Coronavirus et reprise du travail : comment s'y préparer ?

Publié le 14 avril 2020 Mathilde Hardy

La date annoncée du 11 mai prochain nourrit tous nos espoirs de reprise « normale » du travail. Il reste cependant beaucoup d’inconnues avant de reprendre le chemin de nos bureaux et de retrouver nos collègues. Mais d’ores et déjà, une certitude : les pratiques et les réflexes professionnels vont changer. Les presque deux mois de confinement, et l’épidémie mondiale de Coronavirus, vont faire évoluer notre manière de travailler. Quelles sont les nouvelles habitudes qu’il nous faudra prendre et surtout, comment nous y préparer dès maintenant ? Cadremploi nous dresse le nouveau portrait-robot du travail de demain.
Coronavirus et reprise du travail : comment s'y préparer ?

Reprise du travail après le confinement : la généralisation du télétravail

Le télétravail, et même le travail en remote, est à l’apogée de sa gloire. Simple avantage il y a encore quelques mois, le Coronavirus et le confinement l’auront finalement rendu indispensable pour continuer à faire fonctionner les entreprises. À la reprise du travail le 11 mai 2020, le télétravail s’impose désormais comme indispensable. 91 % des cadres interrogés dans une récente étude Cadremploi pensent d’ailleurs qu’à l’avenir le recours au télétravail est amené à encore augmenter.

Bonne nouvelle : lors de la reprise du travail en France, les freins à la pratique du télétravail dans les entreprises seront presque tous levés.

En effet, pour la plupart des salariés, les outils nécessaires à sa pratique sont désormais en place et fonctionnels. Le télétravail a largement fait ses preuves pendant les mois de confinement liés à l’épidémie de Coronavirus. Les bons conseils pour faire du télétravail ont été distribués, notamment par les entreprises, pour venir en aide à ceux qui n’avaient pas l’habitude de ce mode de travail.

Car si le confinement a prouvé une chose : la productivité chez soi, n’est pas moins importante qu’au travail - surtout lorsque les enfants retourneront dans le giron de l’Éducation nationale.

Autre avantage présenté par le télétravail, et de loin le moins négligeable : l’affranchissement des trajets domicile - travail en transports en commun, qui sur un plan purement épidémiologique est un vivier de transmission du Covid-19.

Le télétravail semble devenir une nouvelle norme et connaît un développement sans précédent. Il devrait donc s’imposer comme un nouveau mode de travail à part entière. L’essai sera-t-il transformé à la reprise du travail, après le confinement ? Il faut semble-t-il s’y préparer.

Moins de contacts physiques dans l'entreprise à la reprise du travail

La pandémie mondiale de Coronavirus aura eu pour effet de replacer les mesures d’hygiène élémentaires au centre des préoccupations de chacun. Véritable barrière à la transmission du Covid-19, et plus largement de tous les microbes - la distanciation sociale est devenue la norme ces dernières semaines et laissera probablement quelques traces post-confinement.

Les salariés des entreprises - peu importe sa taille - auront sans aucun doute pris quelques habitudes qui se feront ressentir dans le quotidien professionnel de reprise, le 11 mai prochain. Notamment, les poignées de main et autres contacts physiques pour se saluer devraient disparaître totalement au profit de gestes éloignés. Idem, par exemple, pour les rituels alimentaires : les paniers de fruits laissés à la disposition des salariés risquent de tomber aux oubliettes et les pauses cafés/goûters partagés vont devoir se réinventer.

Résidus de l’épidémie de Coronavirus et dans les tuyaux de la reprise bouleversée du travail, n’en déplaisent aux adeptes de l’hygiène de la première heure, moins de réunions dans les entreprises - et plus largement diminution de tout rapport à la foule - et la mort annoncée du flex office - le partage de bureaux étant souvent synonyme de partage de microbes.

Retour aux bureaux cloisonnés et individualisés, fin de la réunionite aigue et nouvelles règles de courtoisie professionnelle, préparons-nous à travailler différemment à partir du 11 mai.

La quête de sens au travail : une priorité après l’épidémie de Coronavirus

Êtes-vous heureux au travail ? Le temps permet à l’esprit de vagabonder. Peut-être que certains ont utilisé le temps offert par le confinement à la réflexion sur les notions de bonheur au travail et de sens au travail. D’un point de vue professionnel, l’épidémie de Coronavirus permet de s’interroger sur le sens de toute chose et celui du travail en particulier. L’envie de revoir sa façon de travailler ou son rapport au travail ont peut-être émergé dans certains cerveaux. Voire même, des projets de reconversion professionnelle pour l’après confinement ont pu se concrétiser. Le sens au travail va probablement devenir une quête chez de nombreux salariés ébranlés par l’épidémie de Coronavirus. Les nouvelles aspirations ou manières d’envisager le travail, l’entreprise, et la société vont amener les entreprises à se repenser, à redéfinir les valeurs qu’elles véhiculent. Choisir son nouvel employeur en fonction de ses valeurs morales, conjuguer éthique et travail, voici qui pourrait être la quête de certains cadres lors de la reprise du travail le 11 mai prochain.

Pour les salariés qui n’ont pas d’aspiration de reconversion, ce sont peut-être les modalités de travail qui seront revues. Comme les horaires de travail. Exit le 9h-20h pour certains ? Le travail ne s’exercera probablement plus avec les mêmes contraintes qu’avant parce qu’on sait à présent qu’on peut les dépasser et se recentrer sur ce qui nous paraît comme essentiel : la famille pour certains salariés, le travail pour d’autres.

Impact sur les rapports humains, impact sur les modes de travail, impact sur le sens au travail, le Coronavirus aura un impact non-négligeable sur l’exercice du travail après le confinement. Il existe un autre domaine qui devrait bénéficier des changements de pratiques dans les entreprises : l’écologie. Si certains gestes écolos font d’ores et déjà partis du quotidien professionnel, il est fort à parier que nous devons nous préparer à aller plus loin. Le Coronavirus va probablement laisser place à une conscience écologique plus accrue dans les entreprises.

Mathilde Hardy
Mathilde Hardy

Après l'obtention du diplôme d'avocat, je me suis tournée vers l’édition et la production de contenus print et web pour différents Médias. Je suis aujourd'hui en charge de la rubrique Conseils du site Cadremploi. À ce titre, je rédige des articles afin d'accompagner les candidats à l'embauche et leur permettre de décrocher l'emploi de leurs rêves. J'informe également les cadres sur tout ce qui touche de près ou de loin au monde du travail.

Vous aimerez aussi :