5 astuces pour attirer les cabinets de recrutement

Publié le 14 mars 2014 Céline Chaudeau

Attirer les propositions d’embauche plutôt que de les chercher, ça vous fait rêver ? Sachez que cela n’arrive pas seulement grâce à la chance, nos experts vous révèlent les astuces pour se faire repérer par les chasseurs de têtes.
  1. 1. Soigner votre référencement en ligne
  2. 2. Bien choisir les mots-clés de votre profil
  3. 3. Créer un profil offensif… mais discret
  4. 4. Entretenir son réseau
  5. 5. Les appeler directement

1. Soigner votre référencement en ligne

Pour Philippe Arsac, c’est une évidence. « Pour qu’un candidat soit approché, il faut qu’il soit identifié comme étant potentiellement intéressant. » Responsable du cabinet EuroWin Consulting Group spécialisé dans l’informatique, ce chasseur de têtes distingue stratégies "passives" et "actives". Pour débuter, il invite ainsi les candidats potentiels à soigner leur référencement. « Être à jour de sa cotisation des anciens élèves, actualiser sa fonction dans l’annuaire et figurer sur les réseaux sociaux constituent l’approche passive. Ils donnent le moyen d’être identifié facilement. » Il cite aussi la participation à des salons, l’écriture d’articles ou de livres comme d’autres moyens indirects de se faire repérer. Objectif : que votre nom génère des entrées variées et flatteuses dans un moteur de recherche...

2. Bien choisir les mots-clés de votre profil

Mais le candidat désireux d’être "chassé" devra aussi afficher son meilleur profil sur les réseaux sociaux professionnels. Philippe Haustête, auteur du Guide des chasseurs de têtes et des cabinets de recrutement, recommande de soigner quelques mots-clés pour se démarquer. Exemple : insister sur sa mobilité. « Énoncez-la toujours dès le départ, y compris sur votre CV », conseille-t-il. Il est aussi intéressant de mentionner des certifications techniques ou les langues étrangères pratiquées. « Cela sera pour vous un facteur de différenciation important. »

>>N'oubliez pas de déposer votre CV dans notre CVthèque utilisée par plus de 15 000 recruteurs

 

3. Créer un profil offensif… mais discret

« Facile à dire quand on est entre deux postes, reconnaît Nadia Boutaleb, associée au cabinet AlterView Conseil à Lille. Mais certains cadres, encore en poste, préfèreront ne pas éveiller les soupçons de leur direction ». Ce chasseur de têtes, spécialisé dans les métiers de la comptabilité, la finance et la gestion, leur suggère une parade acceptable. « Il n’est pas rare de voir certains profils volontairement discrets sur le nom de leur employeur et qui ne postent leur CV qu’avec leur prénom, l’initiale de leur nom et une adresse mail dédiée à leur recherche. On comprend leur besoin de discrétion et cela ne nous empêche pas de les contacter, surtout s’ils rafraîchissent leur CV régulièrement pour toujours apparaître dans les profils les plus récents. »

4. Entretenir son réseau

Malgré tout, il serait dommage de négliger son autre réseau, celui que l’on côtoie dans la "vraie vie". Qu’ils soient en poste ou non, Franck Fiszel conseille aux candidats en quête de nouveaux horizons de le faire savoir autour d’eux. « Le réseau, c’est avant tout un échange qui commence avec ses collègues de travail, observe ce coach, fondateur du club Cap Avenir Réseau. Toutes les occasions sont bonnes, comme les séminaires professionnels ou les réunions d’anciens de son école. Laissez entendre que vous cherchez de nouveaux horizons et cela peut finir par se savoir... »

5. Les appeler directement

« Envoyer un dossier à un cabinet reste, enfin, un moyen direct, conclut Philippe Arsac. Je conseille d’avoir une approche ouverte, car un chasseur de têtes est un professionnel qui vous aidera à vous positionner. » Pourquoi ne pas tenter ? « Il faut dissiper certains fantasmes sur la profession, sourit Nadia Boutaleb. La plupart des cabinets sont faciles à trouver.» Les candidats, en poste ou pas, peuvent alors envoyer une candidature ou contacter ces cabinets en toute discrétion. « C’est plus facile quand on a encore un emploi, car on dispose encore d’une certaine zone de confort. Ceux qui sont en recherche hésitent parfois un peu. À tort. »

Céline Chaudeau
Céline Chaudeau

Vous aimerez aussi :