Etablir un projet d'entreprise

13 janvier 2011 Frédéric Goldzak

Vous avez identifié un besoin et vous êtes certain de pouvoir le combler : votre idée de création d'entreprise est mûre et vous souhaitez, aujourd'hui, vous lancer. Attention. Cette idée, aussi brillante soit-elle, n'est que le point de départ d'une longue réflexion qui débouchera soit sur la confirmation de votre projet, soit sur son abandon. Première étape : définir précisément votre projet et procéder à une étude de marché.
  1. La définition du projet d'entreprise
  2. L'étude de marché

Par Frédéric Goldzak, expert en création d'entreprise avec Wengo.

La définition du projet d'entreprise

Formalisez votre projet. Traduisez en mots et en phrases cette idée à laquelle vous croyez.Pour cela, il est impératif de délimiter parfaitement le domaine dans lequel vous voulez vous lancer, définir précisément le produit ou le service que vous avez en tête. Il est nécessaire de répondre aux questions fondamentales : Que veut-on faire ? Où ? Avec quelle équipe ? Quel est le contexte ? Quelles sont les contraintes ?

Ecrire son projet. Pour répondre à ces questions, écrivez tout d'abord votre projet sur un simple document, dans une note de cadrage par exemple. Expliquez-le en détail puis essayez de le définir en quelques mots : écrivez une phrase qui résume parfaitement votre future activité. Cette phrase, essentielle, sera votre ligne directrice. Ajoutez ensuite vos motivations et vos compétences personnelles par rapport à ce projet. Comment rédiger une note de cadrage ? Notre article dédié répondra à toutes vos questions.

Le choix du secteur, de la localisation. Vous arriverez mieux à définir votre projet d'entreprise si vous vous lancez dans un domaine familier, dans un secteur d'activité où, par exemple, vous avez déjà travaillé. Dans tous les cas, ne vous éparpillez pas : limitez-vous à un secteur et un périmètre géographique bien définis. Il faut aussi s'interroger sur les moyens à mettre en place : un local, un entrepôt, de la vente en ligne avec l'emploi des communications modernes... sans oublier les réglementations qui régissent le secteur.

La validation du projet par des tiers. Vous devez discuter de ce projet avec votre entourage, pour recueillir leur avis et leur adhésion. Renseignez-vous auprès d'autres professionnels du secteur visé, voire même auprès de concurrents. Il s'agit de réaliser une mini enquête sur la faisabilité de votre projet et de récolter un maximum d'avis, de retours d'expérience. Informez-vous sur les réussites et les échecs d'entreprises de votre secteur et analysez-en les causes. Cette phase préparatoire va vous permettre d'affiner votre projet, de le remanier, de le rendre viable. S'appuyer sur les connaissances en marketing d'un consultant constitue une aide essentielle pour orienter ses recherches.


L'étude de marché

Vous avez réussi à mettre des mots sur votre projet et à définir ses contours par rapport à vos attentes, au secteur et à la localisation. Vous devez désormais franchir une étape indispensable : l'étude de marché. Cette étude va vous permettre de connaître les acteurs de votre marché et d'apporter des éléments essentiels à la constitution de votre plan prévisionnel.

Identifier les phénomènes de mode. Vous devez connaître toutes les tendances qui affectent le domaine visé. Par exemple : si vous voulez lancer une boutique sur internet, prenez en compte la mode des achats groupés qui prend actuellement de l'ampleur.

Déterminer le secteur et la concurrence. Récoltez un maximum d'informations sur le secteur d'activité et sur vos concurrents potentiels : localisation, atouts, faiblesses, prix pratiqués. Pour cela, utilisez toutes les sources disponibles dans les centres de documentation et sur internet. Vous pouvez également envoyer des sondages auprès des fournisseurs visés, des clients potentiels, des distributeurs... Plusieurs outils peuvent vous aider à établir une étude de marché : Doodle, Sphinx par exemple.

Etudier les clients et les fournisseurs. Rencontrez vos futurs partenaires et fournisseurs. Etablissez des comparatifs, un benchmark pour mettre en évidence les marges réalisables, les négociations possibles. Commencer à faire jouer la concurrence.
Etablissez le portrait type de votre client : quelle catégorie socioprofessionnelle visez-vous ? Qui sont-ils ? Combien consomment-ils ? Comment ? Où habitent-ils ? Des enquêtes réalisées par l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), des études de l'Agence pour la création d'entreprise (APCE) vous aideront à mieux comprendre et cerner vos clients. Autre solution : faire sa propre étude en faisant appel à des étudiants en force de vente.

La faisabilité du projet. À la fin de cette étude de marché, vous obtiendrez des informations capitales comme les coûts de revient, les marges, les prix de vente, l'état de la concurrence, les comportements du client. Vous connaîtrez les charges fixes et variables, les stocks à posséder ou pas, les services, la maintenance éventuelle. L'ensemble de ces données vous permettront d'obtenir une vue globale de votre situation future. Présentez-les sur un document PowerPoint (accompagné de la première phase l'écriture du projet) avec des tableaux, des résultats, des organigrammes, etc. Il est nécessaire d'avoir perpétuellement à l'esprit qu'une création d'entreprise nécessite : une approche, des méthodes, une vision, des objectifs, des outils, des hommes et une gestion.

Zoom sur les marchés porteurs

Les secteurs traditionnels :
l'immobilier (achat/vente), le bâtiment, l'artisanat, l'alimentation (et en particulier les pizzerias), l'ouverture à l'international dans de nombreux secteurs (alimentation notamment) car la France a la cote à l'étranger, les services à la personne, les activités de conseil.
Les secteurs innovants : les énergies renouvelables, la biotechnologie, la technologie embarquée (les applications pour iPhone, iPad et Android,) et la géomatique.
L'importance du développement durable : envisager une dimension « développement durable » au moment de créer une entreprise est à la mode. Il s'agit d'une excellente initiative, si elle reste cohérente avec l'activité, le domaine. Par exemple : un artisan peut tout à fait proposer des matériaux non polluants.

 

Salariés : faut-il prendre un congé pour créer son entreprise ?

Il n'y a pas de secret : pour monter son entreprise, il faut du temps ! Même au début, durant la phase de réflexion. Si vous êtes salarié d'une entreprise, il existe différentes dispositions pour se libérer du temps sans démissionner.
Vous avez le droit de demander à votre employeur un congé pour création d'entreprise d'une durée d'un an, renouvelable une fois si vous travaillez depuis plus de 24 mois dans la même entreprise. Vous pouvez également saisir l'opportunité qui vous est offerte de demander un temps partiel pour création d'entreprise.

Etablissez votre demande à l'avance (au moins deux mois avant le départ en congé). Si la réponse de votre employeur est négative, vous pouvez effectuer un recours devant le Conseil des Prud'hommes. L'intérêt de cette procédure : votre contrat de travail est maintenu et vous avez la possibilité de réintégrer l'entreprise si votre projet a échoué.

Dans tous les cas, avant de vous décider, demandez conseil à un expert juridique.

 

L'auto-entreprise pour tester un projet d'entreprise

Se déclarer en tant qu'auto-entrepreneur pour tester la faisabilité d'un projet d'entreprise est une solution qui a déjà séduit de nombreuses personnes. L'inscription se fait simplement en ligne (www.lautoentrepreneur.fr) ou au Centre des formalités d'entreprise (CFE) et les coûts administratifs sont minimes. Vous obtenez ainsi un numéro SIREN, en quelques jours, pour débuter votre activité.
L'avantage : si on ne génère pas de chiffre d'affaires, on ne paie ni cotisations sociales, ni impôt (régime micro-social).

Sachez néanmoins que votre chiffre d'affaires annuel en 2011 devra être inférieur à 80 300 € hors taxes si vous êtes commerçant et 32 100 € hors taxes pour des prestations de services ou pour une activité non commerciale.
Le système reste très souple. Pour cesser son activité d'auto-entrepreneur, il suffit d'envoyer un imprimé (http://media.apce.com/file/68/5/formulaire modifi-cessation act autoentrepreneur.26685.pdf) par lettre recommandée avec accusé de réception au Centre de formalité des entreprises compétent.


 

 

 

 

Frédéric Goldzak
Frédéric Goldzak

Vous aimerez aussi :