Comment lutter contre les casseurs d’ambiance au travail

Publié le 04 octobre 2016 Céline Chaudeau

Parce qu’il est plus agréable de travailler dans une bonne ambiance, - et aussi, accessoirement, parce que cela favorise la productivité - il est du devoir des managers d’identifier et neutraliser les casseurs d’ambiance qui sévissent dans leurs équipes.
Comment lutter contre les casseurs d’ambiance au travail

1. En faire un principe de management

Happiness Therapy, mode d’emploi ? De la bonne ambiance en open space, Stéphane Boukris en a fait un principe de management. « Nous avons notre propre démarche qui s'appelle la méthode SWAN, explique le cofondateur du cabinet de recrutement et de conseil Ametix. Tout collaborateur qui intègre l’entreprise doit être Smart (intelligent), Workaholic (bosseur), Ambitious (ambitieux) et surtout Nice, c’est-à-dire sympa. » Dès lors, tout manager a un côté un peu GO. « En tout cas, il doit être enthousiaste et communicatif pour garantir une ambiance de travail aussi bonne que possible. » Mais pour lui faciliter la tâche, la boîte a quand même aussi quelques codes de bonne conduite. « On chante et on danse quand on a une bonne nouvelle par exemple. »

 

2. Désamorcer les problèmes

Mieux vaut prévenir que guérir, certes. Il n’empêche : il arrive que des élément perturbateurs (d’ambiance) se manifestent. « Quand cela arrive, la première règle est de ne pas interpeller le collaborateur en public, prévient Jean-Yves Arrivé, auteur du guide Les 50 règles d'or pour bien gérer ses émotions. Le premier enjeu est de ne pas créer une situation où un salarié se sente scruté et jugé devant les autres. » Pour ce consultant, l’idéal est d’agir vite, après un incident, et de proposer un entretien individuel. « Le manager doit simplement exprimer en quoi il a perçu une situation comme perturbante, interroger le collaborateur sur ce qu’il ressent et lui demander d’être vigilant. Il faut se dire que, souvent, l’intéressé ne s’est peut-être même pas rendu compte de la situation qu’il engendrait. » « Vous avez cette sensation que certaines personnes de votre entourage professionnel ne vous apportent rien de bon et ne vous font que perdre du temps de l'énergie ? », interroge Cécile Neuville, psychologue spécialiste en développement personnel et auteure du livre 5 minutes par jour pour lâcher prise enfin !. Elle invite, là aussi, les managers à changer de focale. « Que diriez-vous de changer votre regard sur la situation ? Prenez du recul et observez ces personnes comme si elles avaient chacune quelque chose à vous apprendre de très utile. »

 

 

3. Rester à l’écoute

« Récemment, j'ai eu un entretien avec un salarié qui était dans une phase un peu pessimiste et plombait un peu l’ambiance, abonde Stéphane Boukris. Mon travail au quotidien, comme celui de tout chef d’équipe, est aussi d’identifier les moments un peu "down" de chacun, de leur remonter le moral si nécessaire et de dire qu'on est là pour ses collègues. » Mais si cet entrepreneur voit son rôle de manager un peu comme celui d’un coach, il sait aussi jusqu’où ne pas aller trop loin. « Si quelqu'un pourrit l'ambiance, c'est qu'on n’a pas bien fait notre travail quelque part et pas su comprendre ce qui n’allait pas. Mais on ne peut pas laisser non plus une situation dégénérer. Parfois, un collaborateur n’est pas à sa place et en est le premier malheureux. Il faut aussi oser aborder ces questions. »

 

4. Établir une cartographie des personnes positives

Mais tout salarié ne choisit pas forcément d’être un agent d’ambiance ou de la plomber. De même, un manager reste lui aussi humain et doit pouvoir se ressourcer régulièrement. « Faites une liste de toutes les personnes que vous êtes amené à croiser dans le cadre de votre activité professionnelle, suggère Cécile Neuville. Oui, Toutes ! » cette experte en psychologie positive invite chacun à se reposer sur des personnes positives dès que la température se refroidit un peu. « Relisez votre liste et mettez un + à côté de celle qui vous inspirent des idées positives pour le travail, à côté de celles qui vous inspirent de la motivation pour continuer et aller encore plus loin professionnellement et enfin à côté de celle qui vous inspirent tout autre émotion positive qui vous fait du bien. Entourez en particulier les personnes ayant deux ou trois + à côté de leur nom : ce sont vos ressources positives ! »

 

5. Désamorcer certaines pratiques délétères

En effet, le manager, lui-même, n’est pas à l’abri d’un faux pas. « Soit par son comportement, soit parce qu’il laisse faire des pratiques délétères », prévient Sylvaine Pascual. À ce titre, la fondatrice du cabinet Ithaque Consulting recommande certaines pratiques exemplaires comme ne pas médire à la machine à café. « Non seulement il ne faut pas alimenter certains bruits de couloir, mais surtout, il faut essayer d’empêcher certains collaborateurs de s’y complaire. » Évidemment, pas question d’interdire les ragots plus ou moins agréables qui font partie de la vie de bureau. « Il faut juste qu’un manager reste vigilant. Si un salarié soupire tout le temps ou exprime toujours le même ressentiment en sa présence, on peut lui demander pourquoi il dit cela. Voire, exprimer son désaccord plutôt que de laisser dire et décourager d’autres salariés. »

Conflit au travail : quand faut-il faire appel à un avocat ?, notre article dédié répond à cette question.

Des casseurs d’ambiance, vous en connaissez forcément. Quels sont ceux qui vous plombent le plus ? Et comment réagissez-vous ? Racontez-nous en commentaire.

Céline Chaudeau
Céline Chaudeau

Vous aimerez aussi :