1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils carrière >
  4. Comment arrêter de trop penser pour mieux réfléchir ?

Comment arrêter de trop penser pour mieux réfléchir ?

comment-arreter-de-trop-penser-pour-mieux-reflechir--

Sylvie Laidet

La recommandation d’arrêter de trop penser peut paraître surprenante. Mais votre cerveau en constante ébullition vous empêche peut-être de prendre les bonnes décisions et même de vous reposer réellement. On fait le diagnostic avec Béatrice Lorant, auteure de "J’arrête de trop penser".

Trop penser, ça veut dire quoi ?

On considère trop souvent que penser c’est uniquement réfléchir. Mais ce n’est pas que ça. « Trop penser, c’est avoir trop de choses dans la tête en même temps. Par exemple, en bossant, on pense en même temps à l’ordre du jour de la prochaine réunion, au mot à écrire dans le cahier de correspondance, aux courses à faire en rentrant le soir, etc. Bref, on est assailli de pensées sans pouvoir y mettre de filtre », explique Béatrice Lorant, auteure de J’arrête de trop penser (Les éditions Leduc.s, janvier 2017). Si vous êtes dans cette situation, vous êtes un hyper penseur.

 

À quoi reconnaît-on un hyper penseur ?

Les hyper penseurs sont des hyperesthésiques. « Autrement dit, grâce à leur 5 sens hyper développés, ils ressentent tous les stimuli extérieurs de manière plus forte. Ils sont ainsi assaillis de ressentis qui les entraînent dans des pensées permanentes », précise notre experte, elle-même hyper penseuse. Ils agissent en fonction de ce qu’ils voient, entendent, sentent… et s’ajustent en permanence à leur environnement. En alerte sur tout et n’importe quoi, ils sont facilement distraits et ont davantage de difficulté à se concentrer. Et toutes les sollicitations digitales ne les aident pas.

« À force de penser, repenser, on finit par se remettre en cause soi-même et à perdre confiance en soi », détaille-t-elle. Un collègue qui hausse les sourcils pendant que l’hyper penseur anime une réunion et c’est parti pour la foire aux questions et aux émotions : "s’il hausse les sourcils, c’est qu’il n’est pas d’accord avec moi et ça craint", "s’il hausse les sourcils c’est sans doute que je n’ai pas été clair", etc. L’hyper penseur entre alors dans un cercle vicieux qui le conduit au final, à ne pas être clair et à douter de lui.

 

Comment penser moins et mieux ?

Fort logiquement, votre tête est trop pleine, il faut donc la vider un peu. Pour libérer de l’espace mémoire, notez tous vos rendez-vous dans un agenda. L’important est d’être déchargé de cette pensée obsédante qui vous trotte dans la tête. « Rédigez des to-do list avec des tâches à accomplir. Et commencez toujours par celle qui vous ennuie le plus, cela vous évitera la petite voix qui dit "t’as encore ce truc pénible à faire" », illustre Béatrice Lorant.

Quand vous n’arrivez pas à vous décider sur un sujet : faites un tableau avec les avantages et les inconvénients. « Et notez chaque critère de 1 à 3 ; votre décision dépendra alors du nombre de points recueillis par les avantages et inconvénients », préconise-t-elle. Autre conseil pour penser moins et mieux : débranchez ! Durant la pause déjeuner, dans les transports, le matin avant de partir bosser… astreignez-vous à ne pas regarder vos mails et autres messages. Vous pouvez d’ailleurs mettre à profit ce temps-là pour buller à la terrasse d’un café sans musique, sans téléphone, pour pratiquer une activité sportive... L’objectif étant de prendre soin de soi et de s’écouter. « Je recommande aussi de se fier à son intuition car elle ne nous trompe pas souvent. Ce n’est pas le fruit d’une pensée magique mais le produit de nos expériences et réflexions passées », analyse Béatrice Lorant. Il n’y a pas de raison qu’elle nous joue de mauvais tours.

Enfin, n’hésitez pas à travailler plus. « Vous avez beau avoir dompté votre mental, vous n’en restez pas moins un hyper penseur qui a besoin de beaucoup réfléchir pour se sentir épanoui et heureux. Toutefois, travailler plus ne signifie pas augmenter la charge d’un travail déjà trop routinier », prévient-elle. Il faut au contraire utiliser vos compétences pour vivre des initiatives personnelles dans votre boulot ou en dehors. Et si le cœur vous en dit, suivez des cours, des conférences, etc… juste pour le plaisir d’apprendre.

7

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

catherine

09/08/2018

à 08:46

Je vous remercie pour cet article, je vois que nous sommes nombreux dans cette situation contrairement à ce que je pensais.

> Répondre

JDEN

08/08/2018

à 14:36

Très enrichissant cet article et permet de mieux se positionner dans l'avenir.

> Répondre

Jwilf

17/05/2017

à 15:29

Merci Beaucoup pour ce article...

> Répondre

therese roussel

11/04/2017

à 09:38

excellente qualite

> Répondre

Isabelle

07/04/2017

à 14:16

trés bien cet article.

> Répondre

Jily

29/03/2017

à 10:46

C'est intéressant, un plus pour mieux se concentrer

> Répondre

Linda

28/03/2017

à 23:03

Merci pourcette article, intéressant..

> Répondre

+