1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils carrière >
  4. 5 trucs pour bien préparer l'entretien annuel de vos collaborateurs

5 trucs pour bien préparer l'entretien annuel de vos collaborateurs

5-trucs-pour-bien-preparer-lentretien-annuel-de-vos-collaborateurs

Séverine Degallaix

Si l’entretien annuel d’évaluation est un moment important pour les salariés convoqués, il l’est aussi pour les managers à l’initiative de cette invitation. Des N+1 qui doivent préparer au mieux cet exercice imposé pour ne pas qu’il soit vain.

Partir de l’entretien précédent

Les managers ont trop souvent tendance à ne préparer l'entretien d'évaluation que quelques jours à l'avance. Or, mener à bien un tel rendez-vous nécessite du travail et de la réflexion en amont, prévient Rose-Marine Ponsot, vice-présidente de Syntec conseil en recrutement. « Le manager devra faire l'effort de reprendre les évaluations antérieures de son interlocuteur et de vérifier si les objectifs définis l'année précédente ont été atteints, conseille-t-elle. Un entretien d'évaluation se prépare toute l'année. »

A lire aussi >> Entretien annuel : les 5 compétences sur lesquelles vous êtes évalué

Rendre le collaborateur acteur

Dresser le bilan de l'année écoulée est sans doute l'étape la plus délicate à négocier, le manager étant amené à lister à la fois les points forts et les zones de progrès de son collaborateur. « La meilleure façon d'agir est de laisser l'interlocuteur faire son propre bilan », recommande Vincent Dicecca, responsable du domaine management au sein de CSP Formation. Cela l'amènera souvent à évoquer de lui-même les problèmes qu'il a rencontrés ou les points sur lesquels il aurait pu mieux faire. Autant de sujets qui pourraient provoquer chez lui une réaction de repli s'ils étaient évoqués directement par le manager.

Valoriser son travail

N'oubliez pas non plus que l'entretien est l'occasion de mettre en valeur les réussites du collaborateur. « Il faut demander à son interlocuteur ce qu’il a été fier d'accomplir cette année, comment il y parvenu et ce que ça lui a apporté », estime Vincent Dicecca. Objectif de ce travail de valorisation : faire preuve d'un minimum de reconnaissance pour prévenir tout signe de désinvestissement et de découragement.

A lire aussi >> Entretien annuel d'évaluation : quels sont vos droits ?

Evaluer la relation

Une fois passée la délicate étape du bilan, le manager doit se tourner vers le temps présent et vers le ressenti du collaborateur. C'est le moment de lui demander comment il se sent dans l'entreprise, dans son équipe, à son poste et dans les missions qui lui ont été confiées. « Un entretien annuel sert à évaluer le bon fonctionnement d'une relation entre le collaborateur et son manager, analyse Rose-Marie Ponsot. Ce dernier doit être lui aussi amené à se remettre en question si un malaise est ressenti et exprimé. »

Fixer de nouveaux objectifs

Traditionnellement, un entretien d’évaluation se termine en évoquant l’année à venir et les objectifs à fixer. Cette étape est cruciale car elle donne le "la" de l'année à venir. C'est le moment de se demander comment développer les points forts du collaborateur et mettre en lumière les marges de progression possible. Encore une fois il serait habile de la part du manager de le faire participer, en lui demandant quels sont les buts qu'il pense pouvoir atteindre et ce qu'il compte faire pour y parvenir. L'entretien devant idéalement s’achever sur un témoignage de confiance du manager envers son collaborateur, afin de commencer la nouvelle année sur une note positive.

A lire aussi >> Entretien annuel d'évaluation : ce qu'on peut négocier

Ecarter les discussions salariales

Et la rémunération dans tout ça ? Selon nos deux experts, mieux vaut déconnecter cette question de l'entretien d'évaluation et l'aborder lors d'une entrevue qui lui serait totalement consacrée. « Si durant l'entretien d'évaluation le manager valorise les points forts, le salarié peut demander une augmentation, prévient Vincent Dicecca. Et s'il met l'accent sur les lacunes, le salarié peut parfois refuser de les reconnaître, par peur de ne pas avoir de rallonge. » En la matière, il sera donc urgent d'attendre, un peu, afin de ne pas polluer le dialogue qui doit être le plus libre possible.

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

ETQUIPIED

18/11/2013

à 18:28

mieux vaut-etre un grand chez les petits plutot qu'un petit chez les grands.......

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte