Développeur commercial

developpeur-commercial

Cadremploi.fr, Cadremploi.fr

Ce message est enregistré dans l'espace personnel d'un candidat à la recherche d'un poste de commercial. Son erreur ? Il ne personnalise jamais sa missive et l'envoie telle quelle en accompagnement de son CV. Un exemple à ne pas suivre et pourtant très répandu parmi les candidats pressés.

,

Objet : Candidature poste de Business Developper

Madame, Monsieur,

Votre annonce parue sur le site Cadremploi.fr, a retenu toute mon attention, étant actuellement au chômage et à la recherche d'un emploi, je me permets de vous soumettre mon CV afin que vous puissiez juger de mes compétences et mon expérience. Dans l'espoir que celui-ci vous intéresse je serais intéressé de vous rencontrer afin que nous puissions en discuter.

Vous constaterez que mon expérience et mes compétences peuvent me permettre de répondre à toutes vos exigences :

1. J'ai une expérience de plusieurs années de vente dans différents domaine
2. En temps que Commercial curieux des nouveautés et produits dynamique je suis prêt à prendre de nouveaux challenges
3. J'ai un esprit d'initiative, de nature dynamique, je m'intègre parfaitement au sein d'une équipe
4. Je me réalise parfaitement dans l'atteinte d'objectifs ambitieux, par la rigueur. Si vous avez de grands projets, je suis votre homme.

Un sens aigu de la communication, la faculté de développer rapidement et durablement des relations de confiance, les fréquents contacts avec la clientèle font ma force pour promouvoir votre image.

Dans l'attente d'un rendez vous afin que nous puissions en discuter, je me tiens à votre disposition pour de plus amples renseignements

Tout en vous remerciant de l'attention que vous voudrez bien porter à ma candidature.

Xxxxx Xxxxxxx

13

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

harnett1234

09/06/2015

à 15:29

"Je suis actuellement au chômage..."?!!
Cette phrase dans la lettre de motivation d'un haut poste, et en plus dans la premiere phrase de la lettre?! Il vaut bien mieux donner ces diplômes et niveau de qualification, puis ajouter "je recherche activement un emploi dans lequel je pourrai...". Il faut être beaucoup plus positif et actif, et donc ne pas mettre des phrases telles que "actuellement au chômage", surtout dès le début de la lettre..

> Répondre

Guy

06/11/2013

à 19:16

Bonjour,

Le point 2 des expériences, il faut écrire "en tant que..."

> Répondre

adhaptim

11/06/2013

à 15:03

Vu sur site cadremploi

> Répondre

nouredin abayl

19/10/2012

à 17:08

salut apres tes excuses s il vous plait je cherche une poste d emploi a partir de mes certificats

> Répondre

Lionel

12/02/2010

à 19:09

Anglais, allemand mais aussi espagnol et italien sont à placer au même rang que sens du commerce, connaissances marketing , maîtrise de l'outils informatique ....
Chaque métier, marché exige des compétences spécifiques et pointues - Le parcours d'un bon professionnel n'est pas systématiquement jalonné d'une pratique d'une langue étrangère - Un minimum peut être requis mais ce n'est pas d'un minimum dont l'entreprise se réclame - Ceci rejoint la somme de savoir aujourd'hui indispensable pour faire la différence - Hélas, bien souvent, sauf à être internationale, nous passons 99% de notre temps à parler français ... Les TPE PME française constituent le coeur de l'économie française et les relations ciales demeurent bien souvent franco françaises -
Pour pouvoir tous progresser et nous internationaliser , il serait intelligent de PRATIQUER quotidiennement - Dans un contexte où le temps est la denrée la plus précieuse, il revient au dirigeant de déployer ce mode opératoire - Sans cette décision, l'anglais restera au rang des priorités urgentissimes dépassées par le quotidien et les encore plus urgentissimes missions de développement du moment, en général liées à l'accroissement du CA ...
A nous de faire bouger les lignes -

> Répondre

jean-marie

11/02/2010

à 17:58

L'anglais est très important mais l'éternel problème est notre manière de l'apprendre dans notre système éducatif. Plus d'échanges obligatoires avec l'angleterre devraient être organisés tout au long de la scolarité, tant physiques que virtuels. Avec le net, il y a beaucoup de possibiltés.
D'autre part, j'ai l'impression que dans nos entreprises, nous sommes de plus en plus confrontés à des recrutements de "Fluent in english" mais incompétents dans leur fonction...

> Répondre

Chemel

27/04/2009

à 22:45

C'est vrai en France on parle mal Anglais. Mais je parle Anglais, j'ai vécu en arabie, Allemand où j'ai vécu, ces deux langues courament, avais un grand père Russe, ai passé longtemps en Italie.J'ai un DUT de mesures physiques et un master de marketing, mais les langues m'ont rarement donné un job. En France il y a ce que l'on dit et ce que l'on fait. Et cela peut être très différent. Mais on ne fait pas de différence entre celui qui dit parler une langue et qui le la parle pas et celui qui la parle effectivement.
Comment on dit une chose est plus importante que ce que l'on dit. T'as vu comment il l'a dit. Quoi? Peut importe mais comment il l'a dit. Quel panache!

> Répondre

ROLAND

12/02/2009

à 15:20

L'anglais est devenu une langue indissociable du travail. La langue anglaise est devenue un complément indispensable pour l'employé dans une entreprise ou une collectivité pour l'exercice de certaines fonctions. En effet, le salarié peut être muté à l'étranger pour une mission à durée déterminée ou non et il est vivement conseillé de parler anglais.

> Répondre

Claire

11/02/2009

à 17:10

Ce que vous dites est vrai, mais n'oubliez pas que nombre d'entreprises (particulièrement des grands groupes qui trouvent que "ça fait bien" d'avoir des bilingues chez eux) vous demandent de parler anglais avant de vous embaucher sur un poste où vous ne l'utiliserez quasiment jamais. Cela m'est arrivé deux fois de suite et c'est assez frustrant. Plus grave, cela retient certaines personnes qui ne parlent que le français de postuler sur des jobs où ils seraient parfaitement efficaces, parce qu'ils redoutent, comme Erwan, d'être testés sur leur niveau d'anglais (ce qui ne m'est d'ailleurs arrivé que sur des recrutements où l'anglais était VRAIMENT nécessaire, soit environ 1 fois sur 5 en ce qui me concerne).

> Répondre

christophe

11/02/2009

à 12:38

Ecoutez mes amis !
Je ne sais pas dans quel monde nous vivons mais, vivant actuellement à Hong Kong et ayant vécu a Shanghai pendant 4 ans, je peux vous dire que le Français hors de nos frontières ne sert a rien !
Maintenant si nous souhaitons prendre une place dans un marché qui ne se limite pas aux frontières alors il faut parler l'anglais car c'est la langue commune !!

I hope that would be useful !

> Répondre

J H

10/02/2009

à 13:30

Comment les cadres français peuvent-ils parler anglais convenablement, si:
- ils n'utilisent la langue qu'a l'exception;
- ne travaillent pas quotidiennement en anglais;
- on apprit l'anglais par l'éducation nationale;
- ne sont jamais confrontés à la langue anglaise dans leurs loisirs.
Après 13 ans a Londres, les anglais ne se privent pas de faire des commentaires de temps à autres sur mon écrit. Ce n'est pas une bataille que nous pouvons gagner. A moins d'imiter les néerlandais qui en conséquence redoute l'anglicisation de leur langue.

> Répondre

DUCROCQ Laurence

10/02/2009

à 11:27

Je rejoins le point de vue de Thierry .De plus, par expérience l'important , c'est de se faire comprendre et de comprendre son interlocuteur, alors , ce n'est pas très grave si l'on ne maitrise pas parfaitement la langue et ses subtilités grammaticales ou de conjugaison.
Et quand aux jeunes générations qui se prétendent quasi bilingues, qu'elles m'expliquent pourquoi leur niveau en français devient de plus en plus catastrophique: ceci est contradictoire!
A quand les dictées et tests d'expressions écrites dans les tests de recrutement???? Ca aurait au moins le mérite de remettre les pendules à l'heure!!!

> Répondre

bonsens

10/02/2009

à 05:52

Croyez-vous qu'il soit nécessaire de parler l'anglais (par exemple) pour vendre des produits en France ? Or de plus en plus d'annonces pour cette activité demande "anglais courant".Est-ce un moyen pour exiger un niveau d'étude ???
Concernant nos amis Anglais et Américains, ils sont pires que les Français. En dehors de l'activité professionnelle, ils ne savent parler qu'anglais ....!!! Les touristes qui viennent en France parlent anglais et c'est aux Français de s'adapter. Allez en Angleterre et aux States, personne ne parle le Français (ou Espagnol pour le Sud-ouest américain).
La truffe, la vraie et la meilleure, est bien française, mais pour les langues ne faisons pas culpabiliser nos compatriotes.

> Répondre

+