1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils carrière >
  4. Comment lutter contre les casseurs d’ambiance au travail

Comment lutter contre les casseurs d’ambiance au travail

comment-lutter-contre-les-casseurs-dambiance-au-travail

Céline Chaudeau

Parce qu’il est plus agréable de travailler dans une bonne ambiance, - et aussi, accessoirement, parce que cela favorise la productivité - il est du devoir des managers d’identifier et neutraliser les casseurs d’ambiance qui sévissent dans leurs équipes.

1. En faire un principe de management

Happiness Therapy, mode d’emploi ? De la bonne ambiance en open space, Stéphane Boukris en a fait un principe de management. « Nous avons notre propre démarche qui s'appelle la méthode SWAN, explique le cofondateur du cabinet de recrutement et de conseil Ametix. Tout collaborateur qui intègre l’entreprise doit être Smart (intelligent), Workaholic (bosseur), Ambitious (ambitieux) et surtout Nice, c’est-à-dire sympa. » Dès lors, tout manager a un côté un peu GO. « En tout cas, il doit être enthousiaste et communicatif pour garantir une ambiance de travail aussi bonne que possible. » Mais pour lui faciliter la tâche, la boîte a quand même aussi quelques codes de bonne conduite. « On chante et on danse quand on a une bonne nouvelle par exemple. »

 

2. Désamorcer les problèmes

Mieux vaut prévenir que guérir, certes. Il n’empêche : il arrive que des élément perturbateurs (d’ambiance) se manifestent. « Quand cela arrive, la première règle est de ne pas interpeller le collaborateur en public, prévient Jean-Yves Arrivé, auteur du guide Les 50 règles d'or pour bien gérer ses émotions. Le premier enjeu est de ne pas créer une situation où un salarié se sente scruté et jugé devant les autres. » Pour ce consultant, l’idéal est d’agir vite, après un incident, et de proposer un entretien individuel. « Le manager doit simplement exprimer en quoi il a perçu une situation comme perturbante, interroger le collaborateur sur ce qu’il ressent et lui demander d’être vigilant. Il faut se dire que, souvent, l’intéressé ne s’est peut-être même pas rendu compte de la situation qu’il engendrait. » « Vous avez cette sensation que certaines personnes de votre entourage professionnel ne vous apportent rien de bon et ne vous font que perdre du temps de l'énergie ? », interroge Cécile Neuville, psychologue spécialiste en développement personnel et auteure du livre 5 minutes par jour pour lâcher prise enfin !. Elle invite, là aussi, les managers à changer de focale. « Que diriez-vous de changer votre regard sur la situation ? Prenez du recul et observez ces personnes comme si elles avaient chacune quelque chose à vous apprendre de très utile. »

 

Le manager lui-même n’est pas à l’abri d’un faux pas. Soit par son comportement, soit parce qu’il laisse faire des pratiques délétères.

 

3. Rester à l’écoute

« Récemment, j'ai eu un entretien avec un salarié qui était dans une phase un peu pessimiste et plombait un peu l’ambiance, abonde Stéphane Boukris. Mon travail au quotidien, comme celui de tout chef d’équipe, est aussi d’identifier les moments un peu "down" de chacun, de leur remonter le moral si nécessaire et de dire qu'on est là pour ses collègues. » Mais si cet entrepreneur voit son rôle de manager un peu comme celui d’un coach, il sait aussi jusqu’où ne pas aller trop loin. « Si quelqu'un pourrit l'ambiance, c'est qu'on n’a pas bien fait notre travail quelque part et pas su comprendre ce qui n’allait pas. Mais on ne peut pas laisser non plus une situation dégénérer. Parfois, un collaborateur n’est pas à sa place et en est le premier malheureux. Il faut aussi oser aborder ces questions. »

 

4. Établir une cartographie des personnes positives

Mais tout salarié ne choisit pas forcément d’être un agent d’ambiance ou de la plomber. De même, un manager reste lui aussi humain et doit pouvoir se ressourcer régulièrement. « Faites une liste de toutes les personnes que vous êtes amené à croiser dans le cadre de votre activité professionnelle, suggère Cécile Neuville. Oui, Toutes ! » cette experte en psychologie positive invite chacun à se reposer sur des personnes positives dès que la température se refroidit un peu. « Relisez votre liste et mettez un + à côté de celle qui vous inspirent des idées positives pour le travail, à côté de celles qui vous inspirent de la motivation pour continuer et aller encore plus loin professionnellement et enfin à côté de celle qui vous inspirent tout autre émotion positive qui vous fait du bien. Entourez en particulier les personnes ayant deux ou trois + à côté de leur nom : ce sont vos ressources positives ! »

 

5. Désamorcer certaines pratiques délétères

En effet, le manager, lui-même, n’est pas à l’abri d’un faux pas. « Soit par son comportement, soit parce qu’il laisse faire des pratiques délétères », prévient Sylvaine Pascual. À ce titre, la fondatrice du cabinet Ithaque Consulting recommande certaines pratiques exemplaires comme ne pas médire à la machine à café. « Non seulement il ne faut pas alimenter certains bruits de couloir, mais surtout, il faut essayer d’empêcher certains collaborateurs de s’y complaire. » Évidemment, pas question d’interdire les ragots plus ou moins agréables qui font partie de la vie de bureau. « Il faut juste qu’un manager reste vigilant. Si un salarié soupire tout le temps ou exprime toujours le même ressentiment en sa présence, on peut lui demander pourquoi il dit cela. Voire, exprimer son désaccord plutôt que de laisser dire et décourager d’autres salariés. »

 

Des casseurs d’ambiance, vous en connaissez forcément. Quels sont ceux qui vous plombent le plus ? Et comment réagissez-vous ? Racontez-nous en commentaire.

57

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Kat

23/04/2018

à 22:51

Coucou, ss ide mes collègues et les AS me font chier au boulot et tout le temps en train de me critiquer entre elles,je les supporte plus une seule seconde. Que faire?

> Répondre

En réponse à Kat

Tsarafine MOUTA

20/09/2018

à 01:57

Salut! Vous savez ça m'arrive la même chose, il faut juste resté positif et les ignorer quand tu peux.Reste entouré des gens qui son positif, cela t'aidera à affronter cette sensation de mal être et protégera ton côté positif. Tu deviendra plus forts. Il y a pas plus intelligents et réfléchis que l'ignorance. Celà t'aidera à combattre tout ses problèmes lié au ragots.pense à ta carrière et ta petite vie de famille si tu en as. C'est le plus important...

> Répondre

En réponse à Kat

Babaluette

25/06/2018

à 23:50

Prendre de la hauteur. J interprète ses réactions comme de la faiblesse. Ces gens a part, seuls deviennent des loosers. En groupe ils se sentent forts et vous démontent. Nourrissez votre ego. Faites des choses valorisante dans votre vie perso sans forcément en parler à votre entourage pro. Soignez votre estime de vous. Ces gens ne souhaitent que vous abimer. Restez pro dans votre activité et discrète. Bon courage

> Répondre

Quatuor

29/12/2016

à 07:53

Les casseurs d'ambiance ne sont pas facile à vivre alors personnellement moi qui suis retraitée eh bien j'applique dans ma vie sociale le fend shui
genre ragots trop méchant mettre un bac rempli d'au prés d'une plante.
Bien sûr le bac à eau doit toujours être propre. Et puis se ressourcer c'est important prendre l'air dehors ,de la marche c'est toujours d'une grande efficacité pour chasser les casseurs d'ambiance................
Belle fin d'année :))))))))))))))))))))))))la joie au coeur c'est bon......

> Répondre

jalal

27/12/2016

à 14:24

Les casseurs d'ambiance sont des personnes qui sont mis expret pour causé de la panique et le trouble au lieu de travail se sont des personnes qui ecoute les besoins de l'état et qui sont au services des nouveautés du marché et sont mis exprés par des personnes moreaux et des gens qui ont des grades superieurs dans l'état et qui servent bien les besoins de leurs peuple d'une manière trés spécifique

> Répondre

Mary

12/11/2016

à 15:53

Les casseurs d'ambiance sont souvent des personnes qui sont dans l'entreprise depuis plusieurs années, souvent déçus de leur non évolution. Pas tous forcément mauvais dans leur travail mais plus trop motivés et ne croient pas, ou plus dans leur évolution possible. Il se sont mis le manageur du service dans la poche en comprenant qu'aujourd'hui certains dirigeants n'ont plus le charisme des hommes d'hier. Ces dirigeants qui sont parfois du genre fuyant devant certains dysfonctionnements ou certaines personnalités... Ils se tiennent aux objectifs de chiffres à atteindre ou d'effectif à diminuer, ce qui contribue un peu plus aux malaises...Nous observons parfois, dans le même service et pour le même poste, des personnes surbookés alors que d'autres sont à la cools...
Beaucoup de stages et de formations " Management" Ouais !
Mais où sont donc passé "Les vrais Patrons" ? Je ne veux pas être pessimiste !
Je suis heureuse de voir des jeunes dirigeantes, ou dirigeants qui arrivent à une vrai communication avec leurs salariés. Bravo !
Mais plutôt rares, surtout dans les grandes entreprises.

> Répondre

Paul

03/11/2016

à 14:41

J'aurais plutôt tendance à penser que l'ambiance est le résultat de la bonne adéquation entre l'équipe et les objectifs de travail de celle-ci.
Si l'équipe est bien dimensionnée par rapport à la charge de travail, si les compétences sont en rapport avec le travail demandé, si le manager communique correctement sur les résultats atteints et rétribue chacun en fonction des efforts, s'il y a une certaines logiques dans les décisions prises par le top management, bref un vrai travail d'équipe avec un but clair et réaliste à atteindre, alors très souvent l'ambiance est au rendez-vous, pour l'avoir vécu.

Le problème est que les "contraintes" économiques et le peu de vision long terme des dirigeants (pour ne pas rajouter la malhonnêteté et l'orgueil mal placé) font que l'on doit faire plus vite avec moins de moyens, moins de personnels, au détriment souvent de la qualité. Que les économies sont faites sur le dos de ceux qui réalisent le travail pendant que les primes sont distribués entre ceux qui "gèrent" le travail. Et quand les entreprises n'y arrivent pas, elles licencient.
Difficile d'avoir toujours la banane quand on vient au boulot dans ces conditions.

Pour ce qui est des problèmes personnels, ils peuvent impacter l'équipe, c'est important de les détecter, mais l'entreprise n'est pas là pour les régler.

Identifier le casseur d'ambiance est important à court terme mais ne doit surtout pas permettre aux décideurs d'échapper aux conséquences de leur actes. Le problème est global, sa résolution l'est aussi forcément.

> Répondre

En réponse à Paul

Natalie

19/11/2016

à 11:51

100 % d'accord avec vous Paul. Analyse très claire et clairvoyante. Comment donner confiance aux jeunes qui intègrent le marché du travail ?
Les dirigeants sont-ils vraiment des decideurs ? Certains sont à la merci de leurs actionnaires, des lobby , d'autres de leur banquier et les derniers (petites boites) de leurs clients mauvais payeurs....

> Répondre

David Bouhelier

30/10/2016

à 10:41

les casseurs d'ambiance, se reconnaise entre eux ,ils ont un signe de rallimant,jai ue a faire avec eux ,c'est trrés dificile de gardée sont calme , se sont souvent d'és persones qui ne vous arrive pas a la cheville il sont soutenue par tel ou tel persone (intouchable-incompétant) .
Mais jai réussi a l'és combatres comme un anthi viruce (depuit ils ont peur de mafronté ! ) je l'és démasques du premier cout .

> Répondre

En réponse à David Bouhelier

jean

13/06/2018

à 09:27

Le Probleme , c que le management ne les voit pas en tant que nuisance de la productivite et le deroulement des operations. ce sont ces energumenes qui sont des fardeau et menent la compagnie a la Banque route.

> Répondre

En réponse à David Bouhelier

Oloman

31/10/2016

à 16:49

Mais vous arrivent-ils à la cheville pour ce qui est de l'orthographe et de la grammaire ?

> Répondre

En réponse à Oloman

justice

01/05/2017

à 11:40

il me semble que toute personne a le droit d'exprimer son ressenti et d'être juste un peu dans l'empathie
la personne ressent et cela lui appartient et c'est légitime
quant à l'orthographe ou la grammaire là n'était pas le sujet - vous ne savez pas si la personne parlait d'un travail manuel, d'un savoir faire et de praxies.....

à méditer clémence où es-tu ?

> Répondre

fatiguée

27/10/2016

à 14:35

Cela fait plus de 10 ans que je travaille avec une "collaboratrice" que l'on m'a imposé parce que c'était "la femme de"...Qui a un problème psy important (elle est limitée intellectuellement) et qui de surcroît est d'une mauvaise foi +++...
Elle m'a usée, j'attends la retraite avec impatience.
Le directeur, qui ne peut pas la virer, a enfoncé le clou en me disant que c'était ma faute, que j'étais un mauvais manager!
La seule solution que j'ai trouvée a été de réduire mon temps de travail à 40% et de me faire seconder à 40% par une "vraie" collaboratrice...
Ce que j'ai lu est applicable dans de nombreux cas, je n'en doute pas, mais pas dans le mien.

> Répondre

En réponse à fatiguée

Louise Riou

31/10/2016

à 12:53

Bien évidemment, chaque cas est différent. Mais si votre Directeur ne vous soutient pas et si des personnes incompétentes sont maintenues en poste, c'est que le dysfonctionnement est grand.

> Répondre

En réponse à Louise Riou

fatiguée

01/11/2016

à 11:43

Je suis d'accord, merci de votre réponse!

> Répondre

Jay

26/10/2016

à 23:57

Si le collectif est une bande de bras cassés on fait quoi? On fait le béni oui oui et on regarde les bras croisés le chateau de cartes s'écrouler.
Désolé mais si bonne ambiance rime avec absence d'efficacité,il faut savoir recadrer les choses. Et utiliser un peu de fermeté ne fait pas de mal.

> Répondre

Julie Julie

26/10/2016

à 21:31

Pour être manager moi même, je n'ai qu'une chose à dire "on a l'équipe que l'on mérite".

Pour faire simple, tout part de nous. La remise en question est primordiale. Et si le problème principal de cette mauvaise ambiance vient d'un problème privé, alors la situation est à adapter avec le collaborateur.

> Répondre

En réponse à Julie Julie

Bivillus

04/11/2016

à 10:40

Votre remarque est juste. Le manager a l'équipe qu'il mérite. La difficulté est parfois difficile quand il s'agit d'une équipe héritée, à la suite d'un changement de manager. Il faut du temps pour corriger le tir, lorsque l'équipe a subi beaucoup d'années, sans réellement de management (objectifs, formation etc.). J'ai connu le cas avec une équipe démotivée, avec un niveau de compétences moyen et pas le niveau de formation requis. Entre l'énergie qu'il faut donner pour redresser la barre économique, la relation clients/fournisseurs, rassurer les administrateurs (cas d'une association) : trouver le temps nécessaire pour l'écoute active, dresser des objectifs individuels et objectifs est assez laborieux. Cependant, je rejoins l'analyse ci-dessus, il ne faut pas laisser faire les casseurs d'ambiance (lors des nombreuses pauses). Proposez des rendez-vous individuels réguliers sur les objectifs, les dossiers importants et le ressenti de chaque collaborateur est indispensable...

> Répondre

Steph Kiwi

26/10/2016

à 20:26

C'est incroyable à quel point je reconnais mon environnement de travail dans cet article. Mais que faire quand c'est le manager lui même qui est un casseur d'ambiance et que le directeur général fuit ses responsabilités comme la peste ?? À l'aide !!

> Répondre

majdoubi mohamed

26/10/2016

à 18:59

La gestion d’un groupe d’une société d’une entreprise dépend toujours au premier responsable soit le directeur qui doit être l’exemple dans la société et communique avec tout les membres de l’entreprise, aussi qu’il peut influencer sur eux d’une façon ou d’une autre.
D’une part ;
Le directeur dans sa vie professionnel doit être accordé des avantages à ses employées de différents formes pour les motivées et même encore doit être vigilant pour les besoins de ses membres comme des formations et de mettre a leurs dispositions tout les moyens nécessaires et de connaitre tout les contraintes de chaque employée c'est-à-dire le rôle du père vers ses enfants pour garantir le bonne fonctionnement de l’entreprise .
D’autre part ;
En observe généralement que les gens mal formées son derrière tout les futilités qui sert pour nuire les gens alors dans se cas le directeur son rôle et cerner soit par l’orientation amical soit par d’appliquer le règlement interne tout dépend le dégrée de l’infraction (détermination du contrat).
Parfois en trouve des gens dynamiques .sérieux (des gens impeccables) ils ont une grande connaissance rationnels et sociales il prend avec considération la société comme une deuxième famille.

> Répondre

Magritte René Lecteur

26/10/2016

à 18:50

Je suis surpris et désemparé par la pauvreté générale des arguments supportés par cet article. Je comprends, à la lecture de qualités établies en principe dans le paragraphe 1 - en franglais brouillant ainsi la compréhension - que l'addiction au travail, l'ambition sont demandées aux collaborateurs par ce dirigeant.
Les salariés devront également être de bonne composition.
Le dirigeant espère à peu de frais, gagner des marchés, faire des bénéfices, en profitant de la crédulité des collaborateurs qui jouent ce jeu.
Nous sommes ici aux antipodes des travaux de recherche (universitaires) sur le sujet du management. Un symptôme : il est difficile de comprendre cet article avant plusieurs lectures. Le niveau de français est pauvre, et l'on cherche de qui est-ce que l'auteur veut faire la promotion. Inaudible.

> Répondre

En réponse à Magritte René Lecteur

Bivillus

04/11/2016

à 10:47

Cher Monsieur Magritte,

L'article auquel vous faites références a l'avantage d'être à la portée de tous et toutes. Il illustre de techniques de management enseignées en Bac+2 (BTS, DUT...). Je vous rejoins dans le sens où il n'apporte pas de nouveaux éléments dans le cadre des travaux de recherche universitaires notamment. Il fait le comprendre comme un outil à la disposition des managers opérationnels qui ouvrent sur le terrain dans des conditions souvent difficiles... A votre argument d'inaudible, incompréhensible ou médiocre me parait plus adapté lorsque l'on évoque un écrit.

> Répondre

En réponse à Magritte René Lecteur

Mostafa

30/10/2016

à 11:20

Il vaut mieux revoir l"article que notre cher site vient de publier :
" Les casseurs d'ambiance au travail"
J'aimerais bien de faire aussi publier un autre article sur les casseurs d'ambiance de la discussion.
Merci

> Répondre

En réponse à Magritte René Lecteur

Mostafa

30/10/2016

à 11:12

Excuser moi et patdonner moi si j'ai commencé par les bases de la bonne communication qui coulent dans le sujet intial et et aussi ont part de regulariser un peu cette reponse qui nuit non seulement le but d'un échange manageriel mais aussi la manière de repondre poliment les cadres qui sacrifient leur temps pour enrichir la discussion .
Bref,la science de la communication nous a offert la lumière de communiquer avec sagesse et politesse pourque les choses menent aux objectifs demandées.
Pour mieux participer dans des réunions et des discussions avec les autres on doit peser et mesurer chaque mot .chaque expression pour ne pas se sentir écartée par les autres.
Revenant au sujet initial.mon avis est le suivant.si vraiment chaque organisme étatique ou bien privé ne respecte pas les procédures internes qui veillent aux valeurs humaines et operationnelles .on ne peut attendre que des conflits ou des résultats negatifs.
Le respect et la bonne communication conduisent à la richesse et au developpement du savoir mais le critique du complexe du nanisme n'enrichis ni ce site qui nous a offert ce room pour nous aider a prendre part des experiences des autres.
N'oublions pas une chose: une idée n'a pas besoin de maquiller la rédaction mais de dire qq chose qui change qq chose.

> Répondre

Dareck

26/10/2016

à 18:32

Ilya de gens qui n'est sont pas coopératifs dans le milieu de travail

> Répondre

Nono

26/10/2016

à 18:32

Il y a eu récemment une collaboratrice qui me coupait la parole à chaque fois que je parlais à un autre collègue. Elle faisait semblant de demander un document ou une vérification d un dossier à cette personne avec qui je discutais. Au début je pensais que je la derangeais et donc ma réaction à été de me taire. Mais finalement ça devenait répétitif dès que ça me concernait. Le pire est que cette collègue jugeait toujours les autres comme mauvais bosseurs et ne s gênait pas pour le faire en public et à voix haute. Personne n osait répondre à ses attaques. Un jour elle a voulu me faire taire alors que je parlais un peu fort au téléphone avec un collègue de Londres et je lui ai clairement dit qu' elle était très mal placée pour juger les autres et qu' elle n était pas exclue des critiques qu' elle adressait à la terre entière. Depuis je n ai plus eu à entendre ces médisances. Au contraire elle faisait tout le contraire et complimentait les gens et même partageait plus de bons moments avec nous. Ça me touche particulièrement car je n aime pas qu' on casse du sucre dans le dos des gens qu' on ne connaît celà même devant des managers qui préfèrent en rire plutôt que d agir.

> Répondre

Fred

26/10/2016

à 18:03

Il ne faut pas s'intéresser à une personne négative en public, il faut l'ignorer et ne pas hésiter à en parler à ses collaborateurs, (sinon le risque c'est qu'elle critique ses collaborateurs sans fondements auprès des autres afin d'isoler ses "ennemis")car le plus souvent c'est un mal-être qui anime une crise en public.
De plus c'est souvent un souhait d'être reconnu qui pousse ces personnes à rabaisser les autres afin de se mettre à leur niveau.
Une pomme pourrie dans un lot pourrira les autres......
Voilà pourquoi il faut les isoler et les ignorer sans hésiter à leur signifier qu'ils sont insignifiants si ils dépassent les bornes.....et voilà pourquoi il faut toujours un animateur d'équipe à responsabilité partagée, afin de ne pas laisser un groupe se faire déborder.

> Répondre

lamu

26/10/2016

à 17:32

Bonne analyse en effet, certains managers sous prétexte qu'ils ont besoin du soutien de certains de l'équipe, ou encore quand ils sont arrivés cette situation existait déjà, laissent quelques uns pourrir l'ambiance, mais cela pourrait être contre productif.

> Répondre

XCB

26/10/2016

à 17:20

Zut alors je suis un casseur d'ambiance ... est-ce grave ??
Si je me fais soigner je suis remboursé par la SECU ?

> Répondre

réaliste

09/10/2016

à 12:20

Les personnes positives sont-elles aussi compétitives que cela ?

Mieux vaut la franchise que les beni-oui-oui des positifs !

> Répondre

En réponse à réaliste

Miloumihomme

27/10/2016

à 07:17

Mieux vaut les oui oui que les on y arrivera jamais et les j'ai pas envie.

> Répondre

En réponse à réaliste

Rayodosol

27/10/2016

à 00:08

Être positif n'est pas égal à être béni-oui-oui !

> Répondre

En réponse à réaliste

optimiste

26/10/2016

à 21:48

toi, je te sens négatif ;)

> Répondre

En réponse à réaliste

Bruno

26/10/2016

à 21:37

La franchise oui à 100%...
La négativité,non... Et lorsqu'il s'agit du manager,c'est pire !!! Une dynamique positive permet tjrs de fédérer et de tirer son équipe vers le haut.
Penser positif,penser gagnant! Pas d'obtention de résultats avec des pensées négatives...Pour avoir pratiqué le sport à haut niveau ,s'entrainer ou travailler avec des personnes douées et positives vous force à progresser...A contrario,vous tire vers la bas avec des personnes négatives.
Donc, oui,le positif sera tjrs plus performant que le négatif.

> Répondre

En réponse à réaliste

Maud86

26/10/2016

à 19:19

Pour ma part, je fais parti des personnes positives et vraisemblablement productive (toujours dans mes chiffres) et je ne suis pas pour autant fallacieuse.

Votre réflexion (pensée) est primaire
(Salariée 28 ans...)

> Répondre

En réponse à réaliste

JusteUneRéaction

26/10/2016

à 18:31

Personne positive n'est aucunement synonyme de beni-oui-oui !!

Je me considère comme une personne positive. Et quand un de mes collaborateurs ne véhicule que négativité, voire tirage de toute l'équipe vers le bas, je ne me gène pas pour le lui dire

> Répondre

En réponse à réaliste

positif

26/10/2016

à 17:38

Les personnes positives ne sont peut-être pas aussi compétitives que ça. En tout cas pas tout le temps.
Mais les personnes négatives sont à coup sûr moins productives. Elles vont passer du temps à raller et surtout (c'est le plus grave) à démoraliser les autres.
Je ne voit pas en quoi positif et franchise sont opposés ?! Les personnes positives seraient-elles nécessairement "faux-culs" ? Quelle drôle d'idée :)
Et pour être franc et droit dans ses bottes, il faut être négatif !? Vraiment bizarre comme conception.

> Répondre

En réponse à réaliste

Louise Riou

26/10/2016

à 17:27

OUI et j'ajouterais que cette "nouvelle" méthode de management, qui consiste à faire croire que tout est tout noir ou tout blanc, qui n'a aucune nuance et décrète que la positivitude pour créer un nouveau mot serait la bonne, la seule posture à adopter dans la société à propos de tout et n'importe quoi.
A cela j'opposerais l'enthousiasme, la motivation, l'adhésion à de bonnes valeurs, à une vision, un beau projet d'entreprise, de belles missions. Le tout bien évidemment dans un environnement qui serait à la fois bienveillant, constructif, professionnel voire même sympathique.
A présent, peu de nuances, on parle d'être positif tant on craint les critiques dont la plus part, si on prenait soin de les écouter, seraient intéressantes. Mais mais mais, les managers actuels ont peur car souvent peu à leur place et dans un système de management où l'on gouverne plus par la pression que par la compétence. L'obéissance, la conformité semblent les qualités les plus appréciées par ces temps frileux..

> Répondre

En réponse à Louise Riou

Rayodosol

29/10/2016

à 14:19

Force est de constater que votre analyse (surtout la conclusion) est ce qui représente le plus les styles de management ! Il faut obéir, ce conformer... Je reconnais la nécessité de la discipline. Loin s'en faut. Mais si on ne laisse aucune place à l'exception et à l'originalité, c'est la créativité et l'enthousiasme que l'on assassine.

> Répondre

Brpro

08/10/2016

à 17:29

Animer, Initier, Motiver, Encadrer (au sens de "poser des limites", Rassurrer= A.I.M.E. Je préfère cette acronyme au S.W.A.N.. Je devrais en faire une méthode et la vendre (chère!!) aux managers en quête de ré assurance sur leur modernité!
N'y-a-t-il pas des managers eux-mêmes qui divisent et sèment le doute dans les relations inter-personnelles juste pour garder l'illusion d'un pouvoir et soigner le besoin de maitrise. Le collaborateur n'est plus qu'un objet au service d'ambition personnelle celle du ou des managers ou du projet d'entreprise. Ce modèle d'entreprise est encore tellement courant dans notre pays où le paternalisme domine encore. Et puis il y a les grincheux, il faut juste leur apprendre à dire j'AIME.

> Répondre

En réponse à Brpro

Rayodosol

27/10/2016

à 00:13

Hélas oui, il y a trop de ce type de management ! Et les casseurs d'ambiance ce sont souvent les managers eux-même...

> Répondre

En réponse à Brpro

Lafee

11/10/2016

à 15:01

Bien d'accord avec toi sur notre univers paternaliste... Hélas !

Néanmoins pour avoir été des deux cotés de la barrière, certains salariés (privés et publics), managers ou non, peuvent être de sacrés "emmerdeurs". Effectivement des "grincheux" qui sous prétexte de ne pas savoir gérer leur frustration personnelle et leur problème d'égo minent le travail des autres. Ce peut-être un vrai problème dans une équipe, même en utilisant les deux méthodes sus-mentionnées.

> Répondre

En réponse à Brpro

Lil'

10/10/2016

à 14:02

Je partage l'approche AIME. (Brpro)

Mais les bons managers font cruellement défaut. Entre ceux qui maternent et ceux qui détruisent leurs collaborateurs il n'y a q'un pas. Et cela que ce soit volontaire ou pas évidement.

La culture du "savoir c'est le pouvoir" est encore très forte. Et pourtant une bonne dynamique est tellement génératrice d'énergie au travail, de cohésion d'équipe et de développement de compétences que l'on peut être surpris de voir que cette approche ne fait pas légion.

Bref la culture actuelle manque cruellement d'ondes positives.

> Répondre

En réponse à Brpro

Bs

08/10/2016

à 23:02

Bon résumé en tout cas. Merci

> Répondre

marc

06/10/2016

à 14:37

Personnellement, je n'ai jamais et je suis sérieux, vu un "manager" français s'occuper d'un problème de sa/ses équipes. En général on est dans le punitif et il faut bien le dire dans le style garderie pour sale enfants... Je ne parlerais pas des négligences logistiques. Bref je n'ais jamais vu un "manager" français manager :-))

> Répondre

En réponse à marc

Hgfg

11/07/2017

à 16:48

Tellement ça. Que dans la tyrannie marcher sur les salariés ... Pas sur que ça génère une ambiance positive dans une équipe

> Répondre

Syl

05/10/2016

à 07:12

Tout cela est juste, le SWAN est un très bon principe, mais les notions essentielles que sont respect et esprit collectif devraient être davantage soulignées.
Tout salarié de la hiérarchie doit être respectueux des autres; tout peut être dit pour autant, avec les formes.
Quant à l'esprit collectif, il est un pilier de toute organisation. Il peut y avoir des critiques; si elles sont constructives c' est mieux; les positives sont à formuler également. Si un salarié n'adhère pas au collectif, qu' il parte.

> Répondre

En réponse à Syl

gigi IDF

26/10/2016

à 20:05

Bon résumé en tout cas.
Encore faut il qu'un salarié qui n'adhère par au collectif d' un travail d'équipe depuis des dizaines d'années "grincheux" qui sous prétexte de ne pas savoir gérer leur frustration personnelle et leur problème d'égo minent le travail des autres après que certain ou certaine personnes qui s'investisse au travail comme jamais font le choix de quitter leurs postes qu'ils avaient tant convoités.
Pour des raisons qui leurs sont propre la hiérarchie n'a toujours pas mis les pieds dans le ou les plats pour trouver des solutions.
C'est un vrai problème dans une équipe, même en utilisant les deux méthodes sus-mentionnées,le ou les collaborateurs ne sont plus que des objets au service d'ambition personnelle de celle ou celui qui voudrais remplacer le ou les managers ou du projet d'entreprise à moins de travailler en solitaire( effectivement si un ou une salarié n'adhère pas au collectif du travail d'équipe qu'il ou elle parte). Merci

> Répondre

Jamie

04/10/2016

à 21:35

Médire ou ne pas médire ? Là est la question, si on s'en réfère d'une part au contenu de cet article, et d'autre part à un autre article publié sur le site Cadremploi : https://www.cadremploi.fr/editorial/conseils/conseils-carriere/detail/article/medire-a-la-machine-a-cafe-peut-faire-du-bien-a-votre-carriere.html...On en perd un peu son latin ! Désolée de plomber l'ambiance ;-)

> Répondre

Zut, maintenant je suis en CDI

04/10/2016

à 19:27

Déja, rien qu' en lisant le 1. Principe de management, ça a cassé l'ambiance...Comme dirait Dilbert, si ça commence en acronyme stupide, ça commence mal...Au fait dans SWAN, le workaholisme, ça me semble moyen positif...Sauf si alcoolisme est synonyme de parfaite vision festive de l' alcool . Allez je garde ma bonne humeur pour le boulot demain !

> Répondre

En réponse à Zut, maintenant je suis en CDI

Aurélie

26/10/2016

à 17:17

Perso c'est Ambitieux qui me plaît moins. Je me reconnais dans tout le reste lol, mais l'ambition est subjective d'une personne à l'autre....

> Répondre

En réponse à Zut, maintenant je suis en CDI

CAS

04/10/2016

à 21:29

Oui! Je suis absolument d'accord. Et si c'est le manager qui sème la mauvaise ambiance car tout le monde devrait travailler 10 heures par jour comme lui/elle??

> Répondre

Val

04/10/2016

à 18:10

Finalement, ce que l'on nous demande, c'est d'être un bon petit soldat, le sourire vissé aux lèvres, amen aux managers.

> Répondre

En réponse à Val

Hgfg

11/07/2017

à 16:52

C'est exactement ça vous avez tout dit

> Répondre

Lelievre, Laurent, Ll

04/10/2016

à 16:52

Attention à l'orthographe.
C'est mieux pour trouver et garder son travail !!
Sinon cela risque de casser l'ambiance

> Répondre

SOSO

04/10/2016

à 16:24

cela existe.
il est fatiguant d'entendre les gens qui soupirent sans cesse, bougonnent voir lâchent des insultes et grossièretés pour passer leur mauvaise humeur. Malheureusement, ils font toujours cela loin des Managers.
iIs passent leur temps en pause clope, à ragoter et sont totalement improductifs.
ce sont des punaises pour l'entreprise qui ont 30 ans d'ancienneté...

> Répondre

En réponse à SOSO

Wisthisssss

04/10/2016

à 20:43

Des fois ces grossièretés sont débitées par le manager lui-même et croyez-moi rien est pire qu'un manager qui radote toute la journée : pourquoi c'est à moi de faire ci ça, et j'en passe. Bref l'ancienneté joue en leur faveur pour qu'ils restent en place et pourrissent l'ambiance

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte