Les trucs à savoir pour un entretien d'embauche dans l'audit

Publié le 16 janvier 2009 Agathe Vovard

Même si le secteur audit conseil connaît une pénurie de candidats, il est toujours utile d'avoir à l'esprit les petits "trucs en plus" qui vous rendront irrésistibles aux yeux des recruteurs.

L'expertise comme maître-mot

Cette expertise attendue passe avant tout par l'expérience, plus que par la formation : « Nous nous rapprochons beaucoup aujourd'hui du système anglo-saxon de recrutement. La formation est importante mais ne constitue absolument pas un gage de qualité ou de compétences », explique Benedict Wittet, Manager Audit et Expertise Comptable chez Hays.

« Sur les recrutements très haut de gamme en termes d'intervention, de mission, la formation initiale peut avoir un impact mais c'est surtout le rapport entre expérience et métier qui prime », confirme Pascal Collardey, DRH de KPMG SA et KPMG Entreprises. Pour un poste de cadre d'équipe dans une PME dont le besoin est l'expertise comptable par exemple, KPMG va rechercher une personne diplômée en expertise comptable, avec une expérience cabinet ou mixte cabinet/DAF (directeur administratif et financier). « Une personne qui a une sensibilité clients, une vision des changements que ces derniers souhaitent ou qu'elle a cherché à impulser chez eux ».

Compréhension des enjeux d'un cabinet

« Il faut une vraie compréhension des enjeux d'un cabinet, explique encore Pascal Collardey. Tout ce qui est un signe de l'intérêt pour l'esprit d'entreprise, l'esprit entrepreneur PME et petites entreprises est important lorsqu'on intervient dans ce marché. » Pour cela, les recruteurs vont examiner vos stages, vos engagements associatifs ou encore vos spécialisations.

Véritable engagement

Misez beaucoup sur l'entretien. Les recruteurs sont conscients que certains secteurs vont moins recruter, comme la banque d'affaires et le conseil en stratégie. Ils souhaitent donc être sûrs que ceux qui vont postuler sont vraiment motivés par l'audit ou le conseil.

Se faire parrainer

Pour les profils plus expérimentés, le parrainage par un collaborateur déjà en place constitue un avantage évident. « Les candidats se méfient de plus en plus d'un discours RH très officiel, et une personne qui nous recommande un candidat prend quelque part une responsabilité ; elle met en jeu sa crédibilité. C'est un canal de recrutement qui fonctionne bien et que nous incitons en la rémunérant en cas d'intégration réussie, c'est-à-dire à la fin de la période d'essai », explique Antoine De Riedmatten, associé responsable du recrutement chez Deloitte.

Agathe Vovard
Agathe Vovard

Vous aimerez aussi :