7 métiers cadres qui font voyager à travers le monde

Publié le 09 février 2017 Sylvie Laidet

Conf call, réunions à distance et plateformes de travail collaboratif n’ont pas complètement tué les voyages professionnels. Certains métiers cadres, même très sédentaires jusque-là, nécessitent de voir du pays. Cadremploi vous propose un petit tour d’horizon de ces professions.
7 métiers cadres qui font voyager à travers le monde

1. Les acheteurs en revue chez les fournisseurs

Dans l’agroalimentaire mais aussi dans l’automobile, la confection…, de nombreux fabricants français réalisent leurs achats de matières premières à l’étranger. À leur tête, des acheteurs plus ou moins spécialisés par produits (ou famille de produits) qui parcourent le monde pour "sourcer" de nouveaux fournisseurs, et par la suite s’assurer du respect du cahier des charges. L’idée est de constater sur place ce qui se trame réellement dans les arrières boutiques. Dans ce métier, les déplacements professionnels sont donc nombreux, notamment en Asie.

À noter que dans la grande distribution, il n’est pas rare que ce soit les chefs de produits, notamment textile et accessoires qui, deux fois par an, s’assurent de la qualité de production dans leurs usines de sous-traitants chinois, indiens, etc. Des périples deux à trois semaines à chaque fois au moins.

>>Consultez les offres Cadremploi d’acheteur

 

2. Les commerciaux export, en avant toute à l’étranger 

Évidemment, les commerciaux en charge de l’export sillonnent le monde à la recherche de nouveaux marchés et débouchés. « C’est notamment le cas dans les TPE/PME locales qui réalisent parfois plus de 80 % de leur chiffre d’affaires à l’étranger », observe Corinne Cabanes, dirigeante du cabinet de recrutement Corinne Cabanes & Associés.

>>Consultez les offres Cadremploi de commercial export

 

3. Les cadres dirigeants voyagent pour benchmarker 

Autrefois très sédentaires, les cadres dirigeants (directeur juridique, marketing, commercial, etc.) sont de plus en plus amenés à se déplacer dans les filiales basées à l’étranger. « Leur objectif est d’analyser les best practices des filiales afin d’en faire le standard de l’excellence dans le reste du groupe », explique Cyril Capel, dirigeant du cabinet CCLD Recrutement.

Lire aussi : Tous nos conseils pour partir travailler à l'étranger


4. Les key account managers centralisent les relation worldwide avec leurs clients 

« Ces responsables grands comptes, que l’on retrouve notamment dans l’industrie, centralisent la relation avec des clients grand compte. Il va par exemple suivre la production de briques de boisson pour un client français à la fois basé dans l’hexagone, mais aussi aux États-Unis, en Amérique du Sud… Son rôle est de faire en sorte que chaque usine dans chaque pays augmente son volume de commandes. Pour cela, il doit fréquemment se déplacer », illustre Carole Menguy, cofondatrice de WiserSkills.

>>Consultez les offres Cadremploi de key account manager

 

5. Les pros des Fusac pour doper la croissance externe

Les entreprises françaises jouent à fond la carte du rachat d’entreprises à l’étranger. Pour auditer une société, mettre en place les règles de rachat, organiser la suite, elles dépêchent sur place des auditeurs internes, leur directeur du contrôle de gestion, leur directeur juridique bien sûr, mais font aussi appel à des cabinets de conseil en stratégie et organisation pour inventer la suite. Ces consultants de haut vol doivent souvent absorber de nombreux fuseaux horaires pour satisfaire toutes leurs missions.

 

6. Les formateurs enseignent à l’étranger

Plus exactement, ces professionnels forment les sous-traitants étrangers. La délocalisation de certaines activités à l’étranger impose aux entreprises françaises d’envoyer un temps sur place des formateurs chargés d’inculquer certaines méthodes de travail et d’exigence qualité. Ce métier, jusque là très franco-français, est donc en train de s’internationaliser aussi.

 

Lire aussi : [Infographie] 10 pays, 10 ambiances de bureau

 

7. Les équipes des start-up en représentation 

« De nombreuses start-up françaises partent rapidement à l’étranger. Pour cela, elles envoient sur place un ou des membres de leur équipe souvent réduite au départ pour faire connaître le produit ou le service, identifier le marché, voire installer un bureau sur place », observe Carole Menguy. Dans une start-up, le directeur commercial est donc susceptible de voyager beaucoup et rapidement.

>>Consultez les offres Cadremploi de commercial dans une start-up

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Au quotidien, Sylvie Laidet, journaliste indépendante, réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de ses sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :