Episode 49 : La vraie vérité sur vos dossiers RH

Le DRHache

Avez-vous déjà essayé de consulter votre dossier RH ? Pas facile comme exercice. Bien souvent, c'est le parcours du combattant. Cette semaine le DRHache révèle toutes les techniques des entreprises pour dissuader leurs collaborateurs de découvrir les données accumulées à leur sujet.

On a vu fleurir dans la presse cette semaine des articles peu élogieux sur l'organisme de soutien scolaire Acadomia.

Il s'est fait épingler par la CNIL car il avait stocké des commentaires pour le moins inappropriés sur les parents d'élèves, les élèves eux-mêmes ou les professeurs employés. Non contents de balancer du "petit connard" à toutes les sauces, il semblerait que les remarques faisaient également état des dossiers médicaux de toute la famille avec toute la délicatesse qu'on peut en attendre, "mère cancer de l'uterus, PPH (pour passera pas l'hiver)" etc. Si on rajoute à cela quelques informations concernant les données judiciaires ("sort de taule"), on a une bonne photo de ce qu'il ne faut pas faire.

C'est quand on a l'impression de débusquer les vrais salauds qu'il faut commencer à se poser les vraies questions.

Tout d'abord, Acadomia n'a pas encore été condamné à quoi que ce soit, donc attendons un peu de voir dans quel cadre tout cela s'est produit car aucun article ne semblait réellement documenté sur le contexte : s'agissait-il d'une pratique courante, obligatoire, culturelle de l'entreprise, ou de quelques crétins défoulant leur frustration en écrivant n'importe quoi ? On est une fois de plus impressionné par la fabuleuse puissance d'investigation de notre presse, je n'ai pas vu un article pour rattraper l'autre.

Ensuite parlons des dossiers nominatifs, des dossiers RH puisque c'est le sujet.

En France, la législation oblige l'employeur à tenir le dossier RH du collaborateur à disposition de celui-ci, consultable à tout moment.

Dans une logique de protection et de fuite face aux emmerdements bien compréhensible, les employeurs vont développer des trésors d'anti-marketing pour rendre cet accès le plus complexe possible. Cela ira de la surabondance de formulaires à remplir aux sourcils froncés du Gestionnaire Individuel doublée de l'explication à demi mots que lorsqu'on demande son dossier, c'est souvent dans une logique conflictuelle et que, n'est-ce pas, il vaudrait mieux éviter, ça ne peut pas être bien vu alors pourquoi le faire, avec les bonus ou les augmentations qui se rapprochent ?

Par ailleurs, les dossiers administratifs sont dépourvus au maximum de tout aspect qualitatif concernant l'individu.

Alors où peuvent bien passer les monceaux de mails vous concernant et que vous n'avez jamais lus ?

Cela dépend des entreprises mais les pratiques convergeraient plutôt. Beaucoup sont archivés dans les boites mails de chacun. Certains sont imprimés et conservés dans des mini dossiers (papier, donc inexistant puisque inconsultables par les divers gendarmes. Certains sont définitivement effacés après lecture mais la majorité se ballade en permanence sur les serveurs.

Les entreprises n'émettent que rarement de politique sur le sujet : il est hors de question de tout mettre dans le dossier consultable, mais douloureux de tout détruire systématiquement : les gestionnaires individuels peuvent tout retenir (enfin ça dépend) mais que se passe-t-il quand ils partent ? Tout disparait ?

Souvent, on ne se pose pas la question et on garde, avec également le secret instinct que ça pourra toujours servir s'il faut un jour aller au feu.

Depuis quelques années, au Royaume-Uni, dans le cadre d'un procès de type prud'homal ou autre (harcèlement, discrimination, etc. ) un collaborateur peut exiger copie de l'entier des textes stockés informatiquement et mentionnant son nom.

Messieurs et mesdames les managers en colère, lorsque vous voudrez passer vos nerfs ou que vous discutez par écrit avec les ressources humaines de la meilleure manière de virer cet abruti de Machin, faites un tout petit peu attention, sinon l'histoire d'Acadomia fera bien rigoler dans cinq ans.

Les barbares sont à nos portes.

 

Le DRHache
Le DRHache

Vous aimerez aussi :