Comment changer de métier à 50 ans ?

Fleur Chrétien

Chômage, décision de changer d’orientation pour la fin de carrière, envie d’explorer de nouveaux horizons professionnels : quelle que soit la raison qui vous motive, changer de métier à 50 ans constitue un défi. Car même si les mentalités ont évolué, les seniors continuent de subir une certaine forme de discrimination à l’embauche en raison de leur âge. Toutefois, changer de métier à 50 ans reste possible. Si tel est votre souhait, découvrez comment réussir votre nouveau projet professionnel.
Comment changer de métier à 50 ans ?

Dans quels métiers se reconvertir à 50 ans ?

Au-delà des métiers pour lesquels vous avez des compétences et appétences spécifiques, il est important de connaître les opportunités du marché pour se reconvertir à 50 ans.

Pour choisir votre reconversion professionnelle, informez-vous sur les métiers, secteurs et structures susceptibles de privilégier les seniors :

  • Côté secteurs d’activités, les profils expérimentés sont particulièrement valorisés dans les métiers du commerce et de la distribution.
  • Nécessitant des compétences techniques pointues, les secteurs de la santé et des nouvelles technologies offrent souvent de belles opportunités aux cadres commerciaux de plus de 50 ans.
  • Les métiers de l’industrie et de la production proposent également des postes à responsabilité nécessitant une expérience professionnelle conséquente ainsi que des compétences managériales.
  • Dans le BTP (Bâtiments - travaux publics), les profils seniors sont recherchés pour des postes d’ingénieurs ou de chefs de chantier.
  • Ils sont également favorisés pour les fonctions supports de l’entreprise : les métiers de la comptabilité, du juridique, des RH ou du contrôle de gestion offrent ainsi des opportunités de reconversions intéressantes si vous avez 50 ans.

A noter : la taille de l’entreprise peut avoir son importance. Les PME sont généralement à la recherche de personnes autonomes et immédiatement opérationnelles. D’où la valorisation des profils expérimentés dans les petites structures, contrairement aux grosses entreprises qui privilégient la formation de juniors en interne.

Si vous avez déjà choisi votre nouveau métier, évaluer le niveau de l’offre et de la demande sur cette profession peut également vous permettre de valider votre choix, et d’échapper ainsi à une période de recherche d’emploi trop longue.

Dans le cadre de votre reconversion, vous cherchez un nouveau poste ? Consultez les offres actuellement à pourvoir sur Cadremploi.

Comment réussir sa reconversion professionnelle à 50 ans ?

Malgré les risques de chômage, de perte de salaire et les difficultés à trouver un emploi, votre décision de changer de métier à 50 ans est prise. Pour mettre toutes les chances de votre côté, procédez par étapes.

Etape 1 : concevez votre projet de reconversion professionnelle

Changer de métier à 50 ans ne se décide pas du jour au lendemain. Pour valider votre choix, posez vous les questions suivantes :

  • Quelles sont mes motivations pour changer de métier ?
  • Quelles concessions suis-je prêt à faire ?
  • Quels métiers pourraient répondre à mes goûts, envies et aspirations ?
  • Qu’est-ce qui fait sens pour moi ? (par exemple : aider les autres, travailler avec des enfants, accompagner les entreprises dans leur transition digitale, …)
  • Par rapport à mon métier actuel, qu’est-ce que je souhaite conserver ? Qu’est-ce que je souhaite changer ? (rythme de travail, horaires, congés, rémunération, travail d’équipe, …)
  • Par rapport aux métiers en vue, quels sont les pré-requis nécessaires ? Faut-il se former, avoir des compétences spécifiques, investir dans un local ou dans du matériel ?
  • Quelles sont les opportunités offertes par ces métiers pour ma tranche d’âge ?

Etape 2 : passez du projet à la mise en oeuvre

Pour mettre en oeuvre votre projet de reconversion professionnelle, suivez ces quelques conseils :

  • Listez le ou les métiers qui vous plairaient. S’il y en a plusieurs, établissez un ordre de priorité.
  • Renseignez-vous sur les compétences, le salaire et les contraintes de ce métier. Idéalement, essayez d’échanger avec quelqu’un qui exerce déjà ce métier, et qui vous permettra de confronter votre vision à la réalité.
  • Faites un bilan professionnel : bilan de compétences et validation des acquis de l’expérience (VAE) peuvent être réalisés si vous êtes toujours en poste. Profitez-en !
  • Confrontez-vous vraiment à la réalité du métier : il n’y a pas d’âge limite pour faire un stage. Si vous êtes toujours en poste, c’est le moment de poser vos congés ou de demander un congé sans solde.
  • Ne quittez pas votre poste actuel sur un coup de tête. Même si vous êtes arrivé en fin de cycle, procédez avec ordre et rigueur pour mettre fin à votre contrat. Evaluez la meilleure option, démissionner ou rompre son contrat à l'amiable, et le moment adéquat pour bénéficier des aides à la reconversion et des allocations chômage, par exemple.
  • Formez-vous : pour changer de métier, l’étape de formation est quasi-incontournable. Plus ou moins longue, elle vous permet d’acquérir les compétences nécessaires à l’exercice de votre nouveau métier. Pour réussir votre reconversion professionnelle, la première étape consiste donc à réussir votre formation. Soit : bien la choisir, évaluer la possibilité de vous former tout en conservant votre poste (ou quitter votre emploi pour vous former), trouver des solutions de financement, connaître les conditions de validation de votre diplôme (examen, stage, …).

Etape 3 : ouvrez-vous à tous les types de contrats

Même si « vie professionnelle » rime pour vous avec « CDI », il est temps d’élargir le spectre.

Les métiers du conseil ont par exemple besoin de profils expérimentés recrutés sous forme de missions. Dans ce cas, n’hésitez pas à vous renseigner sur le portage salarial ou le statut d’auto-entrepreneur.

Si vous vous orientez dans le domaine de la vente, la franchise est une option à considérer. Les CDD et l’intérim peuvent également offrir des opportunités intéressantes si vous décidez de changer de métier à 50 ans.

Quels atouts mettre en avant pour changer de métier à 50 ans ?

Pour réussir votre reconversion professionnelle à 50 ans et faire le poids face à la génération fraîchement diplômée, apprenez à valoriser votre profil.

Avec au minimum 20 ans d’expérience professionnelle, vous disposez d’une large palette de compétences et de soft skills que de nombreuses entreprises recherchent aujourd’hui. Maturité, capacité à organiser le travail et management d’équipe vont souvent de pair avec les années d’expérience. Par ailleurs, les personnes de plus de 50 ans font généralement preuve de motivation, d’implication, de loyauté et d’intelligence relationnelle. A vous de prouver à l’entreprise que votre âge est plus un atout qu’un défaut.

Témoignage de reconversion professionnelle à 50 ans

Frédérique Chalony Reconversion à 50 ans

A 55 ans, Frédérique Chalony est la fondatrice de Manitaria, spécialisée dans la transition RSE des entreprises. Depuis 2 ans, elle propose des accompagnements ludiques et expérimentaux qui impliquent les salariés, et ont pour objectif de donner aux entreprises l'envie de développer leur RSE.

« A la base, je suis ingénieure agronome car je voulais exercer un métier en lien avec la nature. Mais j'ai finalement démarré ma carrière dans les études marketing, où je suis restée pendant 18 ans. Ma première reconversion a eu lieu quand j’avais 45 ans : je voulais revenir à mes premières envies. C’est pourquoi j’ai fait un MBA en développement durable. »

Cette formation en poche, Frédérique décroche un poste de responsable RSE au sein d'une mutuelle, qu’elle occupe pendant 8 ans. « J’avais des convictions sur la RSE, j’étais dans une entreprise avec un énorme potentiel mais la direction n’y croyait pas, ce qui générait beaucoup de frustration pour moi. Fin 2018, j’ai donc décidé de suivre le programme Switch Collective : cela a été déterminant dans mon parcours, pour définir ce que je voulais. »

Après une rupture conventionnelle, Frédérique se consacre à son nouveau projet professionnel : fabriquer des objets réalisés à partir de déchets. En octobre 2019, elle intègre l’incubateur Les Premières, qui l’accompagne dans la création d’entreprise, et rejoint la première promotion du programme d’éco-construction, Mucelium (lancé par l’agence MU et porté par l’ADEME). Ces deux formations, qu'elle finance grâce à ses indemnités de départ et à ses indemnités Pôle Emploi, lui permettent d’opérer un pivot en orientant son projet vers l’accompagnement RSE des entreprises.

« Aujourd’hui, j'ai vraiment l’impression d’utiliser toutes mes compétences, notamment mes compétences BtoB et services acquises lors de mes années de salariat. C’est très vibrant, mais ça ne s'est pas fait en un claquement de doigts, il s'agit vraiment d’un cheminement. C'est une véritable chance d'avoir le Pôle Emploi, qui nous permet de prendre le temps de mûrir notre projet en étant indemnisé pendant 2 ans ! »

Fleur Chrétien
Fleur Chrétien

Formée au journalisme et à l’édition, Fleur commence sa carrière chez Hachette Livre au département jeunesse. Après Bécassine et Franklin, elle s’immerge dans l’univers du luxe en agence de communication. Très vite, le digital devient incontournable. Petites agences et jolis clients - Harry Winston, Benjamin de Rothschild, l’Atelier BNP Paribas, Yann Arthus-Bertrand - permettent d’alterner réflexions stratégiques et création de contenu innovant. En 2010, Fleur fait le choix de l’indépendance. Elle se concentre alors sur son cœur de métier : donner du sens par le contenu. Cadremploi figure parmi ses heureuses collaborations.

Vous aimerez aussi :