Communication non verbale : définition, explications et exemples

Cadremploi

Savez-vous que ce que nous disons ne représente qu’une part mineure de la communication ? La communication non verbale joue en effet un rôle essentiel pour se faire comprendre dans la vie de tous les jours et au travail, voire en entretien d’embauche. Comment définir cette communication alternative ? Quels sont les 10 signes de la communication non verbale ? Quelle est son importance dans la communication générale ? Le point sur la communication non verbale, exemples à l’appui.
Communication non verbale

Définition de la communication non verbale

Par opposition à la communication verbale, la communication non verbale représente l’ensemble des interactions entre des interlocuteurs sans l’usage de mots : attitude, gestes, expression faciale, mouvements du corps… Ce langage corporel peut être conscient ou inconscient, mais s’y attacher permet de mieux faire passer un message et de mieux comprendre l’état d’esprit de vos interlocuteurs en société, notamment dans le cadre de votre travail.

Quels sont les différents types de communication non verbale ?

La façon de se tenir

La posture est un élément essentiel de la communication. Une personne debout peut se tenir plus ou moins droite. Se tenir bien droit est un signe de confiance et de bonne santé. C’est la posture des leaders. Avoir le dos courbé montre un manque d’engagement, voire un état de soumission. En position assise, la posture peut également être mise en exergue. Quelqu’un qui a le torse en avant, les jambes écartées, les pieds bien ancrés dans le sol cherche peut-être à convaincre ou à prendre le dessus, tandis qu’une personne retranchée sur son dossier et les jambes croisées donnera une impression tout autre.

L’apparence

L’apparence est l’élément qui est perçu en premier. Elle est donc très importante, par exemple dans le cadre d’une recherche d’emploi. Le caractère soigné ou négligé de la personne est rapidement scanné par l’interlocuteur. On parle ici des cheveux (sont-ils propres et bien coiffés ?), du visage (est-il fraîchement rasé / maquillé ?), de la tenue (les vêtements sont-ils convenables, adéquats, propres, repassés, de marque… ?), ainsi que des éventuels accessoires comme les montres et les bijoux.

La proximité

La distance constitue aussi un élément fort de la relation. Chacun a besoin d’une bulle de sécurité plus ou moins grande. Lorsqu’une personne se rapproche trop de son interlocuteur, cela peut être vécu comme une menace voire une agression. Au contraire, rester à une distance exagérée peut être perçu comme un outrage.

Le contact corporel

Bise, poignée de main ou, depuis peu, check, ces contacts corporels en disent long sur la personne avec qui on échange. Une poignée de main ferme dira "je suis franc(he), direct(e), dynamique…" alors qu’une main molle générera un sentiment beaucoup moins favorable. Une poignée trop fuyante marquera un manque de considération et une certaine arrogance. Toutefois, une poignée de main trop appuyée et trop serrée peut être perçue comme une volonté d’emprise. Idem pour la main apposée sur l’épaule.

La façon de parler

Outre les mots, c’est la façon de parler qui en dira long à votre interlocuteur sur vos intentions, votre caractère et vos soucis d’ego. Le volume de la voix compte bien sûr, mais pas seulement. L’intonation, le débit, la prononciation sont également à considérer. Comme pour le contact corporel, il faut trouver un juste milieu afin d’apparaître confiant(e) sans sembler arrogant(e) ou manipulateur(trice).

Les sons

Lors d’un échange, les interlocuteurs peuvent émettre des sons plus ou moins maîtrisés. Rire, renifler, se racler la gorge, glousser… voilà autant de petits bruits qui peuvent, là encore, révéler un certain malaise par exemple.

Les expressions du visage

Gérer les expressions de son visage revient à dissimuler ses émotions. Cela peut être utile au cours d’un échange, notamment pour les commerciaux qui souhaitent pouvoir adopter la "poker face" en toutes circonstances. Les sourcils, la bouche, les yeux sont autant d’informations pour l’interlocuteur, qui peut remarquer votre déception, votre mécontentement ou votre surprise par exemple sans que vous ne parliez.

Les mouvements de la tête

C’est sans doute l’un des signes non verbaux les plus évidents. Tout le monde peut déceler ce que signifie un hochement de tête horizontal ou vertical.

Les mouvements des mains

Les mouvements des mains sont naturellement plus nombreux et plus complexes. Pour être idéalement écouté, il est recommandé d’adopter comme souvent un compromis entre bouger ses mains dans tous les sens et garder les bras le long du corps. Signes de stress, de nervosité ou d’abattement, ces gestes peuvent inutilement attirer l’attention de vos interlocuteurs.

Les mouvements des yeux

Le regard est, bien sûr, crucial pour bien communiquer. Un regard fuyant, quelles que soient les circonstances, sera mal perçu, tout comme un regard trop insistant. De la mesure. Il faut être capable de soutenir un regard quand on s’adresse à quelqu’un et éviter, par exemple, les clins d’œil ou de lever les yeux au ciel.

L’importance de la communication non verbale dans la communication

Ce chiffre va peut-être vous étonner, mais Albert Mehrabian, chercheur en psychologie, conclut de ses études que 7 % seulement de notre communication passe par le langage verbal.

Selon lui, 55 % de la communication entre individus est issue de l’expression de nos visages et de nos mouvements corporels. 38 % de nos échanges dépendent de la voix.

On comprend mieux pourquoi il faut y prêter attention, et avoir une bonne lecture de la communication non verbale et des émotions. Surtout lorsqu’une rencontre revêt une importance particulière, comme c’est le cas pour une négociation commerciale, une présentation professionnelle ou un entretien d’embauche.

Communication non verbale : exemples

Nous vous proposons des exemples de communication non verbale à partir d’intentions ou de postures de potentiels interlocuteurs :

  • Une personne gênée tentera de contrôler son sourire, mais aura un regard fuyant et portera ses mains à son visage.
  • Une personne qui ment risque de transpirer et de rougir, craignant d’être découverte. Elle peut être amenée à multiplier les gestes tranquillisants, à cacher ses mains et à conserver une distance irraisonnable.
  • Une personne qui écoute avec attention n’opposera pas de geste barrière et hochera la tête régulièrement.
  • Une personne en situation de leadership prendra naturellement place au centre d’un groupe, et se tiendra parfaitement droite avec un sourire naturel pour montrer sa bienveillance.
  • Une personne qui cherche à dominer n’hésitera pas à appuyer sa poignée de main et son regard, ni à pénétrer votre espace de sécurité. Elle parlera plus fort que tout le monde.
  • Une personne qui s’ennuie adoptera une posture avachie. Son apparence peut être négligée, signe d’une perte de motivation ou de dépression. Son regard sera fuyant.
  • Une personne en excès de confiance se déplace avec assurance, le sourire aux lèvres. Aucune émotion négative n’émerge. Ses mouvements de main seront amples, mais ses mains ne rencontreront pas d’autres parties de son corps.
  • Une personne stressée aura un langage corporel assez facile à identifier. Les signes de nervosité peuvent se matérialiser par un rire intempestif, des mains portées au visage, une voix faible et peu assurée…

Communication non verbale : nos conclusions

  • La communication non verbale désigne tout ce que nous pouvons faire volontairement ou involontairement au cours d’un échange sans parler.
  • 10 signes de communication non verbale peuvent être déclinés.
  • 93 % de notre communication est non verbale.
  • Soutien du regard, intonation de la voix, gestes, proximité avec l’interlocuteur, mouvement des mains… Trouver un juste milieu permet de convaincre plus facilement son auditoire.
  • Une bonne lecture de la communication non verbale permet de déceler les intentions, les émotions ou l’état d’esprit de son interlocuteur.
Cadremploi
Cadremploi

Vous aimerez aussi :