Qu’est-ce que le bore-out ?

Publié le 09 juillet 2020 Mathilde Palfroy

Vous vous sentez de moins en moins motivé à venir au bureau ? Vous trouvez que votre travail est ennuyeux ? Votre employeur ne vous confie aucune tâche intéressante ? Restez vigilant. Travailler sans plaisir, en deçà de ses capacités, ou s’ennuyer au travail peut présenter des risques psychologiques sur le long terme. Le bore-out est une maladie professionnelle possiblement grave qui touche les salariés désinvestis et non satisfaits par leurs fonctions professionnelles. Pour en savoir plus et comprendre qu’est-ce que le bore-out, découvrez notre article.
Qu’est-ce que le bore-out ?

Comment définir le bore-out ?

 Le bore-out est une pathologie d’origine professionnelle par laquelle un salarié désœuvré, ou qui s’ennuie profondément au travail, voit progressivement sa santé psychologique se dégrader. 

Au départ, le bore-out se caractérise par l’ennui, le désintérêt et la démotivation. Ensuite, il évolue généralement vers une forme de tristesse intense et/ou de forte anxiété. Non pris en considération, il peut facilement entraîner dans son sillage l’apparition d’une dépression. 

Ce phénomène peut toucher différents types de salariés, quelles que soient leurs fonctions, dès lors que ceux-ci ne sont pas épanouis professionnellement. On parle aussi de syndrome d’épuisement par l’ennui pour désigner le bore-out. 

Bon à savoir : le bore-out est à distinguer du burn-out. Il s’agit dans les deux cas d’un syndrome d’épuisement professionnel,  mais le burn-out est causé par un excès de travail tandis que le bore-out est au contraire lié à une sous exploitation des compétences du salarié. Ces deux maladies sont d’ordre psychologique, mais font courir aux salariés des risques pour leur santé physique (stress, anxiété, dépression). 

Quelles sont les causes du bore-out ?

Certaines situations professionnelles peuvent favoriser l’apparition des symptômes du bore-out et faire courir le risque à certains salariés de développer cette maladie.  

Voici 5 causes possibles du bore-out : 

  • L’absence ou le manque de travail : peu de missions sont confiées au salarié, il n’a régulièrement rien à faire durant ses heures de travail.
  • Des tâches de travail ennuyeuses et répétitives : le salarié effectue des tâches peu variées, ses journées se déroulent toujours exactement sur le même rythme, son travail est inintéressant.
  • La surqualification : le salarié occupe un poste dont les fonctions ne correspondent pas ou plus à ses compétences, il manque de stimulation, son poste ne présente aucun challenge.
  • L’absence de perspectives professionnelles : le salarié, malgré ses efforts au travail, n’évolue pas au sein de l’entreprise, il n’ pas d’espoir d’accéder à un meilleur poste ou à plus de responsabilités.
  • Le manque de reconnaissance au travail : le salarié n’est jamais félicité ou encouragé, il a peu de contact avec ses collègues ou avec ses supérieurs, son travail n’est pas utilisé ou mis en valeur.

On observe sans surprise une corrélation importante entre mise au placard et bore-out. En effet, cette situation professionnelle grave, qui consiste pour un employeur à mettre volontairement un salarié à l’écart et à lui retirer ses attributions habituelles, peut très facilement mener un salarié au bore-out.  

Bon à savoir : le bore-out n’est pas officiellement reconnu comme une maladie professionnelle. Pour autant, un employeur a la responsabilité de « prendre des mesures pour assurer la sécurité et protéger la santé mentale et physique des travailleurs » (C. trav., L. 4121-1). La cour d’appel de Paris a par ailleurs admis que le bore-out résultant du retrait de ses tâches à un salarié puisse constituer, outre le manquement de l’employeur à ses obligations, une forme de harcèlement moral (CA Paris, 2 juin 2020, n° 18.054.21).  

Quels sont les signes d’apparition du bore-out ?

Le bore-out, tout comme le burn-out, s’installe progressivement. Le danger, c’est que lorsque le salarié s’en rend compte, il est déjà souvent gravement malade.

Voici 5 signes de mal-être au travail qui doivent vous alerter et vous amener à réagir si vous les constatez dans votre vie professionnelle. 

Bore-out et absence de motivation

La simple idée de vous lever pour aller au travail vous emplit de tristesse et vous n’avez aucune envie d’apporter quoi que ce soit à votre entreprise. Sachant que l’une des causes du bore-out est le manque de possibilités d’évolution, il s’accompagne souvent d’une désillusion qui mène à un désengagement total. Contrairement au burn-out, lorsque votre réveil sonne, vous êtes plus morose que nerveux.  

Voici quelques signes démontrant l’absence de motivation à aller travailler : rejoindre votre poste vous rend morose, vous ne percevez pas d’utilité à vos fonctions, vous n’espérez aucune possibilité d’évolution au sein de votre entreprise. 

Bore-out et désinvestissement

Vous êtes distrait. Le temps que vous passez au bureau s’organise entre Facebook et shopping en ligne. Par ailleurs, vous passez votre vie à essayer de vous rappeler ce que vous étiez censé faire aujourd’hui ou pourquoi vous êtes entré dans cette pièce, et vous oubliez de répondre à vos trois e-mails de la semaine.   

Voici quelques signes démontrant un désinvestissement : vous êtes distrait, ou peu concentré à votre poste, vous avez tendance à flâner sur Internet au bureau, à vaquer à des occupations personnelles. 

Erreurs professionnelles et bore-out

Vous n’avez presque rien à faire et pourtant, le peu de missions qui atterrissent sur votre bureau vous prennent beaucoup plus longtemps que la moyenne et, en prime, vous les accomplissez mal, non parce que vous les bâclez par manque de temps, mais parce qu’elles ne vous intéressent pas. Erreurs de chiffres, commande mal traitée, mauvais destinataire… Ce qui devrait venir naturellement est soudain insurmontable.  

Exemples d’erreur à répétition et des difficultés à accomplir votre travail : vous commettez des erreurs bêtes, vous n’arrivez pas à accomplir vos tâches correctement, même anodines, ou ces tâches vous prennent beaucoup plus de temps que nécessaire, vous ne vous rappelez pas de ce que vous deviez faire, ou vous oubliez souvent certaines de vos tâches pourtant peu nombreuses. 

Bore-out et stress

La boule au ventre, la respiration difficile, les réveils en sursaut au milieu de la nuit, la distanciation de votre entourage, les émotions à fleur de peau… Cela s’apparente à l’angoisse du vide : toutes ces heures de désœuvrement à remplir vous stressent tout autant que si, au contraire, vous n’aviez pas le temps de tout faire.  

Exemples de stress : au bureau, ou chez vous, vous vous sentez stressé, fatigué, sur les nerfs. Vous observez des manifestations physiques liées au stress (crises de larmes, douleurs, maladie de peau, etc.), et/ou vous avez du mal à vous détendre et à trouver le sommeil. 

Culpabilité et bore-out

L’une des grandes difficultés du bore-out, c’est que vous voyez certains de vos collègues être surchargés sans rien pouvoir faire pour eux. Conséquence : vous ressentez une certaine culpabilité, qui peut être compliquée à reconnaître et admettre, et vous vous isolez. Vous vous reprochez aussi, plus ou moins consciemment, de vous plaindre alors que vous vous dites que des personnes au chômage seraient contentes d’être à votre place. 

Exemples de sentiment de culpabilité : vous êtes mal à l’aise de voir certains collègues surchargés, ou de vous plaindre de votre emploi alors que vous avez la chance d’en avoir un. Vous vous sentez inutile, et vous le vivez mal. 

Quelles sont les conséquences d’un bore-out ?

Une fois enclenché, le bore-out amène le salarié à se dévaloriser et à se décourager. Il n’ose pas démissionner, par peur de ne pas retrouver un emploi, d’autant qu’il peut se penser responsable de ce qui lui arrive.  

Progressivement, la personne atteinte par le syndrome d’épuisement par l’ennui peut perdre toute motivation, au point de se sentir incapable de réaliser quoi que ce soit professionnellement. C’est alors que survient la dépression, car c’est une situation humiliante et très difficile à supporter lorsqu’une aucune issue ne se profile et que la personne se sent impuissante et enlisée.

Mathilde Palfroy
Mathilde Palfroy

Éditrice et rédactrice juridique, Mathilde Palfroy s’intéresse à tous les sujets pratiques du quotidien. Elle rédige pour Cadremploi des articles sur des thématiques liées à l’emploi et à la carrière. En plus de ses collaborations avec différents éditeurs spécialisés, elle assure également le suivi d’ouvrages de littérature générale aux éditions de la Rémanence dont elle est la fondatrice.

Vous aimerez aussi :