8 conseils pour ne pas rater son pot de départ

Sylvie Laidet

La quille ! Dans quelques semaines, vous quittez votre job actuel pour de nouveaux horizons. Mais avant de partir, vous envisagez de payer un petit coup à vos collègues et collaborateurs. Un vrai moment de convivialité si vous respectez certaines règles.

 

Quelles que soient, les conditions de départ, ne jamais insulter l'avenir ! « Même si l'on a du ressenti, même s'il y a eu des conflits internes, il faut laisser une bonne image de soi. Ne pas claquer la porte sans dire au revoir, car à part soulager l'ego, cela ne peut-être que contre-productif », conseille Philippe Détrie, président du cabinet Inergie et fondateur de l'association Entreprise et convivialité. Donc, l'organisation d'un pot de départ s'impose !

 

Guest list

Vous devez évidemment inviter vos supérieurs directs et indirects, vos collègues, vos collaborateurs et puis toutes les personnes que vous appréciez dans l'entreprise. Et votre famille proche ? « Non, ce moment doit rester un rendez-vous professionnel », tranche Philippe Détrie.

 

Où l'organiser ?

Ce type de manifestation se déroule en principe dans les locaux de l'entreprise. Dans une salle de réunion ou dans la « cantine » s'il en existe une. C'est à vous de réserver cet espace auprès des services compétents.

 

 

Quand faire bombance ?

Les pots de départ font partie de la vie de l'entreprise. Ils se déroulent donc durant le temps de travail. Ouvrez les festivités une demi-heure avant la pause déjeuner ou une demi-heure avant la fin de la journée de travail. Ainsi tout le monde peut passer une tête et ceux qui souhaitent rester plus longtemps, le peuvent.

 

 

Un petit coup

C'est simple la consommation d'alcool est interdite sur le lieu de travail. Donc prévoyez des sodas, des jus de fruits et de l'eau pétillante. « En cas d'accident d'un collaborateur sur le trajet du retour, la responsabilité pénale du dirigeant est engagée, donc inutile de jouer avec le feu », recommande Philippe Détrie. En revanche, rien de vous interdit de prolonger la soirée dans un bon pub ou un bon restaurant avec quelques collègues.

 

Par ici l'addition

« Sauf pour les départs en retraite où là, c'est l'employeur qui en général régale, l'organisation du pot de départ revient au sortant », précise Philippe Détrie. A vous de régler l'addition des courses (boissons, amuse-gueule, traiteur...) et de les installer pour le D-Day.

 

Beau parleur

« Un discours, un discours... » Oui, vous n'y couperez pas. Mais que dire ? Par exemple parler de ce que vous avez appris et grâce à qui, de ce que vous avez particulièrement apprécié dans l'entreprise. Vous pouvez évoquer les sujets plus « touchy » mais avec humour.

« Cela montre la lucidité du collaborateur et sa capacité à se placer au dessus de la mêlée », souligne Philippe Détrie. En revanche, bannissez toute note de ressentiment. Ce n'est plus le moment.

 

Faire place nette

Rien de pire que débarquer le lendemain dans une salle de réunion jonchée de verres sales et de petits fours ramollis. Pensez à faire le ménage avant de repartir.

 

 

Merci et encore merci

Si l'on vous a offert un cadeau, n'oubliez pas d'envoyer un mail de remerciements à tous les contributeurs. Pour cela, demandez la liste à la personne qui s'est chargée de la collecte des fonds. Sans cette dernière marque de reconnaissance, vous risquez de passer pour un goujat !

 

Sylvie Laidet © Cadremploi.fr

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Journaliste indépendante, je réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de mes sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :