Qu'est-ce que le crowdfunding ?

Publié le 25 septembre 2020 Séverine Dégallaix

Vous avez un projet professionnel ? Et vous cherchez un financement ? Le crowdfunding (en français « l’appel au don ») est désormais une option crédible pour pouvoir se lancer, et ce dans plusieurs domaines. Mais comment ça marche, et surtout qu’est-ce que le crowdfunding ? Avec Cadremploi, le crowdfunding n’aura plus aucun secret pour vous.
Qu'est-ce que le crowdfunding ?

Comment définir le crowdfunding ?

En anglais, crowd, c’est la foule, et funding, le financement. Le financement par la foule donc, littéralement. Plus clairement, le crowdfunding consiste à faire un appel au don pour financer un projet. Plusieurs films ont été financés ainsi, comptant sur le dévouement des fans, et le concept s’étend désormais à l’entreprenariat ou à d’autres projets professionnel. Il s’agit de présenter votre projet sur Internet pour convaincre les particuliers comme les investisseurs rodés de faire des dons en votre faveur. C’est une alternative aux méthodes de financement classiques, comme l’investissement personnel ou les prêts bancaires. 

En échange, vous vous engagez généralement, une fois que votre entreprise sera lancée, à proposer une contrepartie. Il peut s’agir de la visibilité d’un logo sur des supports de com’ ou d’envoyer l’un de vos produits à vos financeurs par exemple. Cela peut aussi dépendre de la somme, à vous de fixer des seuils : par exemple, une personne qui vous a versé 20 euros aura droit à un produit, celle qui a donné 100 euros à un t-shirt aux couleurs de l’entreprise, celle qui a donné 200 à une bannière sur votre site, etc. 

Mais attention, en règle générale, le crowdfunding n’est qu’un financement complémentaire, vous ne pourrez pas l’utiliser pour financer l’intégralité de votre projet. Vous pouvez viser un pourcentage de la somme dont vous avez besoin, ou un élément en particulier, par exemple l’achat de matériel. 

Quels sont les différents types de crowdfunding ?

Il existe plusieurs typologies de crowdfunding :

  • Le don : c’est le plus courant, et le plus adapté pour des projets qui répondent à des valeurs, qui touchent les financeurs potentiels. À favoriser si vous lancez un produit ou un service dans le développement durable, la RSE, l’économie solidaire, etc. Il est aussi apprécié pour les projets innovants comme l’invention de gadgets technologiques, puisque vous pouvez facilement proposer le produit en contrepartie.
  • Le prêt : le crowdlending est un dérivé du crowdfunding. Vous vous engagez à rembourser les sommes prêtées, avec ou sans intérêt, dans des délais convenus d’avance.
  • L’investissement : on l’appelle aussi l’equity crowdfunding. En échange de l’argent versé, le financeur obtient une participation au capital de votre entreprise et il touchera des dividendes. Ce mode de financement participatif peut être compliqué à mettre en place pour une toute nouvelle entreprise car il faut que les investisseurs aient assez confiance dans le projet. En revanche, il est idéal si vous êtes déjà bien implanté dans votre secteur et que vous cherchez des financements pour lancer un nouveau produit. 

Bon à savoir : on vous demandera assez peu de comptes pour le don, les financeurs vous donneront de l’argent parce que votre projet leur plaît. Pour le prêt ou l’investissement en revanche, vous avez intérêt à avoir un solide plan en tête et vous pourrez avoir à fournir des justificatifs pour rassurer les investisseurs. 

Le crowdfunding, comment ça marche ?

Il existe des plateformes de crowdfunding sur lesquelles vous pouvez mettre votre projet en avant. Il vous sera demandé de décrire l’entreprise que vous souhaitez créer, ses activités, ses produits, ses objectifs, etc. Vous pouvez vous baser sur votre business plan. Vous avez tout intérêt à rédiger une annonce accrocheuse et détaillée afin de convaincre les investisseurs. En effet, ce mode de financement participatif gagne en popularité depuis sa naissance à la fin des années 2000, et vous serez en concurrence avec d’autres projets. Les investisseurs potentiels doivent choisir votre entreprise plutôt qu’une autre.  

Vous devrez aussi préciser quel montant vous espérez récolter et dans quels délais.  

Quelques exemples de plateformes de crowdfunding

Le choix de la plateforme est particulièrement important : certaines sont spécialisées par secteur, d’autres sont plus généralistes mais n’offrent qu’un type de crowdfunding. Inutile de tenter d’attirer des investisseurs pour votre appli de coaching sportif sur une plateforme dédiée aux énergies renouvelables ! Les taux de succès sont aussi à consulter : sur certaines plateformes, vous trouverez des centaines de projets, mais seulement quelques-uns réussissant à lever les sommes visées, alors que d’autres, plus ciblées, augmentent vos chances de succès. 

Voici quelques exemples de plateformes de crowdfunding pour financer votre projet :

  • KissKissBankBank : pour des projets engagés dans plusieurs domaines (fabrication française, bio, éducation, zéro déchet, santé et handicap, etc.).
  • Ulule : autour des énergies nouvelles et de la réduction de l’empreinte carbone.
  • Anaxago : pour l’immobilier et les start-ups innovantes.
  • Agrilend : du prêt pour l’agriculture.
  • Edulis : pour les start-ups et PME innovantes.
  • Happy Capital : sous forme d’investissement pour tous les types d’entreprises.
  • We fundia : spécialisée dans les prêts inter-entreprises
Séverine Dégallaix
Séverine Dégallaix

Diplômée en presse écrite, Séverine Dégallaix travaille depuis plus de dix ans sur des sujets concernant la recherche d’emploi et la gestion de carrière. A travers des interviews d’employeurs et de spécialistes du marché du travail ainsi que des années de recherches, elle a développé une expertise qui lui permet d’apporter des réponses actuelles aux problématiques rencontrées par les salariés et candidats de tous secteurs.

Vous aimerez aussi :