Comment gérer ses émotions au travail ?

Publié le 11 juin 2019 Mis à jour le 15 septembre 2020 Fleur Chrétien

Quel que soit votre tempérament, éclater en sanglots, hurler de joie ou exploser de colère au bureau semble plutôt inopportun. Pour autant, les émotions sont de plus en plus valorisées dans le cadre professionnel. En témoigne l’instauration des tests de QE lors des recrutements, qui visent à évaluer le quotient émotionnel des candidats. Les émotions, dont l’expression a longtemps été bannie au travail, sont aujourd’hui acceptées. Et même reconnues comme de véritables atouts. Si tant est qu’elles soient maîtrisées. Comment gérer ses émotions au travail ? Cadremploi vous livre les pistes pour faire de vos émotions un atout au travail !
Comment gérer ses émotions au travail ?

L’enjeu : apprendre à gérer ses émotions au travail

Savoir gérer une émotion, c’est tout d’abord se connaître suffisamment pour l’identifier. Puis prendre le recul nécessaire pour l’exprimer correctement.

Vous êtes stressé.e car votre collègue ne vous fournit pas les chiffres qui vous permettront de boucler votre appel d’offres ? Rien ne sert de lui hurler dessus en le traitant d’incapable : vous n’obtiendrez rien et vous vous assurerez une brouille certaine pour les mois à venir ! Ne vous rendez pas malheureux pour cela.

Donc vous êtes stressé.e, certes. Vous allez être en retard, probablement. Essayez plutôt de faire comprendre à votre collègue - en faisant appel à son empathie - combien cet appel d’offres est important pour vous et combien il est crucial qu’il vous fournisse certaines informations rapidement.

Notre conseil Cadremploi : exprimez vos émotions avec calme, à la première personne (« je »), en évitant d’accuser la terre entière et en demandant de façon claire ce dont vous avez besoin pour que la situation se résolve : telle est la solution pour gérer au mieux votre stress et vos émotions !

À lire aussi >> 10 outils incontournables pour booster son efficacité au travail

Toutes les émotions peuvent-elles être exprimées au travail ?

Il y a 30 ans, pas de place aux émotions dans le cadre professionnel. À la limite pouvaient être tolérés les élans de joie ou les manifestations d’enthousiasme… c’est-à-dire ce que l’on considérait comme des émotions positives. Or, nombreuses sont les situations professionnelles qui peuvent générer des émotions plus « négatives », telles que la colère, la peur, la frustration. Colère face à une injustice, frustration de ne pas être reconnu à sa juste valeur, peur de ne pas y arriver… Ces émotions, souvent refoulées dans un contexte professionnel, sont justement celles qu’il faut apprendre à exprimer pour éviter qu’une situation ne s’enlise.

Exit la vision ancestrale qui classifiait les émotions en bonnes ou mauvaises. Aujourd’hui, toutes les émotions peuvent générer de l’énergie. À condition de savoir les maîtriser !

À lire aussi >> Chief happiness officer : métier à la mode ou clé du bonheur au travail ?

Gestion des émotions : l’intelligence relationnelle en jeu

Apprenez à atténuer vos émotions lorsqu’elles sont trop intenses. Puis à les exprimer pour les faire circuler et ne pas rester dans une impasse.

Pour être entendu.e, voire même écouté.e et compris.e, il est indispensable de prendre votre interlocuteur en considération. Car gérer ses émotions, c’est aussi les exprimer avec les bons mots, au bon moment, en tenant compte de la réceptivité de la personne qui vous fait face - ce qui est impossible lorsqu’on réagit à chaud.

La maîtrise des relations humaines constitue l’une des cinq qualités qui définissent l’intelligence émotionnelle, avec la conscience et le contrôle de soi, la motivation et l’empathie.

Ainsi, comme le prouve l’expression « intelligence émotionnelle », il est une forme d’intelligence aujourd’hui acceptée, reconnue et valorisée dans la sphère intime et professionnelle : celle des personnes disposant de la capacité à connaître, maîtriser et exprimer leurs propres émotions ; ainsi qu’à réagir à celles de leur entourage de façon adéquate.

Managers : apprenez à gérer vos émotions au travail

Le manager n’est pas une machine dénuée de sentiments. Mais, est-il plus confronté que d’autres salariés à la problématique de la gestion des émotions au travail ? C’est en tout cas un enjeu majeur pour lui. De nombreuses formations professionnelles sont proposées autour du thème de la gestion des émotions. N’hésitez pas à utiliser votre CPF pour les financer.

Des formations sur l’intelligence émotionnelle

Manager par l’intelligence émotionnelle, maîtriser ses émotions pour être plus efficace, s’appuyer sur son intelligence émotionnelle pour bien manager, mieux manager grâce à l’intelligence émotionnelle… Autant de programmes où il est question de ses émotions au travail, de savoir comment les détecter et quoi en faire. Leur objectif ? Faire comprendre aux managers qu’ils doivent déceler leurs émotions pour mieux les utiliser.

Des formations sur le lâcher-prise

Comment un manager doit gérer ses émotions non seulement pour lui-même, mais aussi au regard de l’autre ? L’objectif de ces formations est de faire comprendre qu’il est parfois opportun de montrer ses émotions. Et que cela n’est pas forcément synonyme de faiblesse !

Des formations sur l’utilisation de la technique des 4S

Pour éviter que la confrontation de points de vue entre un manager et un membre de son équipe ne laissent déborder les sentiments pour atteindre une situation extrême, la technique des 4S permet de centrer ses émotions sur un objectif à atteindre.

La technique dite des 4S analyse 4 temps dans la discussion :

  • La situation : partir d’un fait concret.
  • La suite : ce que le fait concret implique.
  • Le sentiment : le ressenti du manager.
  • Le sens : exprimer son souhait.

Par exemple : un membre de l’équipe arrive très en retard tous les jours au travail. Apprendre à gérer ses émotions consiste, pour le manager, à exposer clairement la situation et à formuler un souhait pour l’avenir de manière très calme et argumentée.

  • La situation : cette semaine, tu es arrivé tous les matins à 10h, au lieu de 9h.
  • La suite : les autres membres de l’équipe ressentent un sentiment d’injustice.
  • Le sentiment : j’ai le sentiment que tu es un peu démotivé en ce moment, parlons-en.
  • Le sens : dès demain, je te propose de respecter tes horaires de travail et de repartir sur une nouvelle base.

À lire aussi >> Bienveillance au travail : vous avez tout à gagner !

Fleur Chrétien
Fleur Chrétien

Formée au journalisme et à l’édition, Fleur commence sa carrière chez Hachette Livre au département jeunesse. Après Bécassine et Franklin, elle s’immerge dans l’univers du luxe en agence de communication. Très vite, le digital devient incontournable. Petites agences et jolis clients - Harry Winston, Benjamin de Rothschild, l’Atelier BNP Paribas, Yann Arthus-Bertrand - permettent d’alterner réflexions stratégiques et création de contenu innovant. En 2010, Fleur fait le choix de l’indépendance. Elle se concentre alors sur son cœur de métier : donner du sens par le contenu. Cadremploi figure parmi ses heureuses collaborations.

Vous aimerez aussi :