Offre d'emploi sexy

Publié le 11 février 2011 Marie La Fragette

Rédiger une offre d'emploi est souvent un véritable casse-tête. Comment susciter le désir des candidats quand le recruteur veut rester le plus discret possible sur le poste à pourvoir ? Cette semaine notre chasseuse de têtes va tenter de résoudre ce dilemme.

Parfois, la rédaction d'une annonce est comme un champ couvert de mines où l'on slalome. Les mots sont des bombes à placer soigneusement dans une danse subtile entre marketing et confidentialité.

Le géant de l'agroalimentaire cherche un directeur marketing pour une de ses divisions. Au brief, le directeur commercial et marketing se tord les mains, ne sachant comment tourner la chose entre son désir de recruter vite et bien et son souhait de rester discret.

« Non, parce que si les équipes apprennent que Bertrand nous quitte, ça risque de faire des vagues, de sérieuses vagues ». L'angoisse dans le ton de Jean-Pierre nous fait carrément craindre un tsunami et nous n'avons pas tort, car, nous explique t-il, une annonce prématurée de ce départ risquerait de ruiner le service entier. Pensez donc, Corinne qui lorgne sur le poste depuis 5 ans mais qui est à peu près aussi adaptée à la fonction qu'un paquet de lessive risque de faire passer des semaines d'enfer au DRH, à moi-même, de convoquer chaque personne du service une par une dans les salles de réunions pour des conciliabules interminables sur le thème « N'est-ce pas injuste de ne pas me nommer directrice marketing ? », schémas sur paper board à la clé.

De là une réaction en chaîne similaire au déchirement du continuum espace/temps pourrait se produire dans l'étage avec remise en question générale des postes de chacun. En effet, si Corinne s'autoproclame directrice marketing, lequel des deux chefs de produits senior prendra sa place ?

Celui qui est là depuis 10 ans ou celui qui a été recruté avec forces promesses d'évolution rapide ? Et hop, un débat sur la discrimination par le diplôme et un autre sur les fausses promesses pour Jean-Pierre. Et si il y en a un qui prend le poste de Corinne, lequel des chefs de produit junior passera senior ? La jeune maman qui rentre de congé maternité ou son vis-à-vis qui fait sans cesse des heures supplémentaires pour se démarquer ? Et encore de longues discussions sur la valeur travail et sur la parentalité en entreprise.

Et Jean-Pierre, non, n'a pas les épaules pour tout ça. Il doit aussi gérer des équipes commerciales, un budget, des résultats, et non, la seule solution est la discrétion la plus absolue jusqu'au bout. C'est-à-dire, on annonce dans la foulée le nom du candidat et le départ de Bertrand. A l'ancienne, sans bavure.

Bon, soucieux de l'état mental de Jean-Pierre, nous proposons une annonce sobre :

Multinationale dans l'agroalimentaire recherche pour l'une de ses filiales à Jourdon un/une...

« Non, non, non, s'écrie Jean-Pierre. Pensez ! A Jourdon, il n'y a que nous et un fabricant de vitrocéramiques. Alors autant hurler partout que nous recrutons. Soyez plus vague. »

Donc, ça devient, Multinationale dans l'agroalimentaire recherche pour l'une de ses filiales en Normandie un/une :

Et là, encore, murmure Jean-Pierre, on peut faire le recoupement. Nous barrons donc :

Multinationale recherche pour l'une de ses filiales dans le Nord de la France :

« Quand même, reprend Jean-Pierre, c'est pas sexy comme annonce ».

Nous ne pouvons qu'opiner du chef. Effectivement, on ne vend pas du rêve !

Alors on rajoute des petits mots magiques :

Multinationale enregistrant une croissance à plusieurs chiffres (ça ne veut rien dire mais ça le fait), leader dans son secteur (pareil), recherche pour l'une de ses filiales à la pointe de l'innovation, (no comment), un/une.

Effectivement, dit Jean-Pierre, c'est plus attractif. Allez-y mais surtout, restez discret jusqu'au rendez-vous.

Et quand le candidat nous demandera pour qui il postule, nous répondrons d'un ton important « c'est confidentiel », quand il cherchera à situer grosso modo le poste en se renseignant sur le secteur, on poursuivra « nous éclaircirons ce point en entretien », et enfin, quand en désespoir de cause, ceux qui restent motivés malgré tout nous demanderons « Mais c'est où ? », nous répondrons, tels des agents de la résistance en pleine préparation du débarquement, « Nous vous donnerons plus de détails en temps voulu ».

Et l'art de notre métier consistera à leur donner envie malgré tout. Certains, nous en voudront mais pas tous. En tout cas pas celui qui décrochera le poste. Il comprendra, lui.

Quand il verra Corinne......

* A propos de Marie La Fragette

Marie La Fragette, 27 ans, travaille dans un cabinet de conseil en recrutement. Elle est l'auteur de pièces de théâtre et de « Chasse de tête » qui a obtenu le prix du Roman Femme Actuelle.

Marie La Fragette
Marie La Fragette

Vous aimerez aussi :