1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils carrière >
  4. Déconnexion : les bienfaits sur le travail des cadres

Déconnexion : les bienfaits sur le travail des cadres

deconnexion--les-bienfaits-sur-le-travail-des-cadres

Mathilde Palfroy

Il vous arrive sûrement de recevoir des mails ou des appels professionnels lorsque vous êtes chez vous, ou en vacances. À l’heure du tout digital et avec le développement des nouveaux outils de communication et de connexion à Internet, les échanges sont facilités et omniprésents. Il peut s’avérer difficile de se couper de ses responsabilités professionnelles et il est courant que le travail des cadres empiète sur la vie familiale ou personnelle de ces salariés. Pourtant, bénéficier de repos et pouvoir travailler sans être sans cesse sollicité est essentiel. Nombreux sont les bienfaits de la déconnexion sur le travail des cadres.

Déconnexion : rappel du cadre légal

La loi Travail du 21 juillet 2016 a consacré l’existence d’un « droit à la déconnexion » pour tous les salariés. Il est désormais prévu à l’article L. 2242-17 du Code du travail, en matière de qualité de vie au travail, que la négociation annuelle obligatoire en entreprise doit porter sur : 

  • « l'articulation entre la vie personnelle et la vie professionnelle pour les salariés » (1°) ;
  • « les modalités du plein exercice par le salarié de son droit à la déconnexion et la mise en place par l'entreprise de dispositifs de régulation de l'utilisation des outils numériques, en vue d'assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que de la vie personnelle et familiale » (7°).

Le droit à la déconnexion intervient en complément de l’obligation pour l’employeur de prendre « les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale » de ses salariés (articles L. 4121-1 et suivants du Code du travail). Les employeurs sont invités à encadrer et à réglementer l’utilisation des outils numériques appréhendés comme potentiellement responsables de troubles sur la prise de repos et de congés des salariés (téléphone, mails, réseaux sociaux).

À noter : la négociation annuelle doit aboutir à un accord d’entreprise permettant de définir les contours du droit à la déconnexion ainsi que les modalités de sa mise en œuvre. À défaut d’accord, ou au sein d’une petite entreprise, l’employeur peut rédiger une charte d’entreprise.

À lire aussi >> Droit à la déconnexion : ce dispositif va-t-il mettre fin à l’hyperconnexion des cadres ?

Ménagez-vous des temps de déconnexion durant vos heures de travail pour être plus efficace

Même au sein de votre entreprise, ne restez pas « connecté » toute votre journée de travail.

La possibilité de pouvoir être contacté ou informé à tout moment peut avoir un impact négatif sur votre efficacité professionnelle. Vous risquez de vous disperser ou de perdre du temps et de l’énergie à répondre à des sollicitations diverses ne donnant pas lieu à une production réelle de travail. Par exemple, de trop nombreux mails échangés concernant un même projet peuvent avoir pour conséquence d’en ralentir l’avancée.

Bien travailler, avec efficacité, est tout naturellement source de motivation. Aussi, pour accomplir un travail de meilleure qualité, veillez à vous ménager des temps de déconnexion judicieusement organisés et accordés avec vos besoins.

  • Réfléchissez à vos objectifs de la journée, ou de la semaine, et ménagez-vous des moments de travail concentrés durant lesquels vous ne répondrez pas à vos mails ou à vos appels. Vous pouvez éteindre votre téléphone et fermer votre logiciel de messagerie pour être sûr de ne pas vous laisser perturber.
  • Partez de vos habitudes et définissez vos besoins pour mieux organiser vos moments connectés et vos moments déconnectés. Par exemple, vous pouvez prévoir des heures spécifiques pour traiter vos mails, une ou deux fois par jours, de même que pour réceptionner vos appels. Il est possible de bien organiser sa messagerie en différents dossiers de manière à vous faciliter la tâche…
  • Lorsque que vous êtes connecté, évitez les trop nombreuses alertes : réseaux sociaux, arrivées des mails de certains contacts, sonneries spécifiques, etc. Si vous devez en utiliser quelques-unes, limitez-les au strict nécessaire.
  • Veillez à vous reposer plusieurs fois dans la journée. Prenez une vraie pause à midi (pas devant votre ordinateur) et n’emportez pas votre téléphone. Sachez que faire une pause régulièrement permet d’être plus productif, ce n’est pas du temps perdu. En effet, bénéficier de suffisamment de repos permet d’utiliser au mieux ses capacités intellectuelles et de minimiser le risque de manque de concentration, d’oublis, d’erreurs, etc.
  • N’oubliez pas de communiquer de vive voix, qu’il s’agisse d’évoquer un projet ou de parler de tout autre chose, c’est tout de même plus convivial que de dialoguer par écrans interposés !

À noter : le salarié qui ne souffre pas du stress engendré par l’hyperconnectivité sera moins sujet aux dérapages émotionnels (nervosité, agressivité, angoisse).

À lire aussi >> 4 secrets des cadres qui se sentent bien au travail

Privilégiez une déconnexion totale en dehors du travail pour éviter stress et surmenage professionnels

La déconnexion totale en dehors de vos heures de travail est essentielle pour vous prémunir d’un stress excessif ou d’un épuisement nerveux, surtout si vous avez beaucoup de travail et que vous exercez à un haut niveau de responsabilité.

La définition du « travail effectif » comme « le temps pendant lequel le salarié est à la disposition de l'employeur et se conforme à ses directives sans pouvoir vaquer librement à des occupations personnelles » sous-entend a contrario que lorsque le salarié n’est pas au travail, il doit pouvoir vaquer librement à ses occupations personnelles (article L. 3121-1 du Code du travail).

Bon à savoir : compte tenu de leurs fonctions et de la nécessité pour les cadres de disposer de plus d’autonomie, ceux-ci sont généralement soumis au régime du forfait jours. Pour autant, l’employeur doit respecter les temps minimums de repos fixés par le Code du travail et la convention collective ou l’accord de branche sur lequel repose la conclusion de conventions de forfait doit en prévoir les modalités et notamment celles du droit à la déconnexion de l’article L. 2242-17 du Code du travail.

Soyez vigilant : ne pas déconnecter du travail, ou pas suffisamment, peut avoir des conséquences graves sur votre santé mentale, même si vous appréciez beaucoup vos missions. Surmenage, stress, fatigue, on pense immédiatement au burn-out qui touche souvent, justement, des salariés aux responsabilités intéressantes, très impliqués dans leur travail et qui ont du mal à déconnecter une fois rentrés chez eux.

De plus, outre le risque de burn-out ou de dépression, un excès de stress et de fatigue peut avoir des répercussions sur la santé physique (risques cardio-vasculaires, douleurs musculaires, migraines, défenses immunitaires affaiblies).

Pour pouvoir vous reposer correctement et déconnecter en soirée, les week-ends et durant vos vacances c’est simple : pas de mails ou d’appels téléphoniques ! Affirmez votre volonté de ne pas être dérangé et profitez de votre vie personnelle en toute tranquillité.

Notre conseil : si cela est nécessaire, vous pouvez, comme au bureau, délimiter des moments (brefs) durant lesquels vous vous connecterez.

À lire aussi >> Les 6 causes de stress des cadres

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+