1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils carrière >
  4. Des envies de reconversion ? 6 étapes par où commencer

Des envies de reconversion ? 6 étapes par où commencer

des-envies-de-reconversion--6-etapes-par-ou-commencer

Sylvie Laidet

En vacances, on a le temps de déconnecter et prendre du recul. Si l’idée de changer de boulot, de secteur, de région… ou les trois à la fois vous taraude, quelques conseils d’experts pourraient vous aider à amorcer la pompe d’une réflexion productive.

1. Identifier les raisons de cette envie de changement

C’est évidemment la première chose à faire avant même d’explorer la moindre piste de changement. « Pourquoi n’ai-je plus la niaque ? Pourquoi aller au boulot me pèse autant ? Ce travail d’introspection s’impose. Est-ce à cause de l’ambiance ? Des relations avec les collègues ? De l’environnement de travail ? Des transports ? Des jeux politiques internes ? Des missions ? », illustre Yves Deloison, fondateur de toutpourchanger.com.

 

2. Savoir ce que vous n’avez plus envie de faire

L’idée est de cerner ce que vous ne souhaitez plus faire dans votre quotidien avant de s’interroger sur ce qui pourrait vous aider à retrouver le sourire. « Même si cela n’est pas facile, prenez le temps de faire un bilan de ce que vous avez fait, de ce qui vous a déplu, plu… Vous n’aurez peut-être pas toujours envie d’y répondre, alors inscrivez cette dynamique sur le long terme et surtout dans votre agenda », recommande Béatrice Moulin, co-fondatrice de Switch Collective, une start-up qui vous aide à réfléchir sur votre carrière.

 

3. Reprendre du plaisir 

« Reconnectez-vous avec ce qui vous fait réellement vibrer en renouant par exemple avec des activités dans lesquelles vous êtes dans un état de "flow" », conseille-t-elle ensuite. Cela peut passer par un détour dans la sphère extra professionnelle par exemple en suivant des cours d’improvisation, du yoga, de la peinture…. Bref, trouvez une activité qui vous rende à nouveau heureux.

 

4. Se poser des questions basiques

Un changement de vie professionnelle ne passe pas nécessairement par un virage à 180° comme une création d’entreprise par exemple. Toutefois, cela peut (même à la marge) avoir une influence financière. « Vous devez évaluer ce que va générer ce changement avant de vous lancer. Quid de l’investissement éventuel pour se former ? Quel sera le coût de la baisse de vos revenus ? Surtout si vous avez créé votre activité et que vous ne pouvez pas vous dégager un salaire de suite », insiste Yves Deloison, également auteur de Changer de job, la méthode pour réussir (Héliopoles, octobre 2015). En fonction de votre capacité à « encaisser le choc financier », vous aurez déjà un premier élément de réponse sur la faisabilité de votre changement.

 

5. Appliquer la méthode du test and learn, soit tester et apprendre

« La gestation d’un changement de vie professionnelle n’est pas linéaire. Il faut l’accepter. Pour cela, il faut se confronter au réel et ne pas attendre six mois pour se rendre compte que son projet n’est pas faisable », recommande vivement Béatrice Moulin. Vous souhaitez évoluer vers un univers plus start-up, participez par exemple à des meetup events. « Obligez-vous à caler au moins un déjeuner par semaine avec des gens qui font le métier visé. Voire, offrez gratuitement un coup de main une fois par semaine pour vous tester », ajoute-t-elle. Multiplier les rencontres et les échanges pour savoir à quoi correspond précisément un métier (quelle est la journée type ? qu’aime-t-il particulièrement dans son job ? etc.) permet d’affiner son projet de changement.

 

6. Savoir s’entourer

Nos deux experts sont unanimes sur le sujet, l’entourage est primordial mais attention, les alliés ne sont pas toujours là où on les attend. « Si vous parlez de votre projet de changement de vie professionnelle à vos proches, ne perdez pas de vue que eux aussi, ont une opinion liée à leurs propres angoisses », prévient Yves Deloison. Par aversion pour le risque et pour davantage de stabilité, les parents auront par exemple tendance à pousser au statu quo. Limite à vous culpabiliser avec des phrases du genre "T’as déjà un bon job bien payé. Pourquoi voudrais-tu changer, t’es trop exigeant… ". « Chez vos amis, votre projet peut générer des espèces de jalousies ou des peurs. Donc par rapport à ses proches, il faut savoir se positionner sans se laisser influencer », prévient-il. L’accompagnement d’un tiers neutre, type consultant en bilan de compétences, peut être une solution. Cet expert ne va pas se positionner personnellement mais vous aider à trouver vos propres clés. Autre piste à explorer : des groupes de pairs. « S’entourer de gens qui ont les mêmes questions que soi permet de se maintenir dans une dynamique positive et créé une émulation collective », soutient Béatrice Moulin. Attention toutefois à ne pas tomber dans l’aveuglement ! Certaines velléités de nouvelle vie professionnelle n’aboutissent pas toujours. Parfois, le simple fait de s’être poser les bonnes questions permet de rééquilibrer la donne et de repartir sur des bases saines sans avoir changé grand-chose finalement.

 

15

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

brocard ludovic

27/02/2018

à 02:11

bjr moi je suis titulaire de 9 permis a,b,c,d,eb,ec,ed,casses 1 et 3 et g ts perdue le b tremble dangereusement pour cause d’épilepsie j’habite une commune qui n pas desservie par les tps public et j'ai donc également perdu mon moyen de tps perso franchement comment faire comme peut'on prouve a pole emploi nos recherche si les patron ne joue pas le jeu se reconvertir deviens impossible

> Répondre

Folliard

12/12/2016

à 18:00

Savez-vous parler de vous, avec conviction et authenticité ?
Savoir se présenter est une compétence à acquérir aussi.

> Répondre

Lola

16/10/2016

à 17:13

Bonjour j'ai fait le saut également en quittant mon employeur au bout de 26 ans, j'ai suivi une formation diplômante et aujourd'hui inscrite à Pôle Emploi je ne trouve aucun stage NON REMUNERE : stage d'immersion professionnelle et de mise en situation afin de valider mon nouveau projet. Je suis âgée de 47 ans, une expérience riche et transversale, des compétences et malgré ceci, mes courriers sont restés sans réponse....La reconversion professionnelle en France contrairement à d'autres pays d'Europe, est encore à explorer et demande surtout de la part des conseilleurs, une formation car beaucoup de questions posées sont restées sans réponse !

> Répondre

En réponse à Lola

Mince alors

31/01/2018

à 18:18

Bonjour,
Merci vous confirmez ce que je pensais. Avez-vous avancez et réussi dans votre nouvelle voie ?
Cordialement

> Répondre

En réponse à Lola

Jessica

29/06/2017

à 12:22

Bonjour,
Je suis en transition depuis 2 ans et aujourd’hui toujours sans emploi. Je mène une recherche active, passe beaucoup d’entretiens qui aboutissent toujours au même résultat : « nous avons trouvé un candidat qui répond davantage au poste », ou bien un candidat qui a déjà travaillé dans le secteur etc… Car à défaut de pouvoir changer de métier, j’essaye déjà de changer de secteur et d’élargir mes compétences. Eh bien non : « vous n’avez pas l’expérience Madame, et vous n’avez pas travaillé dans ce secteur »… J’essaye également de développer mon réseau mais ceci n’est pas toujours évident. Bref cette accumulation de déceptions qui me conduit à une perte de confiance, remise en question, et un sentiment que je ne vais jamais trouvé de job qui corresponde à mes aspirations, mais surtout à une perte de la dynamique.
Il n’est pas toujours évident de se réorienter ou de se reconvertir. Malgré tout il faut y croire…

> Répondre

En réponse à Lola

Folliard

12/12/2016

à 17:58

Bonjour Lola,
si vous êtes en totale cohérence avec votre nouveau métier et que vous l'incarnez vraiment, avec la formation et les compétences acquises au cours de votre expérience, vous devriez intéresser les recruteurs. Savez-vous vous vendre, vous présenter, montrer votre authenticité ? Ce sont des compétences qui s'acquièrent aussi.

> Répondre

Karine

19/08/2016

à 15:04

Bonjour, et quand la formation souhaitée ne nous est pas accordée par l'organisme de financement on fait comment ??? Discussion intéressante qui donne vraiment envie de se lancer malgré une conjoncture particulière....

> Répondre

Karine

19/08/2016

à 12:58

Bonjour, et quand la formation souhaitée ne nous est pas accordée par l'organisme de financement on fait comment ??? Discussion intéressante qui donne vraiment envie de se lancer malgré une conjoncture particulière....

> Répondre

limpue

17/08/2016

à 11:22

Merci

> Répondre

jhfl44

07/08/2016

à 16:52

En effet, combien de personnes dans les organismes consulaires ont été chef d'entreprise peu importe la taille ??

> Répondre

Charles55

07/08/2016

à 11:25

J'ai fait le saut il y a 5 ans, sans regret. J'ai mis un terme à une carrière de 20 années dans l'industrie automobile pour créer mon entreprise. Par rapport au chapitre 6 "savoir s'entourer", j'aimerai ajouter 2 choses :

1. méfiez vous des requins qui vous prodiguent une soi-disants aides sous forme de couteux services et conseils. Ils sont partout, dans des institutions comme les banques, assurances, organismes de formation, franchiseurs... mais aussi chez des indépendants tels que les avocats, notaires, expert-comptables. Pour eux la création de votre entreprises est souvent un business. Soyez donc TRES critique et marquez une pause avant de signer n'importe quel contrats.

2. méfiez vous aussi des associations et chambres consulaires, même si leur honnêteté n'est pas à mettre en cause. Les conseils sont souvent dangereux si votre projet est "atypique" ou "sort de l'ordinaire" car ils se basent sur des métiers standards, par exemple coiffeurs, couvreur, épiciers...

J'en ai fait les frais.

> Répondre

En réponse à Charles55

TARTARIN

08/08/2016

à 08:06

Entièrement d'accord sur ces remarques !

> Répondre

En réponse à Charles55

hazelnut

08/08/2016

à 05:29

merci pour vos conseils!

> Répondre

matt161010

07/08/2016

à 10:13

Emay31

26/07/2016

à 20:27

J'ai effectué un changement radical de métier il y 5 ans.
Il manque peut être une étape dans ces 6 phases. Celle qui concerne l identification du besoin en formation et le niveau nécessaire à atteindre pour être employable. C'est très importante surtout si on a passé la barre des 50 ans

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte