1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils carrière >
  4. 6 phrases tue-l’amour à ne jamais prononcer au bureau

6 phrases tue-l’amour à ne jamais prononcer au bureau

6-phrases-tue-lamour-a-ne-jamais-prononcer-au-bureau

Ce sont ces petites phrases anodines, déplacées ou simplement maladroites qui peuvent nuire sans que celui qui les prononce ne s’en rende compte. Voici donc quelques occasions, sinon de se taire, au moins de reformuler avant de parler…

1. "TON dossier est ceci (ou cela)"

« La première chose qui tue l’amour en entreprise, c’est souvent le "tu" davantage que le reproche exprimé », explique d’emblée Valérie Moissonnier. Pour cette coach, spécialiste dans l’accompagnement des salariés, il ne s’agit pas de s’interdire toute remarque mais au moins de surveiller la forme de ses propos. « Dès que l'on commence à pointer des collaborateurs avec des phrases du genre "TU es comme ceci" ou "TON dossier était comme cela", on personnalise et c'est un assassin. Pour se faire entendre et préserver la relation, il faut avant tout mettre l'accent sur le comportement ou le dossier insatisfaisant plutôt que sur l’individu. » On pourra dire par exemple « Le dossier que tu as rendu comportait telle erreur ».

 

2. "On ne te demande pas de réfléchir, là… "

Parmi les petites phrases redoutables, Christelle Marck cite volontiers certains énervements meurtriers. « Il y a la situation typique où un salarié essaie d’alerter un manager sur un problème ou un souci d’organisation et où il peut être fraîchement accueilli avec des phrases du type "On te demande de faire pas de réfléchir" », confie cette consultante en ressources humaines. Or ces phrases mettent en péril la future motivation d’un collaborateur. « Au-delà de la manifestation d’autoritarisme, ces mots sont dévastateurs pour les salariés d’aujourd’hui qui ont besoin de sens dans le travail. »

 

3. "Tout va (trop) bien"

Mais il n’y a pas que des phrases négatives ou des piques qui tuent l’amour en open space. « A contrario, mieux vaut éviter de manier la langue de bois, surtout auprès des jeunes qui arrivent », observe Marie-Laure Lahouste Langlès. Cette coach recommande aux managers un minimum de transparence, notamment avec les nouvelles recrues. « Aujourd’hui, les salariés, et notamment les plus jeunes générations, ont besoin de vérité et de visibilité. On suit et on s’attache à un manager d’abord parce qu’il tient un discours de vérité. Si on sent que l’entreprise ou son interlocuteur survend les choses, l’échange ne sera pas perçu comme sincère et un collaborateur peut vite décrocher… »

 

4.  "Qui va garder les enfants ?"

Évidemment cet inventaire de phrases tue-l’amour ne serait pas complet sans un peu de sexisme ordinaire. « On en entend des exemples tous les jours, tousse Frédérique Clavel, auteure du livre Entrepreneuse, pourquoi pas vous ? et fervente militante de la place des femmes en entreprise. Il se cache derrière des propos anodins, du genre "Comment allez-vous faire pour combiner vie de famille et ambition professionnelle ?". » Elle relève que ces phrases déplacées ne sont pas réservées à la hiérarchie. « Ce sont des propos maladroits que l’on peut aussi entendre entre collègues. On peut en rire si on a de la répartie mais ces remarques peuvent aussi, à la longue, gâcher une ambiance de bureau. Ce petit sexisme ordinaire n’est pas le seul apanage des hommes. Il peut venir aussi de femmes, malheureusement, encore un peu loin du stade de l’éveil. »

 

5. "Tu connais pas la dernière ?"

Autre scène emblématique de la vie en entreprise : la médisance du jour à la machine à café. « C’est le genre de scène qui, à la longue, peut semer le trouble et créer un fossé entre deux collègues », analyse Marie-Laure Lahouste Langlès. Car au-delà de l’amusement ou du divertissement fugace qu’elle procure, la médisance finit souvent car creuser des distances entre collaborateurs, voire à faire place au cynisme. « Quand on entend ce type de propos, à la longue, forcément, on devient méfiant et on se demande ce qui se dit sur son compte. »

 

6. "Ton augmentation ? On s’en reparle… "

Enfin, ultime scène tue-l’amour de la vie de bureau : l’augmentation (et son refus maladroit en général). « Pour ne pas tuer l'amour, on peut souvent commencer par être factuel », prévient Marie-Laure Lahouste Langlès. Parmi les exemples régulièrement cités - en général par les managers - figurent en effet certaines revendications peu étayées. « Quand on demande une augmentation par exemple, il faut se baser sur des arguments », explique cette coach. Mais le raisonnement vaut autant pour la réponse. Rien de pire qu’un vague "On s’en reparle" sans échéance. « Mieux vaut avoir le courage de dire non ou pas tout de suite et expliquer sa décision en fonction de critères liés à la qualité de travail ou à la situation de l’entreprise, abonde Valérie Moissonnier. Ne pas savoir expliquer tue l’amour mais aussi la motivation… »

9

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

okah

16/08/2017

à 10:47

C'est bien d'étayer ce sujet afin d'apporter plus d'attention aux personnes dans le monde de travail. J'espère que cela pourra ouvrir les yeux à certaines personnes qui pensent le contraire des choses ou se retrouvent piégées par de tel acte...!

> Répondre

René

04/08/2017

à 00:38

Le titre de l'article me semble bien choisi, il suffit de le prendre au 3e degré. Il y a toujours une relation "affective" ou une forme de "séduction" dans les rapports humains au quotidien.
Pour en revenir au sujet principal, après une demande de promotion formulée pendant 3 ans et avec des notations annuelles excellentes, n'obtenant pas de réponse satisfaisante à ce dernier refus (chacun interrogé individuellement, ce nest pas moi mais l'autre qui a décidé) j'ai demande un entretien avec mes 3 supérieurs concernés (entretien refusé) pour finalement m'entendre dire par n+1 que n+3 avait dit que je n'avais pas encore fait mes preuves... Après 40 ans de carrière dans la même entreprise et de nombreuses évolutions. Oui ce type de réponse est un "Tue l'amour". Pouvant prétendre à un départ en retraite pour carrière longue j'ai immédiatement rédigé ma demande. Celle ci n'a pas été comprise et même mal prise par N+3. No comment.

> Répondre

En réponse à René

Freja

28/02/2018

à 19:02

C'est le principe de la relation à sems unique tu donnes sans retour.

> Répondre

Pascal

03/08/2017

à 10:22

Je ne comprends pas pourquoi" tue l'amour " car je ne demande pas à mes employés de m'aimer mais je leur demande de me respecter et à moi je même je m'oblige à les respecter et entre eux je les oblige à se respecter mais de là à avoir de l'amour il y a tout un océan à franchir sans ce titre cet article est assez intéressant.

> Répondre

En réponse à Pascal

Cassandra

14/08/2017

à 00:09

C'est joli, mais on ne peut pas respecter si on n'aime pas. Moi personnellement, j'aime mon prochain, donc je le respecte... Sinon ça s'appelle l'hypocrisie, car c'est forcément "fake"...

> Répondre

En réponse à Pascal

tsetse34

07/08/2017

à 17:58

que d'obligations pour quelque chose qui devrait être naturel entre êtres humains...que ce soit au travail ou ailleurs

> Répondre

En réponse à tsetse34

Cassandra

14/08/2017

à 00:09

Exactement

> Répondre

Ben

02/06/2017

à 14:39

Pourquoi "tue-l'amour" ? Je ne vois pas le rapport entre le bureau et cette expression qui parle d'elle-même.

> Répondre

Benjamin ARNAUD

01/06/2017

à 19:42

En soit, l'article est intéressant!
Parmi celle que vous citez, certaines phrases telles que un : "je ne sais pas, on va bien voir" ou "je pense que ... correspondrait plus à..." sont des phrases que les managers s’approprie de plus en plus au vue d'échelons ou de postes mal définis.
Néanmoins, la plupart de ces phrases se retrouvent dans les dialogues de responsables et ça peut être parfois inquiétant effectivement.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte