Offboarding ou comment préparer le départ d’un collaborateur ?

5 juin 2019 Mathilde Hardy

Vous connaissez sûrement l’onboarding qui désigne l’intégration des nouveaux collaborateurs dans l’entreprise…. Mais connaissez-vous l’offboarding ? À l’inverse de l’onboarding, ce terme désigne la période de départ du salarié. Salaire trop bas, absence de perspective d’évolution, proposition d’une meilleure offre ailleurs…, les raisons poussant un salarié à quitter son poste et son entreprise sont multiples et variées. Si vous souhaitez soigner votre marque employeur et donner envie à votre collaborateur de revenir au sein de votre entreprise, cette phase ne doit pas être négligée. L’offboarding, pourquoi est-ce important ? Cadremploi vous dit tout sur ce sujet dans cet article.
Offboarding ou comment préparer le départ d’un collaborateur ?
  1. Offboarding : qu’est-ce que c’est ?
  2. Offboarding : comment faire ?
  3. Offboarding : avantages

Offboarding : qu’est-ce que c’est ?

De moins en moins de salariés passent toute leur carrière dans la même entreprise. L’heure est plutôt au changement pour plusieurs raisons : multiplier les expériences, augmenter son salaire, gravir les échelons… Ni l’employeur ni le salarié ne sont à l’abri de recroiser leur chemin professionnel, alors autant peaufiner la séparation et la rendre la moins désagréable possible, voire même agréable.

L’offboarding consiste donc à organiser, accompagner et cadrer la rupture professionnelle pour qu’elle se passe le mieux possible.

Dans les plus grosses entreprises, cette mission peut être confiée au service RH qui peut rédiger un guide des bonnes pratiques. Dans les plus petites, l’employeur ou le manager peuvent directement se voir attribuer cette mission.

À lire aussi >> Comment (bien) quitter son entreprise ?

Offboarding : comment faire ?

Il s’agit surtout de mesures de bon sens à généraliser dans l’entreprise, à tous les stades du départ : à l’annonce de la démission, pendant la période de préavis et le jour du départ.

>> Lors de l’annonce du départ

  • Ne pas accabler le salarié qui quitte l’entreprise et lui faire « payer » sa démission.
  • Ne pas prendre personnellement ce départ.
  • Ne pas communiquer trop tard sur le départ : dans les entreprises, les salariés parlent entre eux. Mieux vaut annoncer le départ plutôt que d’attendre que radio potin se mette en place.

>> Pendant la période de préavis

  • Ne pas appeler le futur employeur pour dénigrer le collaborateur.
  • Lancer un processus de recrutement ou une mobilité interne : vous pouvez associer la personne dans le processus de recrutement de son remplaçant, elle est le mieux placer pour « vendre » ses missions.
  • Anticiper la passation des connaissances : profitez du savoir-faire du salarié encore en poste pour former le nouveau. Vous éviterez ainsi une fuite des connaissances.

>> Le jour du départ

  • Organiser une procédure de restitution du matériel.
  • Prévoir un entretien de départ avec le manager ou le responsable RH.
  • Remercier le salarié de son investissement et de son travail.
  • Organiser un petit pot de départ.
  • Proposer d’écrire un courrier de recommandation.
  • Demander l’adresse mail perso et garder contact sur les réseaux sociaux pour se créer un réseau professionnel.

Offboarding : avantages

Bien se quitter pour mieux se retrouver, voilà le slogan qui définit le mieux les avantages de l’offboarding.

>> Préserver la Marque Employeur

Développer une Marque Employeur forte est aujourd’hui indispensable pour recruter les meilleurs talents et fidéliser ceux en place dans l’entreprise. Le faire c’est bien, le faire-savoir c’est mieux ! Le meilleur ambassadeur d’une marque reste donc celui qui la côtoie ou l’a côtoyée… c’est-à-dire le collaborateur. Pour ériger ce dernier en véritable porte-drapeaux vous devez lui laisser une bonne image et pour cela soigner votre offboarding.

À lire aussi >> La Marque Employeur : élément essentiel d’une stratégie de recrutement

>> Donner envie au salarié de revenir dans l’entreprise

Voir son petit protégé quitter l’entreprise pour une nouvelle expérience professionnelle peut avoir du bon : il développera d’autres compétences, verra d’autres process, étoffera son réseau professionnel… bref vous avez peut-être tout à y gagner à le voir revenir dans quelques années plus armé professionnellement. Encore faut-il qu’il envisage de revenir un jour ! Pour ne pas fermer la porte à cette hypothèse et lui donner envie de retravailler chez vous, mieux vaut lui laisser un souvenir impérissable… grâce à un offboarding réussi.

À côté de l’offboarding se développe le concept du healthy out qui repose sur l’idée d’instaurer des mesures de séparation positives afin de préserver une relation professionnelle. Envisager le retour d’un salarié n’est pas impossible si les conditions de son départ ont été organisées en ce sens grâce à l’offboarding. La boucle est bouclée !

À lire aussi >> Onboarding : l'enjeu crucial des RH

Mathilde Hardy
Mathilde Hardy

Diplômée avocat, Mathilde Hardy est ensuite formée à l’édition et à la production de contenus print et web pour différents Médias. Elle rédige des articles pour Cadremploi afin d'accompagner les candidats à l'embauche et leur permettre de décrocher l'emploi de leurs rêves, mais informe aussi les cadres sur tout ce qui touche de près ou de loin au monde du travail.

Vous aimerez aussi :