'est également présenté chose quasi inexistante chez les autres. a la suite de cet entretien, elle m'a demandé de passer un test de personnalité pour lequel j'ai eu droit au résultat. La cerise sur le gateau, elle a demandé à ce que l'on se revoit pour commenté les résultats. Eh oui il y a des gens qui ne compte pas que sur un algorithme. Bref, pour résumé, je me suis dit suite à cet entretient que les précédents étaient sans réel valeur, ni pour le recruteur, ni pour le postulant

> Répondre

Moony

03/03/2015

à 19:12

.... mouais, certes le risque existe de se tromper dans le recrutement mais il ne faut pas exagérer : en 6 mois de période d'essai, un bon manager s'est rendu compte des défauts et des qualités des personnes ? Sinon c'est le manager qui est mauvais et perdre du temps dans la décision s'est souvent préjudiciable à tous et surtout à celui qui attend ? On ne devrait d'ailleurs pas accepter le terme de RH c'est une aliénation pour l'humain d'être réduit à une 'ressource' ... je suis ok avec Carouble, je dirai pour les RH des entreprises : gestionnaire de la masse salariale et pour ceux qui travaillent dans des agences de "recrutement" ce sont les portes flingues de ceux qui pèsent pour que le travail reste la seule variable d'ajustement de compétitivité des entreprises (je précise que je suis en poste mais que je me souviens bien de l'époque où j'ai subi la situation que bcp connaisse !)

> Répondre

ck111

18/10/2014

à 19:06

Et l'agressivité des recruteurs, qui ne lisent pas les cv, posent des questions grotesques....

ne répondent pas aux questions, sont arrogants et pleins de mépris...

Bref ce n'est pas mieux de leur coté

> Répondre

zen

18/12/2013

à 13:38

je suis parfaitement d'accord avec toi

> Répondre

Isabelle09

17/12/2013

à 05:59

Mais on pourrait en dire autant pour les rh, qui lorsqu'elles font la description du poste elles se contentent de lire la fiche de poste. Et lorsque l'on demande plus de précisions sur le poste elles ne savent pas quoi répondre.... Le pays va de plus en plus mal à force de mettre des personnes qui se croient supérieur en tout alors qu'ils ne font pas grand chose.... Oui l'expatriation est la meilleure des solutions.

Ca me fait bien rire les rh qui donnent leurs conseils sur cadremploi surtout ne dites pas que vous manquez de rigueur le recruteur aura moins envie de vous engager... Merci beaucoup !

> Répondre

Carouble

12/04/2012

à 10:55

Il me font marrer tous ce RH en poste avec leurs raisonnements. Ils sont en poste,avec "le cul dans la confiture", ET en position de force tellement le salariat est ravagé par le chômage. Alors ils peuvent se permettre de précher leurs croyances comme si ils s'agissait de LA vérité.

Ils n'hésitent pas à affirmer que l'entreprise favorise le travail collaboratif ... c'est n'importe quoi : en effet les objectifs comme les entretiens sont individuels de même que les primes les augmentations et les promotions. Qui peut croire leurs inepties ? Les promesses n'engagent que ceux qui y croient. Libre à vous de gober ce type de croyance. J'ai pus de 25 ans de carrière en PME comme en industrie (multi-nationale), et je solliloque lorsque j'entends les raisonnements de ces mêmes "RH" qui se tretrouvent au chômage et raisonnent alors différemment (cf. "La bas si j'y suis" de D.MERMET sur France Inter).

Alors oui pour les conseils en entretiens : faites gaffe aux inteprétations, à votre attitude, mais de là a laisser raconter n'importe quoi, ....

Au fait connaissez vous l'origine de la notion de "RESSOURCE" Humaine ? Avant il y avait le "service du personnel" .... Voila la réalilté : les salariés des "RH" ont changé de camp : ils servent la finance et non plus les salariés !
Bon courage !

> Répondre

bob

09/04/2012

à 16:38

Ha oui? Les recruteurs savent de quoi ils parlent de nos jours? Le jour ou RH aura moins de pouvoir, les entreprises marcheront mieux...

> Répondre

jeffdog

08/04/2012

à 18:29

Il faut être le plus lisse possible, rentrer dans le moule, avoir une opinion qui convient a tout le monde , la pensée unique n'est pas que dans la politique mais dans le monde du travail...ceux qui réussissent ne sont pas spécialement ceux qui le méritent le plus mais ceux qui feront le moins possible d'ombre a leur hiérarchie...jouez les hypocrites intelligemment, soyez bien avec les bonnes personnes et n'ayez aucun scrupules....et tout réussira pour vous....ce sont les piliers de la réussite.

> Répondre

rod

08/04/2012

à 17:04

A mon avis, ce genre d'article est complètement à côté de la plaque et ne permet pas de se concentrer sur l'esentiel : soi-même.

De toute façon, masquer ceci ou cela en entretien d'embauche est un peu stupide. Car être "trop bon" en entretien recule juste la mauvaise surprise pour l'employeur potentiel et le candidat. En période d'essai, ça ne pardonne pas.

Etre soi-même. Et ne pas chercher "à ne pas déplaire".

Quelque soit les qualités d'un candidat ou d'une boîte, il y a toujours des rapprochement qui ne marche pas. Cela ne remet en cause ni le candidat, ni la boîte qui recrute.

La plupart du temps, les candidats déteste les entretiens multiples : ils sont pourtant une bonne façon de pondérer l'avis d'un recruteur unique et pour le candidat, c'est le meilleur moyen de savoir où il met les pieds.

> Répondre

Aquarius59

08/04/2012

à 16:56

La difficulté de se faire accepter lors d’un entretien d’embauche n’est pas quelque chose de récent ; je me souviens d’un exemple mémorable que j’ai personnellement vécu le 20 Avril 1976 dans une entreprise de la région parisienne… Que l’on se rassure cependant, le « miroir des relations » peut jouer dans les deux sens : les responsables des relations (in)humaines chargés des recrutements se sont-ils jamais demandé quels sont leurs défauts que les candidats supportent le plus mal ?

> Répondre

jamesB01

08/04/2012

à 15:48

Les recruteurs français sont incompétents. Certains d'entre eux passent 5 ans d'études pour...rien. Ils passent leur temps dans tous les supports de média à prôner des conseils alors qu'en réalité ce qu'ils cherchent est le candidat à 5 ou 6 pattes.

Et ils sont champions toute catégories pour cataloguer les candidats.

Quand on a la chance d'être passé par des recruteurs américains, britanniques, australiens, et même suisse, et quand on doit repasser par des recruteurs français, mais quelle différence de monde. Il y a un fossé entre les recruteurs français et les autres.

J'ai même eu le plaisir, je dis bien plaisir, d'avoir un recruteur français qui me disait que je ne parlais pas anglais alors que j'ai travaillé à Londres, j'ai travaillé pour des boites américaines, passé par des recruteurs britanniques, australiens, américains, et le seul recruteur qui disait que je ne parlais pas anglais était le recruteur français.

Je suis sorti de l'entretien en riant, le sourire jusqu'aux oreilles.

Ils font plus un travail administratif que de ressources humaines. Ils n'en ont pas les compétences. Ils se contentent de regarder les grilles de salaires en fonction de votre diplome, se permettent encore de vous donner des conseils comme si vous sortiez du bac, et sont incapables d'évaluer vos compétences.

J'ai un ami qui a postulé chez RB, un grand cabinet de consultants à Paris. On ne lui a jamais répondu. Il a postulé pour le même mais dans une autre très grande ville européenne, on lui a répondu, il a eu ses entretiens, et il y travaille depuis.

Non vraiment, pour ceux qui veulent la méritocratie, qui veulent ne plus avoir affaire à des incompétents, expatriez vous.

> Répondre

marcus93

08/04/2012

à 14:36

Ce que l'on oublie de préciser c'est que l’exigence du recrutement tient aussi du nombre de candidats.
S' il y a 100 personnes qui attendent dernière la porte, il semble évident que le recruteur peut se montrer très exigeant,à prendre ou à laisser, il y a en 100 qui attendent.
Le problème tient donc autant aux qualités du candidat qu'aux réalités du marché du travail.
S'il y a 100 recruteurs pour 1 candidat t, on imagine très bien que ds cette configuration le rapport de force est complètement inversé, à prendre ou à laisser, il y a 100 boites qui attendent.
Si ce n'est pas Dupont marketing, ce sera Duchemol consulting.
Comme ds la pub du Loto, " va te faire voir patron" c'est facile quand on a touché le gros lot, beaucoup moins quand c'est "oui patron" ou Pôle Emploi

> Répondre

quelalif

08/04/2012

à 13:01

Par expérience je peux vous dire que l'on peut , aussi,reprocher aux mêmes recruteurs les défauts qu'ils trouvent aux candidats. Les recruteurs se plaisent à jouer les shérifs...
En dehors des tests d'adaptation, de sociabilité, ils ne sont pas toujours capables d'évaluer les capacités techniques du candidat. Pour conclure un très bon technicien sera écarté pour des raisons qui n'ont rien à voir avec le poste demandé.

> Répondre

jacquo

08/04/2012

à 10:02

Si je comprends bien l'ensemble des patrons sont :
pas agressifs,
rigoureux dans leur gestion,
ne prennent jamais de decision seuls,
ne sont jamais imbu de leur personnes,
se souviennent et prennent toujours en compte les avis des autres personnes......

des noms, des noms...

> Répondre

whocares

08/04/2012

à 09:51

RH, je rigole.
Je suis suffisement agé pour avoir connu des "direction du personnel"

Juste un détail, lorsque c'était un Directeur du personnel il savait exactement ce qu'on allait avoir à faire sur chaque poste de sa boite.
Maintenant qu'il s'agit de RH je suis souvent entendu par des filles qui n'ont pas la moindre idée de ce que signifie le charabia technique qui parsème mon cv. De la mème façon elles n'ont aucune idée de ce que j'aurai à faire une fois en place ...

Alors le recrutement se fait sur d'autre critères.

Le vieux avec sa pipe qui faisait directeur du personnel il savait exactement qui et ou pour quoi ! La fille des RH elle se blinde parce qu'elle ne piges pas de quoi elle parle.

Ca fait en technique des annonces qui n'en finissent pas ou il faudrait avoir été avant d'ètre et ou souvent on demande un niveau ingé pour titiller une souris et poser des rustines sur un réseau...

Par exemple le Mr de la direction du personnel il était capable de décider de tester un type, lui faire faire deux jours pour voir, la fille des RH en est incapable c'est trop de responsabilités d'une part, et on le lui en laisse pas le pouvoir d'autre part.

My two cents.

> Répondre

Rei95120

02/04/2012

à 17:17

Bonjour,

Cela fais déjà quelques mois que je suis à la recherche d'un emploi, je suis toujours très surpris des réactions des recruteurs.

Il faut faire attention à ci et à çà... (vis à vis du recruteur).

Ce que j'en vois à titre personnel,
Le candidat à la gorge recherchant un emploi et essayant de se vendre, et le recruteur ne faisant pas preuve d'adaptabilité vis à vis du candidat reçu, donc il aura toujours une critique à émettre.

Bonne chance à tous

> Répondre

+