Cadremploi.fr  > Conseils > Conseils carrière > 5 jeux collaboratifs pour mieux manager

5 jeux collaboratifs pour mieux manager

5-jeux-collaboratifs-pour-mieux-manager-

C’est le moyen en vogue pour remotiver les troupes. Mieux qu’un stage collectif de parapente, ces formes de team building inédites misent sur le ludique. Envie de jouer ?

Le "delegation poker" pour mettre cartes sur table

« Le "delegation poker" (inventé par Jurgen Appelo avec des cartes téléchargeables ici) est un jeu très simple qui permet de mettre le doigt sur les zones d'ombre dans les mécanismes de prise de décision, par exemple », explique Frédéric Rey-Millet, auteur du livre Management Game. Pour une problématique donnée, chaque joueur abat ses cartes et évalue la part de délégation observée entre 1 (aucune délégation) et 7 (délégation totale). « On peut commencer avec des sujets simples comme le choix des dates de congés. Rien de tel pour ouvrir le dialogue et identifier des tensions », considère le fondateur du cabinet Ethikonsulting qui vient de compiler une dizaine de jeux emblématiques dans une Management Box, véritable boite de jeux destinée aux entreprises. « Le but de ces jeux est très varié, Souvent ils permettent de soulever de vraies questions de management de façon ludique. »

Du "Speed boat" : pour mettre le turbo (ou éviter le naufrage)

Nul besoin de cartes pour jouer au Speed boat mais davantage d’un arbitre bienveillant. « J’interviens souvent comme facilitateur dans les entreprises avec ce jeu, explique Raphaël Goumot, fondateur du cabinet Creagile et consultant en jeux collaboratifs. Le bateau représente une société, un produit ou une équipe et le but de ce jeu collaboratif est d’identifier les freins  collectifs pour arriver à bon port. » À l’aide d’un tableau ou de dessins, chaque joueur pourra ainsi identifier les "ancres" qui, selon lui, l’empêchent d’avancer. « Grace à des métaphores, on peut énoncer et structurer plus facilement les idées des uns des autres. Quelle est cette ancre, quel est son impact, est-ce qu'on la traîne depuis longtemps ? » Le rôle de l’arbitre, interne ou externe à l’entreprise est alors de traduire ce qui se dit. « Car le jeu va permettre à chacun de s’exprimer et aux participants de dénouer beaucoup de choses. »

La "Fish Philosophy" : pour aller à la pêche aux compliments

Frédéric Rey-Millet aime les jeux plus sérieux qu’ils n’y paraissent, comme la "Fish Philosophy". Sa seule règle ? Transmettre du positif. « On peut s’inspirer d’une cible d’un jeu de fléchettes et y inscrire plusieurs zones dédiées aux collaborateurs, à l’équipe ou à ses clients et choisir à qui on va s’adresser à tour de rôle, explique le consultant. L’idée est d’identifier à la fois les "irritants" mais aussi tout ce qu’il y a de positif dans une relation et de propager une ou plusieurs bonnes pratiques contagieuses. » But du jeu: changer sa posture et de son rapport aux autres. « Ça consiste à illuminer la journée de quelqu’un, par exemple, avec un geste attentionné, ou un feed-back positif. Cela n’a l’air de rien mais cela change tout. »

"Souviens-toi du futur" : ou retour vers le succès

« On trouve de tout parmi les jeux collaboratifs, résume Raphaël Goumot. La plupart ont été conçus en Californie et consistent à construire ensemble des idées et des moyens d’action. » Ultime coup de cœur de cet expert : "Souviens-toi du futur" ("Remember the Future", inventé par Luke Hohmann qui explique les règles dans la vidéo ci-dessous). « C’est de loin celui avec les règles les plus complexes mais aussi un des plus intéressants. » But du jeu : demander aux participants d’imaginer la réussite d’un projet puis de revenir sur les étapes de ce succès. « On prend complètement le contre-pied de la prospective pour imaginer une rétrospective. » Débutants s’abstenir ! « Certaines parties durent une heure trente mais j’ai déjà animé des ateliers qui duraient deux jours d’affilée. »

 

Un hackathon pour lancer un défi à ses salariés

Le jeu peut aussi servir à booster le business. C’est le cas du hackaton. « C’est une sorte de marathon collaboratif conçu à la base pour des développeurs mais adaptable, résume Raphaël Goumot. Plutôt que d’opposer des salariés entre eux, on les soumet à un même défi. C’est ludique et souvent très productif. » Par exemple, lors du « HRackathon », organisé fin mars 2015 dans les murs de l’Ecole 42, des salariés d’AXA France, Danone et Société Générale se sont prêtés au jeu avec l’aide des étudiants de Xavier Niel pour inventer une nouvelle application RH. « Les équipes pluridisciplinaires ont très vite su travailler ensemble, se félicite Christine Gas, directrice de la communication RH chez Danone. On a senti tout au long de ces deux jours une vraie cohésion malgré ces univers très différents. Les idées des équipes participantes sont inspirantes et le résultat, vraiment impressionnant. » Il a ainsi suffit de 48 heures à l’équipe gagnante (Danone) pour inventer une nouvelle application de recrutement relationnel.

 

2

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

pascalemarchalgriveaud

12/07/2015

à 12:37

Bonjour
J'utilise aussi le lean takeoff (de Christophe Ney et Alfred Almendra) car il est très intéressant pour questionner les futurs entrepreneurs et le porteurs d'idée. c'est une remise en question pleine de surprise pour un nouveau produit dans l'entreprise. Avant d’engager trop de temps et d’argent sur ce produit, il est bien de proposer de mener quelques expériences à moindre coût et en un minimum de temps pour vérifier ces 3 hypothèses : QUI, BESOIN, USAGE.
Dans le cadre du jeu, vous avez 30 minutes pour mener vos expériences. Nous allons mener la première expérience tous ensemble, pas à pas, puis nous lancerons le chronomètre.

> Répondre

Marie

27/06/2015

à 08:22

Team playing

> Répondre

+