Comment agir contre la pollution digitale ?

Séverine Dégallaix

Direction, managers, collaborateurs… Au sein de l’entreprise, tout le monde peut agir pour réduire son impact écologique. Le numérique étant responsable de 4 % des émissions mondiales à effet de serre selon l’ADEME*, un chiffre qui devrait doubler d’ici 2025, il est temps de mettre en place des bonnes pratiques anti-polluantes dans le quotidien professionnel. Découvrez 5 conseils pour agir contre la pollution digitale.
Comment agir contre la pollution digitale ?

Adaptez votre navigation internet pour lutter contre la pollution digitale

Saviez-vous que lancer une requête Google consomme plus d’énergie que le fait de taper une adresse dans la barre des tâches ? Pour limiter l’impact écologique de vos recherches sur Internet, vous pouvez :

  • Utiliser les favoris. Les sites web que vous fréquentez souvent seront ainsi accessibles en quelques clics, sans que vous ayez besoin de retenir leur adresse.
  • Fermer les onglets inactifs. Inutile de laisser ouverts toute la journée des onglets que vous ne consultez qu’une fois le matin. Pour vous y aider, il existe des outils comme The Great Suspender, une extension Google qui met en veille les onglets que vous n’avez pas consultés depuis longtemps.
  • Bloquer les pop-ups. Souvent indésirables, ces fenêtres qui s’ouvrent intempestivement consomment de l’énergie. Certaines sont utiles, mais vous pouvez facilement les autoriser au cas par cas.
  • Réduire la qualité des vidéos. Une vidéo HD est peut-être plus agréable, mais elle est aussi plus lourde et plus néfaste pour l’environnement. 
  • Adopter des moteurs de recherche engagés. Ecosia reverse 80 % de ses bénéfices à des programmes de reforestation, Lilo et Ecogine donnent une partie de leurs recettes à des associations environnementales.

À noter : si vous souhaitez en savoir plus sur les gestes écolos à adopter au bureau, notre article vous renseigne. 

Pour éviter la pollution digitale, faites durer vos équipements

Remplacer un ordinateur, un smartphone ou une tablette coûte cher et a un fort impact sur l’environnement. Il est donc conseillé de :

  • Faire réparer plutôt que jeter. Souvent, il suffit d’une nouvelle batterie ou d’un nouveau disque dur pour donner une seconde vie à un appareil électronique.
  • Ne pas se précipiter sur le smartphone dernier cri si le vôtre fonctionne toujours.
  • Désinstaller les logiciels inutiles. Cela permettra non seulement d’allonger la vie de vos appareils, mais aussi de réduire leur consommation d’énergie.
  • Préférer le matériel reconditionné au neuf.
  • Installer des antivirus pour protéger le matériel.

Adoptez les bonnes pratiques pour vos e-mails

Parce qu’ils sont immatériels, il est difficile d’imaginer que les e-mails aient un impact bien concret sur l’environnement. Pourtant, une donnée numérique parcourt 15 000 kilomètres selon le rapport de l’ADEME intitulé « La face cachée du numérique ». Vous pouvez limiter cet impact grâce à quelques réflexes simples :

  • Évitez le « répondre à tous ». Vous avez l’impression de n’envoyer qu’un seul mail, alors qu’il est bel et bien multiplié par le nombre de destinataires… Et tous n’ont pas forcément besoin de votre réponse.
  • Allégez votre signature. Un logo ou une photo consomme plus que du texte.
  • Limitez les pièces jointes autant que possible. Un mail composé uniquement de texte est plus écologique. Préférez les outils de transfert comme Wetransfer qui suppriment les fichiers au bout de quelques jours, en particulier pour les fichiers lourds ou lorsque vous partagez avec plusieurs personnes.
  • Nettoyez régulièrement votre boîte mail en supprimant les messages qui ne vous servent plus à rien, surtout ceux contenant des pièces jointes lourdes.
  • Pensez à vous désinscrire des newsletters que vous ne suivez plus.

Bon à savoir : si vous êtes tenté par les métiers de l’environnement, sachez que certains recrutent. Pour en savoir plus, consultez notre article dédié. 

N’oubliez pas l’impact du stockage sur la pollution numérique

Plus encore que les mails, le cloud semble abstrait. L’ADEME note pourtant que 25 % des émissions de gaz à effet de serre générées par le numérique sont dus aux data centers. Là encore, vous pouvez agir pour limiter votre impact en :

  • Stockant localement le plus possible, au lieu de vous tourner vers des serveurs.
  • ·Ne conservant que ce qui vous est utile.
  • Préférant les clés USB et disques durs externes au cloud, notamment lorsque vous voulez faire passer des données à vos collègues.

Débrancher, éteindre, mettre en veille : les bons réflexes

Voici d’autres astuces pour limiter la pollution digitale. Les leviers pour limiter l’impact écologique, et même en télétravail, sont nombreux :

  • Ne laissez pas vos appareils branchés. Un téléphone chargé à 100 %, s’il reste branché, consomme encore de l’électricité.
  • Baissez la luminosité. Plus l’écran est lumineux, plus il consomme d’énergie. Sans compter que trop de luminosité peut être mauvaise pour vos yeux. Pensez à l’adapter, et notamment à utiliser le mode nuit aux heures appropriées.
  • Accélérez la mise en veille. Votre écran doit-il vraiment rester allumé pendant votre pause-café ? Une mise en veille automatique au bout de quelques minutes d’inactivité permet de faire des économies d’énergie.
  • Éteignez vos appareils. De nombreuses personnes, en particulier dans un contexte professionnel, n’ont pas le réflexe d’éteindre leur ordinateur pour la nuit. Lorsque vous quittez le bureau ou cessez le travail pour la journée, pensez à tout couper.

* Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

Séverine Dégallaix
Séverine Dégallaix

Diplômée en presse écrite, Séverine Dégallaix travaille depuis plus de dix ans sur des sujets concernant la recherche d’emploi et la gestion de carrière. A travers des interviews d’employeurs et de spécialistes du marché du travail ainsi que des années de recherches, elle a développé une expertise qui lui permet d’apporter des réponses actuelles aux problématiques rencontrées par les salariés et candidats de tous secteurs.

Vous aimerez aussi :