Comment supporter la pression au travail ?

Cadremploi

Quelques chiffres pour bien comprendre l’ampleur du phénomène. 480 000 personnes en France sont en situation de détresse psychologique au travail selon l’Institut de veille sanitaire. 30 000 seraient même en burn-out. Plus inquiétante encore, l’étude du cabinet Technologia révélant que 12 % de la population active présenterait un risque de burn-out. Alors si vous pensez être concerné par la pression au travail, sachez que vous n’êtes pas seul dans ce cas et que des solutions existent pour apprendre à supporter le stress. Mais avant de vous livrer nos conseils, étudions les différentes formes de pressions au travail et les signes qui doivent vous alerter.
comment réagir face à la pression au travail

Définition de la pression au travail

La pression au travail

Avec des postes à responsabilités, les cadres font partie des catégories socioprofessionnelles les plus touchées par la pression au travail. Rythme de travail soutenu ou surcharge de travail, objectifs de performance, compétition entre salariés, manque de reconnaissance, difficulté à trouver des moyens humains et financiers pour mener à bien ses missions, crainte de perdre son emploi, dénigrements de sa hiérarchie ou de ses collègues… les facteurs de stress sont nombreux. Et cette pression tend généralement à s’accumuler jusqu’au jour où l’on craque. Fondre en larmes au milieu d’une réunion, exploser après une remarque qui peut paraître anodine, crise d’angoisse, impossibilité physique de se lever le matin… avant d’arriver jusqu’au burn-out, le salarié subit pendant des semaines, des mois, voire des années, sans arriver à sortir de ce cercle. C’est donc ce qu’il faut éviter pour conserver sa santé mentale.

Pression hiérarchique ou pression personnelle ?

Il faut bien dissocier la pression de l’employeur de la pression que vous vous infligez à vous-même. Dans le premier cas, votre hiérarchie vous fixe des objectifs très élevés, quasi inatteignables. Dans le second, les causes sont donc internes. Se mettre trop de pression au travail est en effet un problème récurrent des personnalités enclines au perfectionnisme. Être trop exigeant envers soi-même, ne pas s’accorder le droit à l’erreur risque de vous mener jusqu’à la dépression. Vous voulez rentabiliser le temps de travail ? Vous courrez sans cesse, gérez plusieurs tâches simultanément… Ce n’est pas viable sur le long terme. Vous souhaitez vous montrer fort et cacher vos faiblesses ? Vous vous sacrifiez pour vos supérieurs ou vos collègues ? Vous pensez que vous ne pouvez réussir qu’au terme de gros efforts ? Tout cela ne va pas vers l’amélioration de la qualité de vie au travail que visent pourtant de nombreux employeurs. Car ils savent qu’elle est indispensable pour assurer la performance de ses employés.

Pression au travail et grossesse

Vivre une situation de stress au travail est encore plus problématique lorsqu’on est enceinte, la pression pouvant avoir des effets désastreux. C’est pourquoi les femmes enceintes sont protégées par la réglementation dans le cadre du travail. Sauf cas particulier, une salariée enceinte ne peut être licenciée pendant sa grossesse, son congé maternité et les quatre semaines suivantes. Si la femme enceinte n’a pas obligation de mentionner sa grossesse à son employeur, elle a intérêt à en informer la médecine du travail lorsqu’un risque de stress dû à l’activité professionnelle se présente.

Les signes qui révèlent une certaine pression au travail

Des troubles du sommeil

Lorsque l’on a la tête dans le guidon, il n’est pas toujours aisé d’identifier le problème de pression au travail. Parmi les signes de stress professionnel susceptibles de vous orienter dans ce sens figurent les troubles du sommeil. Vous avez tendance à être obnubilé par les missions qui vous restent à accomplir, ce qui gêne votre endormissement, vous réveille, voire provoque de véritables insomnies. Le fait par exemple de penser au travail dès le réveil en consultant vos mails avant toute chose doit vous alerter.

Un état de fatigue intense

L’épuisement professionnel n’est pas un mythe. La pression au travail, lorsqu’elle dure depuis trop longtemps, vous place dans un état apathique. Vous perdez votre motivation. Vous ne vous intéressez plus à rien. Vous procrastinez de plus en plus. Il est très difficile de s’extraire de cet état, renforcé par le manque de sommeil. C’est la raison pour laquelle il faut tout faire pour réagir avant d’en arriver là.

Des nerfs à vif

Vous connaissez l’effet cocotte-minute ? La pression (celle du travail) peut vous faire totalement dégoupiller. Une remarque, un conseil, un geste et c’est l’explosion. Les cris. Les larmes. La culpabilité. Souvent, cet état de stress rejaillit sur la vie de famille. La vie de couple est mise à rude épreuve et avec vos enfants, votre patience atteint ses limites encore plus rapidement.

Des maux de plus en plus fréquents

Mal au dos, migraines, douleurs au ventre… ces petits soucis de santé prennent de plus en de place dans votre vie. D’ailleurs, vous remarquez que les arrêts maladie se multiplient alors que vous n’étiez pas coutumier du fait auparavant. Tous ces changements doivent donc vous faire réfléchir et réagir avant de subir le burn-out, le vrai, celui qui vous cloue au lit.

Comment réagir face à la pression au travail ?

Qui solliciter pour améliorer la situation ?

Il faut savoir que vous n’êtes pas seul face à cette situation. Vous sentez les premiers signes du stress s’emparer de vous ? Ne tardez pas à consulter la médecine du travail. Le docteur considérera peut-être qu’un arrêt de travail est nécessaire. Si vous vous sentez harcelé ou que la charge de travail est humainement impossible à gérer, vous pouvez vous rapprocher des représentants du personnel ou de l’Inspection du Travail, dont le rôle sera de rappeler à l’employeur le droit du salarié à la déconnexion par exemple. Et si cette pression n’est qu’une émanation de votre exigence personnelle, n’hésitez pas à consulter un psychologue, car seul un travail sur vous-même vous permettra de relâcher la pression.

Comment résister à la pression au travail ?

La pression s’accélère et vous vous demandez comment la gérer, comment la supporter. En identifier les causes constitue l’étape préalable indispensable. Saisir les causes de votre mal-être avec le plus d’objectivité possible vous permettra d’agir sur les éléments les plus problématiques. Souvent, la surcharge de travail représente le fond du problème pour de nombreux cadres stressés. Dans ce cas, il faut apprendre à déléguer, à dire non et à éviter que le travail s’insère dans sa vie personnelle. Lorsque le rythme de travail est si soutenu que vous devez systématiquement réaliser des heures supplémentaires, voire travailler le dimanche, c’est soit que les effectifs sont insuffisants, soit que vous ne faites pas suffisamment confiance à vos collaborateurs. Surtout, dans ce cas, il faut savoir refuser de nouvelles missions confiées par votre supérieur. Lui expliquer la situation en lui démontrant l’impossibilité technique de mener à bien de nouvelles tâches l’invitera à revoir l’organisation du service et/ou à recruter plus de personnel. L’amélioration de la situation au sein de l’entreprise passe également par le fait de prendre soin de soi à l’extérieur. Conservez une vie sociale et familiale pour ne pas vous enfermer dans votre travail. Adoptez également un mode de vie plus sain. Ce conseil peut vous paraître dérisoire et ne répondra pas à un besoin urgent de libérer la pression. Certes, mais pratiquer une activité sportive, manger équilibré, éviter l’alcool vous aidera à retrouver durablement une meilleure santé mentale et physique.

Que faire pour aider ses collaborateurs à surmonter la pression au travail ?

Le rôle de manager n’est pas toujours facile. Il doit en effet veiller à la cohésion de son équipe et à la qualité de vie au travail. Sans ça, les résultats peuvent chuter nettement. Il convient donc d’être attentif à l’état réel de ses collaborateurs. Prendre du recul est nécessaire pour s’assurer qu’on ne véhicule pas soi-même des ondes négatives sources de stress. Affinez votre organisation et fixez à vos collaborateurs des objectifs réalistes. En favorisant leur autonomie, les salariés gagnent en confiance. La bienveillance fait également partie des softskills indispensables pour un manager. Dernier conseil pour éviter tout impact sur la santé des salariés : améliorer l’environnement de travail. Des espaces conviviaux, des bureaux lumineux, des sièges confortables… autant de petites choses qui rendront vos équipes plus performantes.

Ce qu'il faut retenir :

  • Plus d’un actif sur 10 présente un risque de burn-out.
  • Les cadres sont particulièrement concernés par l’épuisement professionnel.
  • Ne pas confondre pression de l’employeur et pression que l’on se met soi-même.
  • Le législateur protège les femmes enceintes afin de leur éviter de subir trop de pression au travail.
  • Troubles du sommeil, irritation, grosse fatigue, apparition de douleurs sont des signes qui peuvent révéler une situation de stress au travail.
  • Médecine du travail, Inspection du Travail, représentants du personnel, psychologue… autant d’interlocuteurs qui peuvent aider à sortir d’un mal-être au travail.
  • Faire confiance aux collaborateurs et leur déléguer certaines tâches contribue à réduire le stress.
  • Dire non à son patron en cas de surcharge de travail peut s’avérer salutaire.
  • Utiliser le droit à la déconnexion est nécessaire pour ne pas faire entrer ses problèmes de travail à la maison.
  • Améliorer son mode de vie peut avoir des effets significatifs sur un état de souffrance au travail dû au stress.
  • Écoute, bienveillance et flexibilité sont des valeurs cardinales pour les managers qui souhaitent prévenir la pression au travail.
Cadremploi
Cadremploi

Vous aimerez aussi :