Comment conduire efficacement le changement ?

Fleur Chrétien

Dans un environnement en permanente mutation sur le plan économique, sanitaire, financier et écologique, les entreprises sont aujourd’hui obligées de faire preuve d’agilité et de résilience pour leur survie. Si le changement est perçu comme indispensable, la question se pose de savoir comment le mener pour qu’il s’accompagne de résultats positifs pour l’entreprise. A quelles méthodes se référer pour conduire le changement ? Quels outils utiliser ? Quelles sont les étapes indispensables pour réussir la conduite du changement ? Quelles sont les compétences requises pour mener ce genre de projet de manière efficace ? Nous vous dévoilons 6 clés pour réussir à conduire le changement.
Comment conduire efficacement le changement ?

Qu'est-ce que la conduite du changement ?

Egalement appelée Change Management, la conduite du changement désigne l’ensemble des actions mises en œuvre pour permettre à une organisation de se transformer. Le changement peut être subi (imposé par les contraintes et l’évolution de l’environnement par exemple) ou choisi (comme une modernisation de l’outil informatique pour gagner en performance).

Quels sont les enjeux de la conduite du changement ?

Quelle que soit la situation de votre entreprise, il est indispensable de savoir pourquoi, comment et dans quel contexte vous souhaitez opérer le changement.

Au-delà des impacts financiers et des gains de productivité attendus, les enjeux humains du changement sont nécessairement à prendre en compte pour faire aboutir votre projet de transformation. En effet, le manque d’adhésion et d’implication des équipes est l’une des principales causes d’échec de ce genre de projet.

Quels sont les modèles et outils à connaître pour conduire le changement ?

Le changement nécessite du temps et de l’organisation. Parfois source de stress, d’opposition ou de blocage, la conduite du changement doit s’envisager par étapes pour pouvoir être mis en œuvre.

Pour conduire le changement au sein de votre entreprise, plusieurs approches théoriques peuvent vous permettre de comprendre ce qui se joue avec la notion de changement, et comment procéder pour gérer le changement avec succès.

Quelles sont les étapes du changement ?

Outil de référence pour identifier ce qui est en jeu dans les situations de changement, la courbe de deuil définit 5 étapes intrinsèques au changement, que tout un chacun expérimente un jour ou l’autre dans sa vie privée ou professionnelle. Le choc ou déni initial laisse souvent la place à un sentiment de colère ou de peur, pouvant se transformer en tristesse ou dépression. Vient ensuite la quête de sens, qui ouvre sur une phase de sérénité.

Spécialiste en gestion du changement, William Bridge définit pour sa part un processus en 3 stades dans son modèle transitionnel : l’abandon de ce qui fut, la phase de flottement et le nouveau départ.

Quels sont les outils à connaître pour conduire le changement ?

Le psychologue américain Kurt Lewin identifie de son côté 3 grandes étapes dans son modèle de gestion du changement :

  • L’unfreeze, ou dégel, est l’étape où il faut faire prendre conscience aux équipes de la nécessité d’opérer un changement. Des résistances se manifestent alors.
  • Le change, ou étape du changement : il s’agit de la mise en œuvre d’actions concrètes  pour opérer le changement.
  • Le refreeze, littéralement traduit par regel : étape cruciale pour favoriser la réussite du changement sur le long terme, cette phase finale consiste à entériner les nouvelles pratiques.

Kurt Lewin propose également une matrice d’analyse des champs de force (Force Field Analysis), permettant d’analyser les forces positives et négatives dans le but de débloquer une situation. En cas d’impossibilité de déblocage, le réajustement ou l’abandon du projet de changement peuvent être envisagés.

Le Diamant de Leavitt représente un autre modèle de référence. Il s’agit d’une matrice incluant 4 éléments constitutifs de l’entreprise : les individus, les tâches, la technologie et l’organisation. Le principe de cette matrice est d’évaluer les interconnexions existant entre les 4 variables, et l’impact d’un changement de l’une de ces variables sur les autres.

Le Diamant de Leavitt sert à définir le plan d’action le plus efficace pour mener le changement et à évaluer son impact.

Comment conduire le changement de manière efficace ?

Vous êtes le manager en charge de la gestion du changement, et avez besoin d’une méthode pour savoir comment procéder ?

Découvrez ci-dessous quelques étapes cruciales pour réussir votre projet de conduite du changement.

  1. Définissez les raisons qui justifient le changement. Vous aurez ainsi de précieuses indications sur les directions à prendre, et saurez quels arguments présenter à vos collaborateurs au moment d’annoncer les changements à venir.
  2. Élaborez un plan d’action, un planning et un budget. Une approche maîtrisée et progressive est nécessaire pour permettre aux équipes d’intégrer ce nouveau projet, et de se l’approprier. Vous pouvez également tabler sur un management participatif pour associer votre équipe à l’élaboration des solutions.
  3. Définissez les résultats attendus. Quels sont les objectifs de ce changement ? A quelle échéance ? Quels indicateurs de suivi mettre en place pour piloter le changement ?
  4. Essayez d’évaluer l’impact sur les équipes, sur le travail et sur l’organisation. Bref, portez un regard global sur les conséquences possibles du changement. 
  5. Listez les facteurs exogènes favorables et défavorables au changement prévu. Voyez comment limiter l’impact des facteurs défavorables.
  6. Essayez d’anticiper les résistances que vous allez rencontrer. Individuelles ou collectives, ces résistances doivent être levées pour permettre la mise en œuvre du changement.
  7. Pilotez le changement, en contrôlant la validation des étapes et l’évolution des chiffres au regard des objectifs pré-définis. Réajustez si nécessaire.
  8. Quand l’étape de changement est achevée, informez-en les équipes, sans oublier de lui donner des feedbacks sur les impacts et résultats obtenus à l’issue de cette transformation.

Comment manager la conduite du changement ?

A la fois proche des équipes et stratège, le change manager doit posséder un profil de leader. En travaillant votre leadership, vous pourrez inspirer les équipes, générer de la confiance dans un contexte parfois instable, rassurer les collaborateurs les plus frileux et faire adhérer les plus récalcitrants.

Excellent communicant, le change manager doit informer ses équipes en permanence : sur les changements à venir, les évolutions en cours et le bilan des changements réalisés. Il doit également accompagner les collaborateurs de son équipe au niveau individuel et collectif pour permettre à chacun de trouver sa place dans la nouvelle organisation.

Très bon planificateur formé aux process d’amélioration continue, le manager en charge de la conduite du changement doit également porter une vision. Implications à long terme, approche globale et transverse : le change manager se positionne autant sur la dimension stratégique que sur l’opérationnel.  

Comment intégrer l’humain dans le management de la conduite du changement ?

Votre capacité à instaurer une relation de proximité, de transparence et de confiance avec vos équipes sera clé dans votre aptitude à conduire efficacement le changement.

Dans un contexte de changement, un de vos enjeux sera en effet de savoir vaincre les réticences. Au niveau individuel, il peut s’agir d’un manque de confiance en soi ou en la hiérarchie, d’une vision erronée du projet ou d’une crainte par rapport à l’avenir.

Au niveau collectif, les oppositions peuvent se manifester par crainte que soient remis en question les acquis sociaux, routines et habitudes de fonctionnement.

Dans les deux cas, vos soft skills feront la différence : écoute active, dialogue, attitude constructive et capacité à donner du sens au changement.

Fleur Chrétien
Fleur Chrétien

Formée au journalisme et à l’édition, Fleur commence sa carrière chez Hachette Livre au département jeunesse. Après Bécassine et Franklin, elle s’immerge dans l’univers du luxe en agence de communication. Très vite, le digital devient incontournable. Petites agences et jolis clients - Harry Winston, Benjamin de Rothschild, l’Atelier BNP Paribas, Yann Arthus-Bertrand - permettent d’alterner réflexions stratégiques et création de contenu innovant. En 2010, Fleur fait le choix de l’indépendance. Elle se concentre alors sur son cœur de métier : donner du sens par le contenu. Cadremploi figure parmi ses heureuses collaborations.

Vous aimerez aussi :