Reconversion : 4 arguments pour convaincre en entretien d'embauche

Publié le 01 octobre 2012 Mis à jour le 01 juillet 2020 Sylvie Laidet

C’est décidé, vous voulez changer de job ou de secteur ? L'épidémie de Coronavirus vous a peut-être aidé à mûrir et concrétiser votre projet de reconversion. Dans tous les cas, elle ne doit pas être le seul argument à mettre en avant face à un recruteur. Voici les 4 points sur lesquels vous devez être convainquant en entretien d'embauche, pour décrocher l'emploi de vos rêves.
Reconversion : 4 arguments pour convaincre en entretien d'embauche

1 - Entretien de reconversion professionnelle : mon projet n’est pas une lubie

Premier point sur lequel vous devez insister pour convaincre un recruteur de votre reconversion : elle n'est pas réalisée sur un coup de tête. Votre reconversion ne doit jamais passer pour une lubie ; votre projet professionnel doit avoir été mûrement réfléchi et cela doit être évident pour le recruteur. Logiquement, cela veut dire que vous avez déjà travaillé sur votre employabilité dans le cadre du métier visé, que vous avez aussi mené une étude approfondie du secteur. « N’hésitez pas à mettre en avant les enjeux et les chiffres clés du secteur. Montrez que vous en connaissez les principaux acteurs », recommande Corinne Cabanes, fondatrice du cabinet de conseil en recrutement éponyme. Parlez de vos rencontres avec les pros du secteur, des formations que vous avez suivies ou que vous envisagez de suivre.

2 - Reconversion et compétences nécessaires

Puisque votre projet est sérieux et, donc, mûrement préparé, vous devez être capable de décliner et de mettre en avant vos expériences et compétences en lien avec ce dernier. Évidemment, le préalable est d’être opérationnel sur le poste visé : la seule chose qu’un recruteur peut vous passer, si vous réussissez à le convaincre de votre potentiel, est votre manque d’expérience. Pas facile ? D’abord, il ne faut pas faire l’erreur d’étaler sur la table tout votre passé professionnel. « Le candidat doit filtrer les compétences et connaissances communes et duplicables chez le potentiel employeur. Ce dernier pourra alors toucher du doigt son employabilité « immédiate » », insiste Corinne Cabanes. Sachez que toute expérience et compétence extra-professionnelle, si elles sont en lien avec votre projet, sont bonnes à prendre. « Un cadre du BTP qui souhaiterait se reconvertir dans le domaine de l’environnement peut par exemple faire valoir sa participation au comité développement durable de sa dernière entreprise. Ou son engagement dans une association militante », insiste la consultante.

3 - Mon profil différent de reconverti apporte une valeur ajoutée à ma candidature

Pourquoi un recruteur, d’autant plus en temps de crise, vous choisirait alors que d’autres candidats au profil plus classique veulent aussi le job ? Même si un recruteur est touché par votre démarche, il ne vous recrutera que s’il pense que vous êtes plus intéressant pour la boîte que les autres. Ainsi lorsque Tom N. (l’anonymat du témoin a été respecté à sa demande) a décidé d’abandonner sa belle trajectoire de directeur de production pour devenir chef de projet en arts graphiques, il a insisté sur les noms de deux de ses derniers employeurs en sachant qu’ils étaient des partenaires de l’entreprise visée. Ce candidat à la reconversion a finalement été embauché au terme de cinq entretiens de recrutement…

Vous pouvez également miser sur vos soft skills, certaines sont particulièrement recherchées par les entreprises.

4 - Entretien de reconversion et rapidité d'adaptation

Même si vous avez les connaissances et le potentiel pour le job, votre manque d’expérience va certainement nécessité une période d’adaptation. Il se peut aussi que vous ne maîtrisiez pas entièrement le versant technique du job ? « Vous devez donc convaincre le recruteur de votre capacité d’adaptation à la culture et à l’organisation de son entreprise, ainsi que de votre soif d’apprendre. En parlant par exemple des formations suivies jusque là afin d’être toujours à la pointe de votre métier, en discutant avec lui des modes de management mis en place dans l’entreprise…», observe Christine Pruvost, manager de la division informatique, télécoms et web du cabinet Hudson.

Ces conseils de base sont valables à tous les coups. Cela dit, ils ne suffisent pas toujours, reconnaissent les experts. « Les recruteurs ne sont pas tous réceptifs aux projets de réorientation. Autant, un passage d’une entreprise industrielle à une société de services est tout à fait envisageable. Autant l’inverse me paraît utopique. Les industriels se méfient des candidats trop marqués « services » », remarque Corinne Cabanes.

Pour être certain de ne pas se tromper dans son projet de reconversion professionnelle, suivez pas-à-pas les différentes étapes à ne pas louper : Reconversion professionnelle : les étapes pour ne pas se tromper.

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Au quotidien, Sylvie Laidet, journaliste indépendante, réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de ses sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :