Charge mentale, télétravail et confinement : 3 conseils pour éviter la « sur » charge

Publié le 8 avril 2020 Mathilde Hardy

Avec des enfants, des animaux ou simplement un foyer à faire tourner, combiner responsabilités professionnelles, télétravail et confinement peut vite tourner au cauchemar. En poussant légèrement plus loin le raisonnement, réussir à allier vie de famille et vie professionnelle, dans un même lieu de confinement, et tout ceci en une seule journée, relève de l’exploit. On parle de charge mentale pour décrire ce poids des responsabilités. Jusqu’à un certain niveau de tolérance, elle peut être, pour certain ou certaine, source de motivation et de dépassement de soi-même. Le Graal est de connaître son seuil maximal à ne pas dépasser, pour être à même de se surveiller et ne pas sombrer dans le burn-out. Le bonus est d’avoir en tête quelques astuces pour réussir à tout absorber. Charge mentale, télétravail et confinement, nous vous donnons 3 conseils pour éviter la surchauffe.
Charge mentale, télétravail et confinement : 3 conseils pour éviter la « sur » charge
  1. La charge mentale, c’est quoi au juste ?
  2. Le confinement, facteur aggravant de la charge mentale
  3. 3 conseils pour diminuer votre charge mentale si vous télétravaillez pendant le confinement

La charge mentale, c’est quoi au juste ?

On parle beaucoup de charge mentale, c’est un sujet dans l’ère du temps. Si des mots ont été posés pour définir une situation de la vie quotidienne, qui touche aussi bien les hommes ou les femmes, le phénomène n’est pas nouveau. Ces mots « simplement » posés représentent en réalité une belle avancée, ils permettent à tous ceux qui n’ont pas osé dire de quoi ils souffraient, peut-être de peur d’être « mal » jugés, de maintenant « oser le dire ».

Que représente cette charge mentale ? Mieux que des longues phrases, une image parlante : un mille-feuille. La charge mentale consiste en un empilement de tâches à effectuer. Penser à prendre rendez-vous chez le médecin pour son aîné, penser à acheter le dîner du soir, penser à appeler pour l’anniversaire d’un parent, penser à décaler une réunion de travail, penser à modifier un chiffre à la page 3 du Powerpoint destiné à son supérieur hiérarchique, penser à emmener le chat chez le vétérinaire… Tout doit être mené de front, à court terme et constamment. Si l’image ne vous parle pas, maintenant un verbe pour la décrire : vous l’aurez probablement deviné, « penser à ».

On parle de « la » charge mentale, mais le gâteau peut se partager en deux morceaux : la charge mentale au travail et la charge mentale « à la maison ».

Si la charge mentale peut être un facteur de motivation et d’efficacité, elle devient dangereuse au-delà d’un certain seuil. Trop gourmand, vous risquez l’étouffement. Parmi les maux de notre ère, on compte aussi le burn-out au travail, conséquence d’une charge mentale qui s’étale dans le temps.

Pour réussir à tout combiner et mener votre multitude de journées dans une seule journée, plusieurs astuces. La première, sortir respirer l’air frais, est temporairement mise entre parenthèses… épidémie de Coronavirus et confinement obligent, mais les suivantes que nous vous proposons un peu plus bas dans cet article, sont à mettre en place. À user et abuser sans modération !

Le confinement, facteur aggravant de la charge mentale

L’équation à 3 inconnues du moment : réussir à combiner télétravail, charge mentale et confinement. Hors contexte de pandémie mondiale, si vous êtes sujet à la charge mentale, cette dernière ne risque pas d’aller en s’améliorant : vie personnelle et professionnelle vont s’entremêler de fait en étant confiné.

La raison ? L’absence de frontière dans le temps et dans l’espace entre les deux temps forts de votre journée, le travail et la vie en dehors du travail.

Charge mentale, télétravail et confinement : l’absence de frontière dans le temps

On peut sûrement parler de charge mentale accrue pendant le confinement. Qui n’a jamais été tenté d’étendre une machine, tout en répondant au coup de téléphone de son manager, pendant que le déjeuner est en train de cuire… ? Penser à montrer que l’on avance sur ses sujets au travail, penser à laver le linge qui s’accumule, penser à ne pas laisser brûler le repas au four… Situation vécue par bon nombre de télétravailleurs !

En 100 % télétravail, les plages horaires de travail sont quasi-absentes. Hyper-connexion au profit du droit à la déconnexion. La sollicitation peut être continue, ce qui peut encourage à la « sur »-charge mentale.

Charge mentale, télétravail et confinement : l’absence de frontière dans l’espace

Le confinement, facteur aggravant de la charge mentale, bis.

Confiné, la pause régénérante après quelques heures de télétravail, en dehors du foyer, est interdite. La frontière vie perso/vie pro est limitée voire inexistante en fonction de la taille de votre logement. L’impression de se marcher dessus peut renforcer la charge mentale de chacun et être difficile à vivre, selon votre seuil de tolérance.

Charge mentale, télétravail et confinement : la vie à plusieurs

Le confinement, facteur aggravant de la charge mentale, ter.

La vie en communauté n’est pas un long fleuve tranquille, notamment avec des enfants ou des animaux de compagnie à prendre soin. Si vous n’aviez l’habitude de vivre ensemble que le week-end et pendant les vacances scolaires, le test d’enfermement - les caméras en moins - en réel et grandeur nature est maintenant réalisé. Penser à nourrir les animaux, penser à changer les litières, penser à imprimer et préparer les devoirs des enfants… Bref, en plus d’être télétravailleur, confiné, vous cumulez les casquettes de vétérinaire, instituteur, ou GO.

La charge mentale est à son seuil maximum ? Pas de panique. Nous sommes là pour vous proposer quelques solutions, pour la faire redescendre de quelques crans.

3 conseils pour diminuer votre charge mentale si vous télétravaillez pendant le confinement

Télétravailler confiné peut parfois relever du défi. Pour être efficace en télétravail, quelques bonnes pratiques peuvent être mises en place, Coronavirus : 4 bons conseils pour faire du télétravail. À lire, a contrario, Télétravail et confinement : les 4 pièges à éviter.

Évitez la surchauffe mentale, grâce à 3 conseils à appliquer d’urgence :

Se définir des plages de télétravail pour éviter la charge mentale

Non, ce n’est pas parce que vous êtes en télétravail que vous devez être corvéable à merci, nuits et jours.

Notre conseil pour éviter une trop grande charge mentale : vous préparer un planning de travail, avec des heures encadrées, que vous communiquerez à votre manager. Vous préciserez bien que ce cadre est flexible de votre côté si vous devez parer à l’urgence. Si vous alertez votre employeur sur votre charge excessive de travail, et que ce dernier n’a pas l’oreille qu’il faut, pour donner du poids à votre argumentaire, n’hésitez pas à relayer les mots mêmes de Muriel Pénicaud, ministre du Travail, sur le sujet : « La ministre du Travail a rappelé toute l’importance que revêt le télétravail pour les employeurs comme pour les salariés, tout en reconnaissant que la productivité ne peut pas être la même lorsque le salarié assure concomitamment la garde de ses enfants. Elle a demandé aux employeurs d’être compréhensifs et d’en tenir compte dans leurs relations avec leurs salariés » (Min travail, Coronavirus : Questions/réponses pour les entreprises et les salariés, 3 avril 2020).

Un espace de travail dédié pour éviter la charge mentale

L’un des défis du télétravail confiné, c’est de se trouver un endroit dédié au professionnel. Facile à mettre en place lorsqu’on est dans une maison ou un grand appartement où une pièce peut être dédié à cela. Plus casse-tête dans les petites surfaces. Voici une astuce, dans cette dernière hypothèse, pour optimiser votre espace de travail. Si vous devez partager votre bureau avec un conjoint ou des enfants, chacun doit disposer d’un coin dédié et tout ranger à la fin de la journée, pour faire place neuve.

Confiné et en télétravail, garder le contrôle du temps pour éviter la charge mentale

Le piège en télétravail : perdre toute notion du temps. Facilement réalisable : pas de réveil le matin, pas d’heure de repas, voire même plus de tenue dédié au travail. Confiné, les journées se ressemblent et s’enchaînent à un rythme plus ou moins rapide en fonction de votre to-do. Si vous vous reconnaissez dans cette description, nous vous conseillons d’inverser la tendance. Notre conseil ? Hop, un réveil le matin en semaine, à une heure convenable pour débuter sa journée de travail, des pauses pour s’aérer la tête, des repas équilibrés à heure fixe et pourquoi pas une petite séance de yoga ou de sport pour se détendre après une journée bien remplie (découvrez nos applications et sites internet qui vous feront passer le confinement plus vite) ? La méditation, le yoga, le sport ou la musique peuvent vous permettre d’évacuer les tensions et le stress accumulés dans votre « mille-feuille » et SURTOUT de ne plus penser à rien !

Mathilde Hardy
Mathilde Hardy

Diplômée avocat, Mathilde Hardy est ensuite formée à l’édition et à la production de contenus print et web pour différents Médias. Elle rédige des articles pour Cadremploi afin d'accompagner les candidats à l'embauche et leur permettre de décrocher l'emploi de leurs rêves, mais informe aussi les cadres sur tout ce qui touche de près ou de loin au monde du travail.

Vous aimerez aussi :