Entretien d’embauche : 8 questions illégales

Publié le 29 janvier 2020 Mathilde Hardy

Lors d'un entretien d'embauche, les candidats répondent parfois à des questions personnelles voire indiscrètes posées par les recruteurs. Vie de famille, lieu de vie, signe astrologique... Des demandes farfelues ? Elles sont surtout illégales. Le candidat bénéficie d'une certaine protection durant le processus de recrutement, notamment en matière de respect de la vie privée et le recruteur ne bénéficie pas d’une totale liberté. Cadremploi fait le tour pour vous des 8 questions illégales en entretien d’embauche.
Entretien d’embauche : 8 questions illégales
  1. Que dit la loi à propos des questions posées en entretien d'embauche ?
  2. Les 8 questions illégales en entretien d’embauche
  3. Comment réagir si une question illégale vous est posée pendant l’entretien ?
  4. Principe de non-discrimination dans le choix du candidat

Que dit la loi à propos des questions posées en entretien d'embauche ?

Les informations demandées par le recruteur au candidat lors d’un entretien d’embauche ne peuvent avoir qu’une finalité : « apprécier sa capacité à occuper l'emploi proposé ou ses aptitudes professionnelles ». Les questions posées doivent donc présenter un lien direct et nécessaire avec l'emploi proposé ou avec l'évaluation des aptitudes professionnelles (C. trav., art. L1221-6).

À noter : les méthodes et techniques d'aide au recrutement mises en œuvre doivent être portées à la connaissance du candidat et du comité social et économique (CSE).

Les 8 questions illégales en entretien d’embauche

Candidats, sous aucun prétexte un recruteur peut poser les questions suivantes. Recruteurs, connaissez-vous bien les questions à ne pas aborder en entretien d’embauche ?

  • Âge

Quel âge avez-vous ?

  • État de grossesse

Êtes-vous enceinte ? (Souhaitez-vous avoir dans les prochains mois un enfant ?)

  • Origine ethnique

De quelle nationalité d’origine êtes-vous ?

  • Situation matrimoniale/Orientation sexuelle

Êtes-vous mariés ?

  • Croyances religieuses

Êtes-vous croyant ?

  • Idées politiques

Qu’avez-vous voté aux dernières élections ? (Que pensez-vous de la dernière loi votée ?)

  • État de santé

Avez-vous des problèmes cardiaques ?

  • Appartenance syndicale

Avez-vous une appartenance syndicale ?

Cette liste n’est pas limitative, elle vous donne un aperçu du type de question qu'un recruteur ne doit pas poser.

Bon à savoir : le recruteur peut vous demander si vous possédez le permis de conduire si le travail proposé exige la conduite d’une voiture. À l’inverse, il ne peut pas vous demander votre nombre de points (C. trav., art. L223-7). Seules les autorités administratives et les autorités judiciaires peuvent avoir accès à ces informations à caractère personnel.

Comment réagir si une question illégale vous est posée pendant l’entretien ?

Si une question illégale vous est posée lors d'un entretien d'embauche, sachez que vous n’avez aucune obligation d’y répondre. Trois options s'offrent à vous :

  • Être malin et tentez d’éluder la question.
  • Indiquer clairement à votre interlocuteur que vous ne souhaitez pas répondre à cette question dont la réponse ne présente aucun lien direct et nécessaire avec l'emploi proposé ou avec l'évaluation de vos aptitudes professionnelles.
  • Répondre à la question posée. Dans cette hypothèse, le recruteur ne pourra pas vous écarter du processus de recrutement en se fondant sur la réponse donnée. Si tel est cas, Que faire ? Réponse dans le paragraphe ci-dessous.

Principe de non-discrimination dans le choix du candidat

L’employeur est libre de choisir le candidat qu’il souhaite. En revanche, il ne peut pas écarter quelqu’un du processus de recrutement en raison « de son origine, de son sexe, de ses mœurs, de son orientation sexuelle, de son identité de genre, de son âge, de sa situation de famille ou de sa grossesse, de ses caractéristiques génétiques, de la particulière vulnérabilité résultant de sa situation économique, apparente ou connue de son auteur, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une prétendue race, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de son apparence physique, de son nom de famille, de son lieu de résidence ou de sa domiciliation bancaire, ou en raison de son état de santé, de sa perte d'autonomie ou de son handicap, de sa capacité à s'exprimer dans une langue autre que le français » (C. trav., art. L1132-1).

Bon à savoir : vous avez été écarté d’un processus de recrutement pour un motif discriminatoire, vous pouvez saisir le conseil de prud’hommes ou le tribunal correctionnel (les articles 225-1 et 225-2 du Code pénal condamnent toute discrimination à l’embauche et punissent leurs auteurs de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende).

À noter : découvrez également, si vous êtes en charge de faire passer des entretiens d'embauche, notre suggestion de 8 questions pertinentes à poser aux candidats afin de dénicher à coup sûr la perle rare.

Mathilde Hardy
Mathilde Hardy

Diplômée avocat, Mathilde Hardy est ensuite formée à l’édition et à la production de contenus print et web pour différents Médias. Elle rédige des articles pour Cadremploi afin d'accompagner les candidats à l'embauche et leur permettre de décrocher l'emploi de leurs rêves, mais informe aussi les cadres sur tout ce qui touche de près ou de loin au monde du travail.

Vous aimerez aussi :