Etude Cadremploi : 28% des cadres sont stressés par le retour au bureau

Publié le 27 avril 2020 Elodie FRANCO DA CRUZ

Alors que le confinement et la pratique du télétravail s’inscrivent dans la durée, Cadremploi, comme chaque semaine depuis les annonces gouvernementales, a interrogé les cadres sur leur état d’esprit face à cette situation exceptionnelle. Le confinement a-t-il un impact sur leur moral ? Quelles sont les difficultés rencontrées par les managers ? Comment envisagent-ils la suite ? 2186 cadres nous ont répondu.
Etude Cadremploi : 28% des cadres sont stressés par le retour au bureau
  1. Le recours à l’activité partielle progresse
  2. Des relations qui se distendent
  3. Un retour au travail attendu mais encore incertain

Le recours à l’activité partielle progresse

Si le télétravail s’est installé comme la nouvelle norme depuis le 17 mars, 39% des cadres sont en télétravail à 100%, le recours aux mesures d’activité partielle ne cesse de progresser depuis le début du confinement. 44% des cadres ont déclaré être en activité ou en chômage partiel après 4 semaines de confinement, alors qu’ils n’étaient que 15% lors de la 2ème semaine.

En parallèle, depuis l’ordonnance n°2020-323 du 25 mars 2020 les employeurs sont en droit d’imposer, sous certaines conditions, la prise de congés payés et/ou de RTT à leurs salariés, mais également de modifier les dates de congés ou RTT déjà posés. Les entreprises sont donc naturellement de plus en plus nombreuses à demander à leurs salariés de solder leurs congés payés, et 53% des cadres ont déjà posé ou devront poser des jours.

Des relations qui se distendent

Au-delà de l’impact organisationnel conséquent qu’a le confinement, il a indéniablement un impact sur le moral des cadres. Si 62% d’entre eux affirment que cette situation a un impact sur leur moral, ils sont également nombreux à constater les effets du confinement sur le moral de leurs collègues (66%) et celui de leur manager (43%). Cette étude révèle également que les liens entre collaborateurs ont tendance à se diluer à mesure que le confinement dure. Bien que le lien avec le manager semble résister, près d’1 cadre sur 2 affirme qu’il a perdu partiellement voire totalement le lien avec les membres de son équipe.

Par ailleurs, si le partage d’information se positionnait comme principal enjeu des managers au début du confinement, celui-ci est, après 4 semaines, relégué au second plan au profit du maintien du lien avec les collaborateurs pour 47% des managers. Elément positif, les managers sont 59% à affirmer n’avoir perdu le contact avec aucun de leurs collaborateurs. 

Un retour au travail attendu mais encore incertain

Très attendue, l’annonce du 11 mai comme date hypothétique de déconfinement soulève quelques questions. Côté manager, le sujet des salariés jusqu’ici placés en activité ou chômage partiel commence à être abordé (45%). Si la question de la réintégration reste encore partiellement floue, des premières hypothèses sont avancées et celle-ci passera certainement dans un premier temps par une adaptation des missions de chacun (62%).

Bien qu’avoir une date de fin du confinement ait un impact positif sur le moral pour près de la moitié des cadres interrogés (45%) et que 44% d’entre eux perçoivent positivement un retour physique sur le lieu de travail, celui-ci demeure plutôt appréhendé. 28% des cadres se sentent stressés à l’idée de retourner sur leur lieu de travail à partir du 11 mai.

S’il y a bien un élément sur lequel le confinement a eu un impact, c’est le recours au télétravail qui s’est, depuis le 17 mars instantanément imposé comme nouveau mode de travail. Cette tendance devrait se poursuivre au cours des prochains mois pour 82% des cadres qui pensent qu’il sera de plus en plus utilisé.

Elodie FRANCO DA CRUZ
Elodie FRANCO DA CRUZ

Responsable des études pour Cadremploi

Vous aimerez aussi :