1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils carrière >
  4. Comment faire de sa jeunesse un atout dans sa recherche d’emploi ?

Comment faire de sa jeunesse un atout dans sa recherche d’emploi ?

comment-faire-de-sa-jeunesse-un-atout-dans-sa-recherche-demploi-

Régis Delanoë

Un jeune diplômé qui arrive sur le marché du travail ne peut pas vraiment jouer sur son expérience pour se démarquer... En revanche il possède un atout maître : sa jeunesse ! Un état de fait qui peut se décliner en qualités, à condition d’avancer les bons arguments pour se vendre.

Misez sur le potentiel plutôt que sur l’expérience

« Si un recruteur vous sollicite, il faut bien se dire que votre profil l’intéresse. Et si vous êtes un jeune diplômé, ce ne sont pas vos expériences passées qui l’ont séduit mais votre potentiel », prévient d’emblée Stéphanie Kovac, manager chez Randstad Search & Selection. Il convient donc de ne pas prétendre avoir déjà un gros bagage professionnel si vous ne l’avez pas, d’une part car ce n’est visiblement pas ce que le recruteur recherche et d’autre part parce que « l’honnêteté prime toujours », estime Isabelle Israel, campus manager chez Hays, qui poursuit : « Quand on parle de potentiel, on vise plus un savoir être qu’un savoir-faire. Jouez sur votre état d’esprit, votre dynamisme, votre envie, votre fraîcheur. » Des conseils à mettre en application par la parole (faites preuve d’enthousiasme, faites en sorte de positiver chaque argument) et par le comportement (une attitude enjouée, un sourire franc et naturel).

Jouez la carte adaptabilité et malléabilité

« Qui dit jeunesse dit malléabilité, une qualité très appréciée des recruteurs, estime Estelle Raoul, directrice executive chez Page Personnel. Un jeune diplômé va avoir tendance à avoir moins de contraintes personnelles et va donc être plus facilement adaptable. Non seulement il sera plus mobile et flexible, mais en plus il a généralement moins d’idées reçues sur le monde du travail. » Un côté neuf appréciable car ce genre de profil aura tendance à se mouler plus facilement dans la culture de l’entreprise. « Dites-vous bien que c’est un avantage que vous avez par rapport à quelqu’un qui aurait par exemple dix années d’expérience et qui serait certainement moins enclin que vous à suivre à la lettre les procédures de l’entreprise et son mode de fonctionnement », dit encore Estelle Raoul.

Langues étrangères et nouvelles technologies, vos atouts maitres

Par rapport à ses aînés, le jeune diplômé possède aussi le plus souvent deux avantages de taille. Le premier, c’est d’être plus habitué au monde globalisé d’aujourd’hui. « Généralement, un jeune sorti d’études a connu au moins une expérience à l’étranger, constate Stéphanie Kovac. C’était moins le cas avant et les jeunes d’aujourd’hui sont donc plus à l’aise en langues étrangères. » Un atout sur lequel il faut insister en entretien. « Les jeunes sont aussi plus ouverts sur le monde, ont une plus grande attirance pour les voyages, une curiosité intellectuelle supérieure qui peut faire mouche auprès des recruteurs », reconnaît également Isabelle Israel. Elle pense aussi que « l’autre atout maître des jeunes, c’est leur meilleure appréhension des nouveaux outils technologiques. Ils sont habitués à utiliser les dernières générations de tablettes, d’ordinateurs, et possèdent une bonne maîtrise des réseaux sociaux. » Autant d’avantages à mettre, là encore, en avant au moment d’argumenter pendant l’entretien.

Humilité et projection vers le futur

Vendre ses qualités ne consiste pas à rouler des mécaniques et à se prendre pour quelqu’un d’autre, prévient Stéphanie Kovac, qui prône les vertus d’une certaine forme d’humilité en entretien : « Les jeunes diplômés arrivant sur le marché du travail doivent être capables de se mettre en avant, tout en étant conscient de leurs axes d’amélioration. » Par exemple, vous pouvez dire ceci : « Je ne peux certes pas apporter les mêmes compétences qu’une personne ayant dix ans d’expérience, mais je peux compenser par mon envie d’apprendre, le niveau que j’ai déjà acquis pendant mes études et par les stages effectués, ainsi que par ma volonté de m’investir dans votre société. »

Une projection vers le futur qui ne peut être qu’appréciée, surtout si l’argumentaire est enrichi d’éléments concrets, conseille Marie Albaret du cabinet Talented Minds : « L’idéal est de prendre les devants en étant conscient de vos manquements dans tel ou tel domaine. Si par exemple vous visez un poste nécessitant logiquement une première expérience que vous n’avez pas, vous pouvez anticiper ce reproche qui peut vous être fait en disant que vous avez repéré une formation en ligne type MOOC qui pourrait vous permettre de compenser ce manque et que vous êtes prêt à la suivre si nécessaire. » Anticipation, projection, dynamisme et motivation : tout est bon dans ce genre d’attitude pour décrocher le poste.

3

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Isabel55555

16/11/2015

à 18:24

Ce sont les stupidités et les incohérences des entreprises. Parce que ces salariés ils n'ont jamais été jeune, ils n'ont jamais eu besoin d'apprendre etc... Ils sont nés avec 10 ans d'expériences... Pas nous.

> Répondre

Elo92929

12/11/2015

à 11:38

Le minimum qu'ils demandent c'est 3 ans d'expériences. Alors comment comment fait un jeune diplômé si tout le monde refuse de lui donner sa chance ?

> Répondre

Isabel55555

05/11/2015

à 00:06

Alors page personnel et hays cabinets de "recrutement" plus proche du cabinet que du recrutement qui essaye de donner des conseils incohérents. La realite est que quand une entreprise reste figée et qu'elle ne veut que des personnes ayant 10-15 années d'expériences dans le métier, tous les cv ayant moins de 10 ans sont directement supprimés, donc les histoire de fraicheurs on s'en passera.

> Répondre

+