Comment devenir LA boss ?

Sylvie Laidet

Les femmes auraient plus de mal que les hommes à se faire valoir au travail ? Quand il le faut, il le faut. Cinq conseils de Valérie Rocoplan, dirigeante du cabinet de coaching Talentis pour Oser être la chef, selon le titre de son dernier ouvrage.

1 / Pri-o-ri-ser

Vous savez, celle qui travaille d'arrache pied pour rendre des dossiers carrés (oui, même les moins importants) ; celle qui bûche tranquille dans son coin sans faire de bruit ; celle sur laquelle on peut compter. Eh bien non, pour devenir la chef, il faut savoir prioriser. « Accepter de 'bâcler' certaines tâches secondaires pour se consacrer à 200% à ce que j'appelle les 'gros cailloux'. Soit les dossiers prioritaires sur lesquels vous allez pouvoir communiquer et faire savoir que vous êtes la meilleure », conseille Valérie Rocoplan, dirigeante du cabinet de coaching Talentis pour Oser être la chef.

2 / Oubliez vos complexes

On pense à vous pour un poste à responsabilité ? Faites comme d'autres, acceptez ce poste alors que vous ne maîtrisez qu'une partie des compétences demandées ! « Capitalisez sur vos sur-compétences, ce que les autres trouvent extraordinaire, ce pour quoi ils ont fait appel à vous. Des carences ? Certes. Et s'il ne s'agissait que de quelques notions à acquérir ? », précise la coach. Cela est souvent le cas : on n'est jamais irréprochable lorsqu'on intègre un poste, mais il s'agit de savoir valoriser ses atouts... en oubliant les phrases du genre « je postulerai quand je serai prête ».

3 / Pensez progression

Assumez vos trajectoires futures. Dites à qui veut l'entendre, mais surtout aux décisionnaires, que dans quelques mois, un an, deux ans... vous vous verriez bien à ce poste là. « Si on se projette, les autres aussi. Choisissez l'humilité et renoncez à la modestie », résume Valérie Rocoplan. Lors du tour de table à l'occasion d'un dîner, faîtes de la surenchère. Exit la petite souris, vous aussi vous « travaillez sur des marchés exponentiels », « avec des marges à deux chiffres ». Bref, une « réussite fulgurante ». Le superlatif fonctionne très bien, non, dans la bouche d'un certain nombre de boss actuels ? Là encore, c'est un art et une manière. Donc, à bannir, les mots « petit portefeuille clients », « objectifs presque atteints »...

4 / Faites de la politique

Contrairement à ce que vous pensez, ce n'est pas en comité de direction que les décisions se prennent. « C'est dans les couloirs, les cocktails, autour de la machine à café, que les jeux politiques se déroulent. Apprenez à repérer vos alliés et vos opposants. Les réseaux de femmes sont un excellent moyen d'entamer ce type de démarche car, en tant que femme, on a d'emblée les codes pour se parler. Mais pas question d'y rester planquer », insiste Valérie Rocoplan.

5 / Sachez lever le pied... à la maison

Ce n'est pas parce que vous allez prendre de grandes responsabilités que vous serez une mauvaise mère. « Ce choix impose une organisation dès le départ. Notamment en termes de répartition des tâches ménagères avec son conjoint. Libérez-vous de la pression sociale, soyez la femme que vous avez envie d'être. Si vous êtes épanouie au boulot, vos enfants le seront aussi », conclut la coach. En résumé, assumez votre ambition mais surtout faites-la partager en interne... et à votre entourage familial.

Sylvie Laidet © Cadremploi.fr

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Journaliste indépendante, je réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de mes sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :