1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. Entretien d'embauche >
  5. Reconversion : 4 arguments pour convaincre en entretien d'embauche

Reconversion : 4 arguments pour convaincre en entretien d'embauche

reconversion--4-arguments-pour-convaincre-en-entretien-dembauche

Sylvie Laidet

C’est décidé, vous voulez changer de job ou de secteur ? Le projet doit être mûrement préparé, mais ce n’est pas parce que c’est la crise qu’il faut l’abandonner. Voici les 4 points sur lesquels vous devez être convainquant en entretien, pour décrocher le job de vos rêves.

1 - « Mon projet n’est pas une lubie »

Votre reconversion ne doit jamais passer pour une lubie ; votre projet doit avoir été mûrement réfléchi et cela doit être évident pour le recruteur. Logiquement, cela veut dire que vous avez déjà travaillé sur votre employabilité dans le cadre du métier visé, que vous avez aussi mené une étude approfondie du secteur. « N’hésitez pas à mettre en avant les enjeux et les chiffres clés du secteur. Montrez que vous en connaissez les principaux acteurs », recommande Corinne Cabanes, fondatrice du cabinet de conseil en recrutement éponyme. Parlez de vos rencontres avec les pros du secteur, des formations que vous avez suivies ou que vous envisagez de suivre.

2 - « J’ai les compétences nécessaires »

Puisque votre projet est sérieux et, donc, mûrement préparé, vous devez être capable de décliner et de mettre en avant vos expériences et compétences en lien avec ce dernier. Evidemment, le préalable est d’être opérationnel sur le poste visé : la seule chose qu’un recruteur peut vous passer, si vous réussissez à le convaincre de votre potentiel, est votre manque d’expérience. Pas facile ? D’abord, il ne faut pas faire l’erreur d’étaler sur la table tout votre passé professionnel. « Le candidat doit filtrer les compétences et connaissances communes et duplicables chez le potentiel employeur. Ce dernier pourra alors toucher du doigt son employabilité « immédiate » », insiste Corinne Cabanes. Sachez que toute expérience et compétence extra-professionnelle, si elles sont en lien avec votre projet, sont bonnes à prendre. « Un cadre du BTP qui souhaiterait se reconvertir dans le domaine de l’environnement peut par exemple faire valoir sa participation au comité développement durable de sa dernière entreprise. Ou son engagement dans une association militante », insiste la consultante.

3 - « Mon profil différent apporte une valeur ajoutée »

Pourquoi un recruteur, d’autant plus en temps de crise, vous choisirait alors que d’autres candidats au profil plus classique veulent aussi le job ? Même si un recruteur est touché par votre démarche, il ne vous recrutera que s’il pense que vous êtes plus intéressant pour la boîte que les autres. Ainsi lorsque Tom N. (l’anonymat du témoin a été respecté à sa demande) a décidé d’abandonner sa belle trajectoire de directeur de production pour devenir chef de projet en arts graphiques, il a insisté sur les noms de deux de ses derniers employeurs en sachant qu’ils étaient des partenaires de l’entreprise visée. Ce candidat à la reconversion a finalement été embauché au terme de cinq entretiens de recrutement…

4 - « Je vais vite m’adapter »

Même si vous avez les connaissances et le potentiel pour le job, votre manque d’expérience va certainement nécessité une période d’adaptation. Il se peut aussi que vous ne maîtrisiez pas entièrement le versant technique du job ? « Vous devez donc convaincre le recruteur de votre capacité d’adaptation à la culture et à l’organisation de son entreprise, ainsi que de votre soif d’apprendre. En parlant par exemple des formations suivies jusque là afin d’être toujours à la pointe de votre métier, en discutant avec lui des modes de management mis en place dans l’entreprise…», observe Christine Pruvost, manager de la division informatique, télécoms et web du cabinet Hudson.

Ces conseils de base sont valables à tous les coups. Cela dit, ils ne suffisent pas toujours, reconnaissent les experts. « Les recruteurs ne sont pas tous réceptifs aux projets de réorientation. Autant, un passage d’une entreprise industrielle à une société de services est tout à fait envisageable. Autant l’inverse me paraît utopique. Les industriels se méfient des candidats trop marqués « services » », remarque Corinne Cabanes.

Pour en savoir plus, consultez notre dossier complet : "C'est décidé, je me reconvertis"

Sylvie Laidet © Cadremploi.fr

8

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

michael

01/11/2016

à 06:08

Mais pourquoi, j'ai toujours l'interface de la participation à la discussion qui me tombe dessus en premier alors que j'ai besoin premièrement d lire...

> Répondre

En réponse à michael

M.peri

09/11/2016

à 22:53

j'aimerai participé à la discussion!

> Répondre

michael

01/11/2016

à 06:06

.....

> Répondre

Gheorghe

02/01/2014

à 15:43

En fait, j'ai 58 ans, je ne reçois pas d'indemnité de chaumage (3 ans), mon conseiller ne me convoque pas depuis 3 mois, tout les courriers pour demander une formation reste sans réponse, alors je suis persuadé que le pole emploi m'a laissé pour compte .
Je pense que le Pouvoir avec le Pole Emploi est un grand scandales de nos temps créé pour soi disant aider les gens, mais à mon avis plutôt de les berner et les aider à s'enfoncer un peu plus vite dans la précarité.

ça va pas pour tous !!!!!!!!

> Répondre

Agatha

15/10/2012

à 22:39

Va certainement nécessiter PAS nécessité >>> même sur Cadremploi on "utilise" cette faute ?

> Répondre

redevsco

09/10/2012

à 08:34

Intéressant votre article, mais le problème, c'est que nous sommes en France ! Et se reconvertir est quasi impossible car les entreprises françaises aiment les clones ! Si vous n'avait jamais fait de gms, alors impossible d'y rentrer, idem pour l'industrie, pour le btp et pour le transport, je n'en parle même pas, c'est de la consanguinité qu'il faut !
je suis recruteur depuis 10 ans et je suis confronté à cela tous les jours ! j'ai moi même chercher à me reconvertir, sans succès pour le moment.

Sinon, pour répondre à la question du salaire, il faut dire ce que l'on souhaite, par rapport à ce que l'on pense valoir, apporter et bien sûr connaître les rémunérations du secteur pour lequel on postule. attendre que l'on vous propose une rémunération peut être mal perçu, anticipez !

> Répondre

mambo

03/10/2012

à 10:49

Salut s'il vous plait j'aimerai savoir comment répondre lorsque le recruteur me demande le salaire que j'aimerais avoir.
Dans mon cas , c'est la question a laquelle je n'arrive jamais à répondre car je n'aime pas souvent donner mon prix je prefere qu'il me propose alors comment détourner la réponse? ou alors comment pourrais je répondre pour ke lui il me fasse une proposition de salaire
j'ai un entretien demain s'il vous plait
merci d'avance

> Répondre

En réponse à mambo

ibi

12/04/2016

à 12:19

" ce qui m'intéresse c'est de savoir combien est ce que vous, vous me proposez "
.. ou combien est ce que vous êtes prêt à me proposer...

> Répondre

+