Que faire quand on n'a pas envie de travailler ?

Sylvie Laidet

Votre job est passionnant et pourtant, le matin, vous avez du mal à sortir du lit pour aller bosser ? Une fois sur place, vous procrastinez de longues minutes (voire plus) avant de vous atteler à la tâche ? En résumé, votre capital motivation au travail est au plus bas. Nos conseils pour réveillez votre envie d’avoir envie de bosser.
Que faire quand on a pas envie de travailler

Identifier les raisons de l’absence d’envie de travailler

Vous n’avez pas envie de travailler ? Ou, vous n’avez plus envie de travailler ? Avant d’essayer de se remotiver, de changer d’employeur ou d’entamer une reconversion professionnelle, il est fondamental d’identifier les raisons de cette absence d’envie de travailler.

Pour entamer ce travail introspectif, il est nécessaire de prendre un peu de recul sur sa situation :

  • Faites cet exercice de réflexion professionnelle à un moment où vous avez du temps. Le week-end par exemple.
  • Demandez-vous si vous n’avez plus envie de travailler, ou pas envie de travailler, de façon passagère ou si la situation est déjà bien installée.
  • Listez sur une feuille :
    undefinedundefinedundefinedundefined

Notre conseil : prenez votre temps pour réaliser ce travail. Il peut être étalé sur plusieurs jours. Il est important de ne pas le bâcler, car il constitue la base des actions que vous mènerez par la suite pour retrouver l’envie de travailler.

Mettre des mots sur des maux professionnels

Certaines situations professionnelles peuvent justifier de ne plus, ou pas, avoir envie de travailler. Le burn-out et le bore-out en sont deux exemples concrets. Ce sont deux syndromes d’épuisement professionnel. Le premier par surcharge de travail, le second par manque de travail. 

Une fois enclenchées, ces maladies professionnelles peuvent avoir de lourdes conséquences sur la santé du salarié. C’est pourquoi il est important d’être attentif aux premiers signaux d’apparition et de consulter un médecin rapidement. Ce dernier peut prescrire un arrêt de travail s’il juge que la situation le nécessite. 

Les passages à vide peuvent arriver à tout le monde. Mais si vous sentez que votre mal-être est plus profond, n’hésitez pas à en parler autour de vous. Il faut réagir et ne pas vous enfermer dans un état de déprime.

Agir pour retrouver l’envie de travailler

Pour chaque raison listée plus haut pouvant justifier votre absence d’envie de travailler, essayez de réfléchir à une solution concrète pour renverser la vapeur.

Parler avec votre supérieur hiérarchique

Pour retrouver l’envie de travailler, rien de mieux que la communication. Parler avec votre N+1 peut vous aider à retrouver une certaine émulation professionnelle. Vous pourrez trouver ensemble des solutions concrètes à votre démotivation. 

Par exemple :

  • déléguer une tâche chronophage ;
  • désamorcer une situation enlisée avec un collègue ;
  • prendre un congé payé ;
  • passer à 4/5e ;
  • réorganisation vos dossiers ;
  • vous confier un nouveau projet ;
  • recruter un stagiaire ou un alternant pour vous décharger ;
  • changer de poste en interne.

Votre entretien annuel peut être le bon moment pour échanger sur votre perte d’envie de travailler. Mais s’il est prévu dans trop longtemps et que vous ne pouvez pas attendre, vous pouvez alors solliciter une rencontre avant.

Notre conseil : attention aux mots employés. Préparez bien votre entrevue avec votre supérieur hiérarchique. L’objectif n’est pas de critiquer l’entreprise ou son management, mais bien de vous aider à retrouver une envie d’accomplir vos tâches quotidiennes.

Commencer par les tâches faciles

Les dossiers s’amoncellent sur votre bureau, vous ne savez pas par lequel commencer ? Choisissez le plus facile à traiter. « La réussite encourage la réussite. Mieux vaut scinder un énorme dossier en petites tâches faciles à faire et valoriser ses petites réussites. Il faut être le promoteur de soi-même », revendique Michel Lejoyeux, professeur de psychiatrie et d’addictologie à l’université de médecine Paris-Diderot et auteur de « Réveillez vos désirs » (Plon, 2014).  

La hiérarchisation des tâches est un élément clé dans la quête d’une meilleure organisation professionnelle. Elle permet de trouver un nouveau souffle, et par la même occasion de retrouver une envie de travail perdue en boostant votre motivation.

Alterner concentration et pause plaisir

Passées 90 minutes de concentration, arrêtez de travailler, au risque d’être moins productif, voire contreproductif. Et, in fine, de ne plus avoir envie de travailler. « Prenez une pause pour faire tout ce qui vous fait plaisir, autre qu’une occupation professionnelle », conseille notre professeur en psychiatrie. Faites une sieste (même si ce n’est pas toujours facile au boulot), sortez déjeuner à l’extérieur avec un (une) ami(e), profitez de la pause déjeuner pour vous balader dehors… Bref, faites-vous un petit cadeau à vous-même et à votre santé. De retour au bureau, vous n’en serez que plus motivé.

Créer une ambiance positive

Dans le quotidien au boulot, on pointe naturellement les difficultés de l’environnement et rarement les choses qui fonctionnent. Or, évoluer dans une ambiance riche en émotions positives est plus productif et permet d'entretenir la motivation. « Certes les compliments sont plus intimidants à recevoir que les critiques mais il faut les accepter. De même, se forcer à employer des mots positifs au quotidien. On peut d’ailleurs commencer par s’entraîner dans sa vie privée », conseille Michel Lejoyeux.

Coloriser ses projets

Parfois (voire souvent) on se met dans une colère noire pour une broutille. Genre le fauteuil de bureau coincé. Ou encore, la messagerie qui plante. « Attribuer des couleurs à ses projets professionnels permet de relativiser. Mettre, par exemple, en rouge, ses projets absolus, ceux auxquels on ne veut absolument pas renoncer et qui méritent que l’on se batte bec et ongles pour qu’ils avancent. Accorder du « orange » pour les projets intermédiaires et du vert pour les petits projets que l’on ne surinvestit pas », détaille Michel Lejoyeux. Ce système d’échelle permet de se mobiliser pour les bonnes causes et de ne pas se perdre pour des choses que l’on considère comme futiles.

Prendre de vraies vacances !

Vous culpabilisez à chaque fois que vous prenez quelques jours de vacances, au point de continuer à bosser le matin à l’aube ou pendant que le reste de la maisonnée fait la sieste ? Erreur ! Les vacances sont le meilleur moment pour retrouver son envie de travailler et d'éviter le burn-out. Mieux, c’est l’un des principaux facteurs de productivité. « C’est à ce moment que se définit l’envie de travailler. Le travail n’existe que dans cette alternance de périodes d’effort et de concentration avec des moments de détente », analyse Michel Lejoyeux. Donc, partez en vacances sans regret ni culpabilité. Dites-vous qu’il s’agit sans doute du moment le plus propice à la productivité car vous allez déborder de nouvelles idées et vous faire plaisir, même en ne faisant rien. C’est ce que notre expert appelle « le syndrome des idées sous la douche ». Avis à ceux qui n’auraient pas encore posé leurs congés…

Plus envie de travailler et reconversion professionnelle

Il peut arriver que l’absence d’envie de travailler soit plus profonde. Changer de voie peut alors apparaître comme une évidence. 

Les raisons d’une reconversion professionnelle peuvent être diverses :

  • lassitude professionnelle ;
  • quête de sens au travail ;
  • meilleur équilibre vie professionnelle - vie personnelle ;
  • centre d’intérêt déporté…

Pour retrouver l’envie de travailler, un changement de métier s’impose alors. C’est peut-être le bon moment de faire un bilan de compétences et de concrétiser enfin de vieux rêves oubliés.

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Journaliste indépendante, je réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de mes sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :