1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils carrière >
  4. Comment refuser une promotion sans fâcher son boss ?

Comment refuser une promotion sans fâcher son boss ?

comment-refuser-une-promotion-sans-facher-son-boss-

Benjamin Dusaussoy

Trop de déplacements, une rémunération qui ne s'aligne pas sur la charge de travail, une opportunité qui ne correspond pas à votre plan de carrière... Vous avez bien réfléchi, cette promotion, vous n’en voulez pas. Mais comment refuser sans paraître déloyal et surtout, sans vous fermer d’autres propositions ?

Pour éviter tout risque de "placardisation", de tensions avec sa hiérarchie ou de ne plus se voir proposer d'autres opportunités à l'avenir, quelques règles s'imposent en matière de refus d’une promotion. S'il convient avant toute chose de remercier l'employeur de sa confiance, « en revanche, pas question de faire durer l'attente, juge Marlène Ribeiro directrice senior chez Michael Page. Un ou deux jours tout au plus suffisent. L'entreprise a besoin d'une réponse dans les meilleurs délais pour s'organiser. »

 

En cas de rémunération inappropriée

Si une promotion est étroitement liée à un niveau supérieur de rémunération en raison d'une charge supplémentaire de responsabilités ou de missions, travailler plus pour gagner autant est l’une des raisons les plus souvent évoquées pour décliner une offre. Dans ce cas, « évitez les phrases chocs et sans détour du type : "ce n'est pas suffisamment payé", témoigne Marlène Ribeiro. Il importe en effet de faire preuve de plus de rondeur dans son discours et indiquer qu'avec cette promotion et la charge de travail à venir, vous auriez aimé une augmentation en conséquence. » En d'autres termes, « il convient de faire travailler la raison et jamais ses émotions », consent Liliane Helt, directrice du cabinet Carrières Conseils.

 

Incompatible avec votre plan de carrière ?

On vous propose de gérer une équipe, or vous préférez continuer à monter en expertise. Ou il s’agit d’une belle opportunité en France alors que vous avez des velléités à l'international ? Ce nouveau poste est peut-être jugé comme une promotion par votre employeur mais en réalité, il vous éloigne de votre plan de carrière. « Refusez poliment en rappelant vos souhaits précédemment exprimés lors de vos derniers entretiens annuels par exemple, concède Marlène Ribeiro. Parfois l'employeur se montrera même désolé de ne pas avoir anticipé vos souhaits, d'où l'importance de les exprimer. »

 

Si la fonction est synonyme de trop fortes contraintes

Qu'il s'agisse de déplacements trop fréquents à l'étranger ou de travailler le week-end, la carte de la transparence est la meilleure des réponses en cas d'incompatibilité entre vie professionnelle et vie privée. Comme le précise Marlène Ribeiro : « si tout est expliqué, l'employeur comprendra mieux les aspirations de son employé et sera plus enclin à l'écouter. » Comme l’affirme à son tour Geoffroy de Lestrange, directeur marketing Europe chez Cornerstone : « il est primordial de communiquer de manière positive en toutes circonstances, en présentant sa situation familiale et en proposant par exemple d'effectuer du télétravail ou d'attendre quelques mois avant la prise de fonctions. »

 

Les responsabilités managériales, très peu pour vous

Pour ne pas risquer de ternir votre image, ce qui compte avant tout, « c'est de proposer des alternatives », relève Geoffroy de Lestrange. Un constat valable pour tous les scénarios. « Il n'y en en effet rien de pire que de ne pas donner de réponse, confirme Liliane Helt. Indiquez que dans ce poste ou ce périmètre, ce qui vous intéresse le plus c'est de prendre des responsabilités en tant qu'expert, que vous êtes davantage orienté compétences. » Autre contexte sensible, devenir responsable hiérarchique de ses collègues actuels, comme le commercial invité à devenir responsable commercial. Dans ce cas, « décrivez la situation tout en faisant preuve d'empathie en montrant à votre employeur que vous pensez à ce que cela pourrait engendrer comme conséquences pour l'entreprise », concède Liliane Helt.

 

En cas de problème relationnel avec un collègue ou responsable

Cette offre, vous l'accepteriez bien. Seulement voilà, une incompatibilité d'humeur avec votre futur N+1 vous en empêche. « S'il s'agit d'un manager avec lequel vous ne souhaitez pas travailler, appuyez-vous sur des éléments factuels comme le turn-over dans son équipe », indique Geoffroy de Lestrange. Si ce n'est pas possible, assurez-vous de préciser que ce genre de responsabilité pourrait vous intéresser mais plutôt dans un autre département, en expliquant la raison à votre hiérarchie. Pour Geoffroy de Lestrange, « les suggestions positives permettent d'apparaître comme quelqu'un qui n'est pas réfractaire au changement, une personnalité négative. »

 

Attention à la vraie/fausse promotion

Cette promotion ne présage en rien une reconnaissance de la part de votre employeur ? Pour Geoffroy de Lestrange, « s'il est impératif d'être transparent côté employé, il est tout aussi important de clarifier certaines situations côté employeur. » Demandez alors simplement les raisons de cette proposition et expliquez pourquoi cela ne correspond pas à vos attentes. Autre situation sensible : une promotion qui vise à faire partir un autre employé. Identifié comme tel, « ce contexte nécessite de demander à l'employeur de clarifier les choses avec la personne pour ne pas faire peser le poids autour de votre nomination. » Sinon, vous vous verriez contraint de refuser.

 

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Dom de Poitiers

15/03/2016

à 16:41

Oh, comment, vous êtes cadre et vous ne voulez pas faire une croix sur votre conjoint(e) et vos enfants ? Vous ne voulez pas faire partie de la croisière joyeuse des divorcé(e)s fumeurs (et un tantinet alcoolo, mais chuut...) ayant plus de 250 relations sur Linkedin ? Vous ne rêvez pas de vivre à Paris, ou mieux encore, New-York et Shangaï ? Alors c'est que vous n'avez aucune ambition, et que vous êtes très décevant(e). A vrai dire, vous ne méritez pas votre job. Pire que tout, vous n'aurez jamais de Rolex à 40 ans.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte