Au secours, je recrute...

Publié le 01 juillet 2007 M. J.

Pour la première fois, vous êtes invité à participer au recrutement de l'un de vos futurs collaborateurs. Il verra le DRH avant, après, ou en même temps que vous, selon le processus habituel dans votre entreprise. Quels sont les pièges à éviter pour un recruteur débutant et les astuces pour réussir un entretien ?

De l'empathie mais avec parcimonie

Attention. Le défaut majeur des recruteurs non spécialistes est de ne pas prendre assez de recul face à la situation. Ne vous montrez pas trop compatissant.
A l'inverse, ne versez pas dans l'excès de zèle. Un entretien réussi se fait sur la base d'un véritable dialogue, pas d'un interrogatoire. En mettant le candidat mal à l'aise, en raison de votre propre inconfort, vous aurez encore plus d'état d'âme avant de trancher. Les consultants usent en la matière de certains artifices : proposer un siège confortable au visiteur, organiser l'entretien autour d'une table ronde, lui offrir une boisson...

De la méthode et du « feeling »

Il s'agit donc d'aborder l'exercice avec professionnalisme. Il vous faudra un minimum de méthode pour dresser la liste de vos questions.
Le plus aisé pour vous sera de vérifier les compétences techniques du candidat, c'est-à-dire le minimum requis pour tenir le poste. Mais il vous faudra aussi vérifier sa motivation, ses capacités d'intégration et d'évolution, ses qualités, et déterminer sa personnalité... Celle-ci, d'ailleurs, ne doit pas être forcément similaire à la vôtre pour bien « coller » à l'équipe. Sachez que l'éventail des questions possibles est très large, dès lors que celles-ci ne sont pas proscrites par la loi (appartenance raciale, religieuse, syndicale, vie privée...), et que c'est en laissant parler le candidat que vous finirez par affiner votre impression. A cet égard, bon nombre de recruteurs guettent les contradictions dans les discours, ou les formules toute faites, traduisant un manque de spontanéité et de personnalité.

Quoi qu'il en soit, n'ayez jamais peur de défendre un candidat, ce qui montrera votre assurance en tant que manager. Le tout, bien sûr, est de ne pas se tromper... D'avis de « pro », il faut toujours faire confiance à son « feeling » !

M. J.
M. J.

Vous aimerez aussi :