1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils carrière >
  4. Comment mettre son conjoint au service de sa carrière

Comment mettre son conjoint au service de sa carrière

comment-mettre-son-conjoint-au-service-de-sa-carriere

Benjamin Fabre

On nous parle sans arrêt d’équilibre pro / perso : savoir gérer son temps, être gentil avec sa femme quand on rentre du travail et gna gna gna. Trêve d’angélisme. Renversons la question : puisqu’on en est lesté, comment utiliser son conjoint pour réussir sa carrière ? La réponse de Benjamin Fabre, auteur de la chronique # FYI (for your information).

Jésus et les autres

J’ai beaucoup cherché. Mais je n’ai trouvé aucune statistique disant si, pour réussir sa vie professionnelle, il valait mieux être en couple ou célibataire.

Steve Jobs est resté vingt ans avec la même femme. Mais le Christ, pour accomplir ses exploits, ne s’est pas beaucoup appuyé sur le sexe faible. Bref, hormis quelques généralités du genre "Derrière chaque grand homme se cache une femme", difficile de se faire une religion.

Rationalisons. Et imaginons que vous êtes en couple, avec toutes les joyeusetés que cela comporte. J’ai listé, point par point et en connaissance de cause, huit bénéfices qui peuvent en découler sur le plan professionnel. À vous de faire votre marché.

 

Les huit bénéfices

1 - Le repos du guerrier

Beaucoup de gens se vantent de cloisonner leur vie et de laisser derrière eux, sitôt franchie la porte de la maison, les soucis du bureau. Bravo. C’est très joli de construire des écluses. Mais votre couple n’est pas le barrage de la Rance. Vous avez une moitié, sachez-donc utiliser ce socle, cette épaule où vous pouvez purger, le soir venu, toutes les émotions contenues derrière le masque. Attention quand même. Le déversoir a une contenance limitée.

 

2 - Le coaching à domicile

Bien sûr que votre conjoint est capable de comprendre vos problèmes de boulot. Ne sous-estimez pas ses conseils, même s’ils vous semblent totalement à côté de la plaque ("Tu pourrais peut-être leur envoyer un mail ?"). Ils sont frappés de bienveillance. Pour en améliorer la qualité, éduquez votre conjoint à votre métier, à votre vocabulaire. Bref, parlez.

 

3 - L’appui logistique

Mais oui. Pour réussir, déléguez à l’autre un maximum de tâches ménagères (surtout parentales). Vous êtes un homme ? Continuez. Vous êtes une femme ? Ce sera plus dur… Surtout quand on connaît l’hypocrisie ambiante sur le sujet : 48 % des Français déclarent ne pas avoir "de vision figée des rôles parentaux". Bien sûr. On le voit tous les jours, les papas n’ont de cesse de gérer les soupes maison, les inscriptions à la danse et les accouchements par voie basse, tandis que les mamans emmènent régulièrement Kévin au stade vélodrome. Rien n’est figé.

 

4 - Le beau miroir

Quand on les sonde sur leurs motivations profondes, les tenniswomen professionnelles avouent jouer pour quelqu’un. Le plus souvent leur coach, qui est généralement leur chéri. Ne négligez pas le moteur narcissique. Celui des conquérants.  

 

5 - La saine émulation

Nier que la rivalité existe au sein des couples, c’est nier que le beurre contient des matières grasses. D’ailleurs, beaucoup de couples de stars ne sont, finalement, que des égos qui se tolèrent. Un peu de compétition ne fera jamais de tort. À condition, bien sûr, que l’homme gagne (sinon il pleure).

 

6 - L’image de marque

Si votre moitié est magnifique, exhibez-la sans vergogne dans les cocktails et autres sauteries professionnelles. Idéal pour rehausser votre réputation.

 

7 - La fuite productive

Dans le cas contraire, vous tenez là une motivation intéressante pour rester un peu plus tard au bureau... et marquer des points auprès de votre hiérarchie. Fuir le foyer familial n’est pas honteux, surtout s’il est passé sous contrôle militaire des enfants.

                                                                                                              

8 - Le dépit amoureux

Après le revenge-porn, le revenge-work. Une rupture peut être un carburant formidable pour réussir. "Je vais lui montrer ce que je vaux… " Napoléon ne s’est jamais senti assez aimé de Joséphine. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a fait des étincelles.

 

Et vous ? Vous pensez que pour réussir, il vaut mieux être en couple ou célibataire ? Répondez sur la page Facebook de Benjamin Fabre

 

15

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

cecile1359

08/06/2017

à 14:06

Je suis une femme, cadre avec 2 enfants en garde alternée et j'ai beau relire ces 8 conseils je ne vois pas de mysoginie. Le terme "une moitié" peut être aussi utilisée pour désigner un compagnon, un mari et quant à l'appui logistique l'auteur souligne justement le fait que malgré les beaux discours la logistique familiale reste majoritairement dédiée aux femmes (même en garde alternée d'ailleurs !)
L'article se veut humoristique et si l'on regarde ce que produit cet auteur je ne pense pas qu'il ait la prétention de réellement approfondir ses sujets, c'est une forme d'écriture qui pour moi est plutôt distrayante et cela me suffit !

> Répondre

Franck45

28/04/2016

à 13:52

Je lis à l'instant avec ma conjointe votre article, plutôt OK avec les paragraphes 1-2-3 pour ce qui est de la suite cet état d'esprit est pour nous d'un niveau assez limité et incompatible pour l'équilibre conjugale... Mais nous sommes conscients qu'il faut de tout pour faire un monde...il y a t-il encore de l'espoir

> Répondre

gédu

01/04/2016

à 16:55

CADREMPLOI ne sort pas grandi de la diffusion de cet article

> Répondre

odissey colors

23/03/2016

à 11:55

Cet article est il bien sérieux, si ?
Les histoires d'amour ont deja la sale reputation de finir mal, est il bien utile d'en rajouter avec le point 5 ou (mal)saine emulation et risquant d'ailleurs de venir telescoper l'entraide desinterressée promise aux points precedents (vous confiez spontanément vos faiblesses à vos concurrents, vous ?).
Tandis que les pseudos benefices 6 et 7 font l'éloge de la lacheté et de la frustration dans le couple ou comment considerer son conjoint comme un prestataire, un collègue et un rival (pas incompatible).
Bref, suivez ces conseils, considerez votre couple sur le court terme, pas grave, le web dating viendras en appoint pour aider au changement de partenaire, avec ses crédos modernes : " En amour aussi, soyeux ambitieux" !

> Répondre

lorenzo

23/03/2016

à 09:44

On retrouve là une certaine idée de la femme que je croyais en recul. Malheureusement une certaine misogynie décomplexé en retour de grâce de nouvelle génération fier d'aimer le foot et de laisser bobonne qui ne comprend rien à l'entreprise à la maison..... L'humour ou la dérision doivent faire sourire et là ce n'est pas le cas.

> Répondre

Xavier LEOST

23/03/2016

à 09:20

Effectivement, s'il y a des articles dénués d'intérêt, celui-ci en est un bon exemple. Je m'attendais à un article de fond mais je ne trouve que mièvreries et clichés. C'est peut-être (j'espère) écrit sur le ton de l'humour, mais je ne pense pas que ça soit publié sur le site adéquat.
On aurait pu s'attendre à de vrais arguments. Par exemple :
- retour d'expérience : ma femme est responsable d'un service formation, elle fait donc beaucoup de management et me raconte souvent des anecdotes sur ce que lui raconte ses collaborateurs. Cela me permet d'avoir un point de vue différent mes propres relations avec ma hiérarchie et mes collègues.
- croisement des compétences : elle travaille dans la formation et les RH, je travaille comme consultant SIRH (dans des entreprises différentes). Elle a un regard critique d'utilisatrice sur son outil de gestion RH et la société qui lui fournit. Ca me donne un point de vue utilisateur très intéressant dont je me sers dans ma propre expérience lorsque je fais des demandes d'évolution sur nos outils. Ca me permet de mieux exprimer de façon technique et fonctionnelle un besoin exprimé dans des termes métier par les utilisateurs finaux. Ca me permet également de comprendre que si côté technique on met de l'importance sur un point précis, c'est finalement un point qui importe peu l'utilisateur final qui préfère lui que tel point fonctionne parfaitement.
- avis d’un personne qui a du recul : elle me raconte ou je lui raconte un échange professionnel, elle me dit ou je lui dit "à ta place, j'aurais peut-être dit ça ou ça, ou "j'aurais agit comme cela" ou encore "ne penses-tu pas que ton collègue voulait dire cela ou qu’il attend telle réaction de ta part". Nous profitons du recul que l'autre a et que nous n'avons plus. Et ça nous fait réfléchir à nos futurs échanges, notamment dans une terminologie particulière, ou une manière d'aborder les gens et les sujets.

Après, c'est écrit rapidement et on pourrait développer mais voilà le type de sujet auquel je m'attendais...

> Répondre

Myrthipilo

23/03/2016

à 09:12

C'est sûr si j'étais une femme belle, intelligente et douée d'esprit mariée à un tel gougeât, j'éviterai de le sortir dans ma sphère professionnelle et d'ailleurs je m'en débarrasserai rapidement, eu égard à sa conception utilitariste du couple.
Quelle tristesse de lire cet article sexiste indigne du site cadreemploi !

> Répondre

Erri Ortonese

23/03/2016

à 09:00

Affligeant ? Vous voulez dire consternant ! "Si votre moitié est magnifique, exhibez-la sans vergogne" : mais que font les chiennes (ou les chiens, d'ailleurs) de garde ?

> Répondre

L F

23/03/2016

à 00:10

Une honte cet article ! L'humour, c'est censé faire rire... 8 titres misogynes cela fait beaucoup pour garder son sens de l'humour jusqu'au bout... désolée l'auteur a épuisé ma patience au n°6.
Merci de vous rappeler à l'avenir que les femmes ont leur place dans le monde du travail.... Je sais c'est pas facile à comprendre pour certains hommes...
Ah oui, au fait, les femmes représentent potentiellement 50 % du lectorat de Cadremploi...et se cognent des remarques misogyne à longueur de journée dans le monde du travail. Donc merci de les épargner un peu et d'adapter vos articles aux deux genres jusqu'au bout et pas seulement dans les 3 premiers tirets...

> Répondre

Douce

22/03/2016

à 23:02

Tellement vrai que c'est effrayant de le lire...
J'aime.

> Répondre

Nadine RUDLOFF

22/03/2016

à 22:28

c'est tellement affligent de mièvrerie que c'en est pathétique ...

> Répondre

Duhamel Annie-Béatrice - Annie_ourcq

22/03/2016

à 22:02

Mais on est en plein dans Angélique Marquise des Anges !
Car en fait c'est bien le scénario décrit d'une femme qui court après son mari et lui sauve la peau...
C'était en quelle année déjà ? Ah oui en 1964...
Mais l'auteur n'était pas né, une réincarnation peut -être mal vécue...

> Répondre

Gana17

22/03/2016

à 18:41

Je pense que cet article est totalement misogyne.. qu'il dépeint une société où l'homme travaille et la femme "incapable de comprendre le vocabulaire de l'entreprise" n'est là que "pour que son homme s'épenche"...
J’aimerai dire que pour réussir il faut être moins sectaire, je pense que malheureusement dans beaucoup d'entreprise, il faut être un homme, cet homme-là ! et c'est bien dommage.
J'aurai envie de penser que cela va s’arranger avec les générations qui arrivent, mais quand je vois que cet auteur est né en 1979, je crains que non!!
Mais Cadremploi, comment publiez-vous cela ???!!
Ca frôle la honte!

> Répondre

En réponse à Gana17

LN de trois

22/03/2016

à 20:37

Bravo Gana 17!
Même si c'est sur le ton de l'humour la misogynie de ce monsieur rétrograde est bien déplacée!

> Répondre

En réponse à Gana17

RHHR

22/03/2016

à 19:30

Je suppose que le ton se voulait sarcastique... mais parait malheureusement cynique.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte