Comment se faire licencier ?

Fleur Chrétien

Vous souhaitez quitter votre entreprise mais la rupture conventionnelle n’a pas été acceptée par votre employeur ? Si vous voulez bénéficier de l’allocation chômage, le licenciement est probablement une option à étudier. Quels sont les différents types de licenciement possibles ? Quelle est la meilleure attitude à adopter pour se faire licencier ? Est-il possible de se faire licencier et de toucher des indemnités ? Quels sont les avantages et risques d’un licenciement ? Cadremploi répond à toutes vos questions.
Comment se faire licencier ?

Comment se faire licencier intelligemment ?

Après mûre réflexion et tentative de discussion avec votre entreprise, seule l’option du licenciement est envisageable pour vous permettre de quitter votre poste actuel.

Si l’on exclut le licenciement à l’amiable -autrement connu sous le nom de rupture conventionnelle, et qui suppose l’accord mutuel de l’employeur et de l’employé-, plusieurs types et motifs de licenciement sont par ailleurs possibles.

En fonction du type de licenciement, les risques et avantages diffèrent. D’où la nécessité de bien les connaître.

Dans le cas où vous souhaitez vous faire licencier, il ne s’agira pas d’un licenciement pour motif économique mais d’un licenciement pour motif personnel.

Ce genre de licenciement repose sur la personne du salarié. Il doit être justifié par une cause réelle et sérieuse liée à votre comportement, au respect des règles de l’entreprise, à votre efficacité ou à vos aptitudes professionnelles.

Le licenciement pour motif personnel se distingue en deux catégories : les licenciements non-disciplinaires et les licenciements disciplinaires.

Les licenciements non-disciplinaires

Les causes invoquées pour les licenciements non-disciplinaires peuvent être :

  • l’insuffisance de résultats
  • l’insuffisance professionnelle
  • la mésentente avec l’équipe, générant des problèmes d’organisation et/ou de productivité
  • les absences répétées pour maladies non-professionnelles
  • l’inaptitude physique

Les licenciements disciplinaires

Le licenciement disciplinaire est lié à une faute professionnelle. Il existe trois types de fautes professionnelles, réparties selon leur degré de gravité :

  • la faute simple
  • la faute grave : qui trouble le bon fonctionnement de l’entreprise, nécessitant ainsi une rupture immédiate du contrat de travail
  • la faute lourde : il s’agit dans ce cas d’une faute grave faite avec intention de nuire à l’entreprise.

Si vous souhaitez bénéficier d’un maximum d’avantages à l’issue de votre licenciement, vous avez tout intérêt à obtenir un licenciement non-disciplinaire ou un licenciement disciplinaire pour faute simple.

Quelles attitudes peuvent justifier un licenciement ?

Pour justifier votre licenciement, votre employeur va devoir invoquer des causes réelles -basées sur des faits objectifs et sérieux- suffisamment importantes pour provoquer la rupture de votre contrat de travail.

Si vous voulez être licencié, à vous de lui donner de bonnes raisons de le faire.

Découvrez ci-dessous les meilleures attitudes à adopter pour engendrer une procédure de licenciement.

Ne respectez pas le temps de travail inscrit dans votre contrat de travail

  • Arrivez chaque jour en retard.
  • Faites de nombreuses pauses café.
  • Prenez 3 heures pour aller déjeuner avec vos amis ou collègues.
  • Posez votre stylo à 16h et allez récupérer vos enfants à la sortie de l’école à 16h30.
  • Profitez de week-ends à rallonge en prenant, de façon injustifiée et sans prévenir, vos vendredis et lundis.

Faites preuve d’inefficacité, d’insuffisance professionnelle et de faible motivation

  • Travaillez lentement
  • Laissez-vous distraire autant que possible : réseaux sociaux, petites vidéos sur YouTube, coups de téléphone personnels, pauses avec les collègues.
  • Soyez systématiquement en retard sur la restitution de vos dossiers.
  • Oubliez régulièrement votre ordinateur portable à la maison et ratez les réunions importantes. 

Adoptez le comportement non-professionnel par excellence

  • Soyez dans la critique négative systématique et opposez-vous.
  • N’écoutez pas votre manager et partez dans la direction opposée à ses directives.
  • Ralliez les autres collaborateurs à votre cause.
  • Créez la zizanie dans l’équipe en colportant ragots et rumeurs.
  • Soyez exubérant, paresseux, colérique, bruyant : bref, adoptez un comportement inadapté dans le cadre professionnel.
  • Venez en mini-jupe, en short et en tongs : oubliez les règles de bienséance en entreprise.
  • Disputez-vous avec les clients, raccrochez-leur au nez.
  • Moquez-vous ouvertement de votre N+1, devant le reste de l’équipe.

Si vous êtes prêt à aller jusqu’au licenciement disciplinaire, vous pouvez tout simplement arrêter d’aller au travail. Il s’agira alors d’un licenciement pour abandon de poste.

Quels sont les avantages de se faire licencier ?

Même si vous vous faites licencier pour faute lourde, vous bénéficiez de droits au chômage via l’Aide au Retour à l’Emploi (ARE).

C’est donc le principal avantage du licenciement (quel qu’il soit) par rapport à la démission ; la démission ne permettant d’obtenir le chômage que dans des cas très spécifiques comme la reconversion professionnelle.

Des indemnités peuvent également être obtenues selon le type de licenciement.

Les licenciements non-disciplinaires et licenciements disciplinaires pour faute simple ouvrent les mêmes droits. Vous pouvez alors prétendre aux indemnités légales de licenciement -calculées sur des critères d’ancienneté, de salaire brut et de taille d’entreprise-, ainsi qu’aux indemnités compensatrices de préavis et aux indemnités de congés payés.

Les licenciements disciplinaires pour faute grave ne donnent ni le droit à l’indemnité légale de licenciement, ni à l’indemnité compensatrice de préavis. En revanche, ce type de licenciement ouvre le droit à l’indemnité compensatrice de congés payés.

Dans le cas d’un licenciement pour faute lourde, aucune indemnité n’est versée.

Se faire licencier présente-t-il des risques ?

Si vous avez décidé de vous faire licencier, vous allez adopter le comportement adéquat pour parvenir à vos fins. Mais attention à ce que la situation ne dérape pas ; la frontière étant parfois ténue entre une faute simple et une faute grave.

Si l’entreprise conclut à une faute grave, il est possible que vous soyez privé de certaines indemnités avec obligation de quitter immédiatement l’entreprise. A vous de prévoir vos arrières pour rebondir rapidement après ce genre de licenciement.

En terme de carrière, le licenciement peut également vous être néfaste car il peut affecter votre réputation professionnelle, notamment si un futur employeur procède à un contrôle de références avant de vous recruter.

Cela pourrait vous intéresser :
Fleur Chrétien
Fleur Chrétien

Formée au journalisme et à l’édition, Fleur commence sa carrière chez Hachette Livre au département jeunesse. Après Bécassine et Franklin, elle s’immerge dans l’univers du luxe en agence de communication. Très vite, le digital devient incontournable. Petites agences et jolis clients - Harry Winston, Benjamin de Rothschild, l’Atelier BNP Paribas, Yann Arthus-Bertrand - permettent d’alterner réflexions stratégiques et création de contenu innovant. En 2010, Fleur fait le choix de l’indépendance. Elle se concentre alors sur son cœur de métier : donner du sens par le contenu. Cadremploi figure parmi ses heureuses collaborations.

Vous aimerez aussi :