1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils carrière >
  4. Les 10 maladresses vestimentaires masculines des cadres

Les 10 maladresses vestimentaires masculines des cadres

les-10-maladresses-vestimentaires-masculines-des-cadres

Elodie Buzaud

La montre à chronographe, les boutons de manchette, les mocassins ou encore la barbe s’affichent de plus en plus au bureau. Un cadre a-t-il le droit de succomber à la tentation fashion ? Oui, selon les spécialistes, mais encore faut-il savoir éviter les faux pas. Virgile Mercier et Pierre-Antoine Levy de l’agence For the discerning few, énumèrent les erreurs de look à ne pas commettre, sous peine de passer pour un guignol ou un déjanté… Nos experts ne badinent pas avec le style ! Pour eux, « mieux vaut être trop bien habillé que pas assez ! ».

Les erreurs « fashion »

 

Erreur N°1 : La grosse montre à chronographe

Elle déboule en fanfare dans les magasins et attise l’envie des cadres autant que les voitures de sport. Pourtant, « la montre à chronographe, c’est à réserver aux pilotes de chasse, plaisante Pierre-Antoine Levy. Et portée par-dessus la chemise, n’en parlons même pas ! ». Comme la montre exubérante, les bijoux sont proscrits du « business suit » des cols blancs, hormis l’alliance bien sûr...

 

 

Erreur N°2 : Les boutons de manchette bling-bling

Tous comme les bijoux, les boutons de manchettes clinquant n’ont pas lieu d’être sur le lieu de travail. Arborer de tels apparats c’est « se faire remarquer par manque de subtilité », estime Virgile Mercier.

 

 

 

Erreur N°3 : Les mocassins

Ils font leur come-back aux pieds des hommes et sur les podiums et pourtant, le mocassin ne serait pas l'idéale pour aller travailler car il s’agit tout bonnement d’une chaussure de sport. Et ces dernières sont bien sûr à porter sans modération le week end mais pas au bureau.

 

 

Erreur N°4 : La veste trop courte

« La grande erreur du moment », selon les spécialistes. Et pour cause : les boutiques de prêt-à-porter en entassent plein leurs rayons. Une astuce pour savoir les reconnaître : « une veste fermée ne doit pas découvrir le bas de la chemise », selon Virgile Mercier.

 

 

 

Erreur N°5 : La cravate dénouée

Ça donne un air décontracté et sexy, hein ? Et bien que nenni… Selon nos intransigeants experts, la cravate à peine dénouée et le col de chemise ouvert, « ça ne va pas ! Autant ne pas mettre de cravate du tout ».

 

 

Les erreurs de style les plus courantes

 

Erreur n°6 : Le costume "oversized"

« Ce n’est pas parce que vous portez un costume trop large que vous aurez davantage de charisme », préviennent les spécialistes. Au contraire, les épaules tombantes, le pantalon flagada et les manches extra-larges contribueront à vous donner l’air d’une marionnette plus qu’autre chose…

 

 

Erreur N°7 : La cravate de mariage

Pour avoir la classe, point trop n’en faut. A vouloir trop bien faire, certains pensent se hisser sur leur 31 en ornant une cravate claire, en matière brillante, sertie d’un nœud Winsdor mais « réservez ça au mariage ! », conseille Virgile Mercier. En outre, surveillez la longueur de la cravate. Celle-ci ne doit surtout pas être trop longue !

 

 

Erreur N°8 : Les chemises de croquemort et de clowns

A éviter : les chemises noires, bordeaux et violettes, pour aller bosser. « Il vaut mieux se passer de chemises sombres pour travailler car la chemise, même si elle peut être colorée ou à motifs, doit toujours être plus clair que le costume et la cravate, mais pas forcément blanche », indique Pierre-Antoine Levy.  Aussi, les « mini-cols avec les bords qui rebiquent », sont à exclure, tout comme les chemises fantaisie et les chemisettes. Les hawaïennes, c’est pour les vacances, ok ?

 

 

Erreur N°9 : Les chaussettes flashy ou trop courtes

Les multicolores, les chaussettes Snoopi ou Calimero, au placard ! Evitez les chaussettes qui détonnent. « La chaussette doit être sombre, assortie au costume donc bleue marine, grise ou noire », estime Virgile Mercier. En aucun cas blanche (et surtout pas de chaussettes de sport bien sûr). Rappelez-vous également que la chaussette se porte haute (en mi-bas) et non pas ramassée en bas des chevilles…

 

 

Erreur N°10 : Les cheveux longs

« Coupez-vous les cheveux ! » Cadre, vous n’avez pas le choix, selon les spécialistes. Si la barbe revient, taillée, soignée, les cheveux qui dépassent, ça fait désordre. Pas de coupe mulet donc, ni de mèche, surtout lorsqu’on porte des lunettes et une barbe…

 

 

Elodie Buzaud @ Cadremploi.fr

33

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Mymy

23/01/2016

à 01:34

Un petit commentaire pour un vécu très frais : Je viens de recevoir une réponse positive pour un poste de cadre dans le domaine du marketing et de la communication ce jour même. Posons le décor : Moyenne d'âge dans l'entreprise : 34 ans, tout le monde au garde à vous vestimentaire façon "bien ancré dans la norme": costume complet, cravate, ceinture et richelieu.
Je me suis pointé à l'entretien avec un jean classique foncé, chemise coupe classique noire sans cravate, veste légèrement cintrée sombre et (là ça va hurler) des Adidas Dragon noire au pied ! Je me suis retrouvé en face de tout un tas de candidats de tous âges, tous habillés de la même façon ( donc comme leurs présumés futurs collègues...) et je vous le donne en mille, la DRH a vraiment apprécié la démarche et me l'a fait remarquer... COUP DE BOL ! me direz vous... Non Messieurs Dames car au deuxième entretien c'est mon DG ( du haut de sa bonne cinquantaine et costume 3 pièces) qui a salué le changement... En fin d'entretien, il insista même sur le fait qu'aucun Dress-code n'était en application et m'a parlé pendant 10 minutes des baskets de sa jeunesse!... Tout le monde s'est calqué sur quelque chose qui n'est même pas une norme au sein de l'entreprise !
Je ne suis pas à proprement parler un humaniste qui va crier "L'HOMME AVANT TOUT !" mais soyons un peu objectifs : L'hygiène irréprochable IMPÉRATIF. L'absence de signes ostentatoires OK. La coiffure entretenue, la barbe taillée ÉVIDEMMENT et bien sur le classique chemise et veste. Mais par pitié, on est en 2016 là ! Si un DRH est prêt a tacler un jeune prometteur au motif que le mocassin fait trop sport, si un N+1 est prêt à réprimander un collègue parce que la chemise noire fait croquemort et si ça toise à la machine à café car le nœud Windsor fait "mariage", et bien mes enfants, on ne va plus aller bien loin !

> Répondre

En réponse à Mymy

Pontois Eléonore, Ellie

19/06/2016

à 18:34

Réponse à Mymy : Bonjour, Votre commentaire est très intéressant, mais comme vous l'avez écrit vous-même, le DG qui vous a reçu en deuxième entretien vous a confié, lui-même, qu'aucun dress-code n'était en application. Vous êtes arrivé en "vous-même", et vos compétences, présentation, charisme, etc. ont fait le reste. Quant à vos conclusions, je les comprends mais je vous laisse méditer l'anecdote suivante : j'ai travaillé dans une société américaine pendant 20 ans, avec un dress-code strict, et des règles bien établies. Aucun partner ou manager n'a jamais forcé quiconque à respecter ces règles, mais a gentiment invité l'employé, quel que soit son poste, standardiste ou assistant, à... quitter les lieux. Donc la liberté de chacun a été respectée, comprenez : personne n'a eu de revolver sur la tempe pour respecter les standards de la société ! J'ai assisté à une campagne de recruiting pour un assistant expérimenté. Après l'évaluation d'une trentaine de candidats, seuls deux candidats sont restés en lice, chacun avec les mêmes compétences, les mêmes valeurs humaines, le même charisme. Le partner en charge a choisi celui qui avait respecté le dress-code. Devant ma surprise, il m'a expliqué : Je n'ai pas le temps de faire de l'initiation ! Et puis, quand on se présente à un poste aussi important, on doit se renseigner avant sur les us et coutumes de la société que l'on veut intégrer. C'est une preuve d’adaptation ! A bon entendeur... Cordialement.

> Répondre

En réponse à Mymy

Jay

27/01/2016

à 14:32

Tellement d'accord et pourtant tellement loin de la réalité du terrain... ça me rappelle la légende du type qui a rendu copie blanche au Bac Philo, il n'était même pas surpris d'avoir tapé le 20/20 ! Alors Ok pour le côté "venez comme vous êtes, z'ont pas le droit de nous dire comment s'habiller les recruteurs", en revanche, quand tu décroches enfin un entretien à l'autre bout de la France et que tu te défends devant 10 autres candidats pendant 3h, bah tu laisses ton jean et tes onizuka au placard C'est triste mais c'est statistique : tu auras plus de chance de décrocher un job si tu porte des richelieu en cuir.

D'ici quelques années la donne va surement changer (espérons), mais aujourd'hui c'est la loterie.

> Répondre

nicosprint

09/09/2015

à 17:06

Pauvre France !!!!! et oui "paraître" plutôt "qu'être"....
Me concernant je préfère (mais c'est ma préférence) aller à un entretien, cheveux coupés, rasé de près, lunettes propres, bien habillé et respectant les codes vestimentaires édictés plus haut mais je le fais naturellement (j'ai 47ans).
De là à uniformiser le monde, ça fait peur. Cela me fait penser à nos vieux hommes politiques, tous très intelligents, sur-diplômés, présentable, mais d'une incompétence rare comparé à leurs homologues étrangers.
La France non seulement n'avance plus, mais recule. Nous aimons les codes, les limitations, les règlementations, le passé, notre petit confort présent.
Malheureusement le monde s'est globalisé, les autres pays - nos concurrents - avancent vite, sans contrainte, sans lourdeurs, sans préjugés..... avancent librement, et nous laissent sur place face à nos démons. Les cabinets de recrutements devraient un peu plus se focaliser sur les compétences d'un candidat, plutôt que sur la couleur de sa chemise ou la taille de sa montre, voire même donner moins d'importance aux diplômes pour déceler aujourd'hui les professionnels de demains, les créateurs d'un renouveau national.

> Répondre

Audrey

02/02/2015

à 10:22

Le coup de la montre "chronographe" que ne doivent absolument pas porter les cadres en tout cas lors d'un entretien d'embauche me fait penser aux jalouseries imbéciles des voisins lorsque l'un d'entre eux passe avec sa Porche sans faire d'excès! "Oh regarde qui vient nous narguer avec son fric!" Typically french! En France en effet, surtout cachez votre réussite et votre décontraction que je ne saurait voir...pfff ridicule et surtout hypocryte!

> Répondre

robert

28/12/2014

à 19:30

A l'attention d'océane
Désolé pour vous, mais vous n'auriez même pas été convoquée par mes services. Trop de fautes d'orthographe, même si ce sont des fautes d'inattention. Ensuite la rédactrice de l'actrice a globalement raison. Quoique vous en pensiez, il y a un code vestimentaire que l'on peut ne peut bafouer au travail. Ailleurs, on peut faire ce que l'on veut. Ceci dit, elle aurait pu ajouter l'hygiène et les odeurs agressives qu'elles soient corporelles ou de parfum . cordialement

> Répondre

En réponse à robert

Camille

05/04/2017

à 10:44

La "rédactrice de l'actrice" est aussi une faute d’inattention mais on vous lira pour le fond au lieu de la forme. Il n'est de rigueur qui ne s'applique qu'aux autres.
Pour autant, je vous rejoins sur les odeurs agressives trop fréquentes.

> Répondre

robert

27/12/2014

à 18:18

Désolé pour vous, mais vous n'auriez même pas été convoquée par mes services. Trop de fautes d'orthographe, même si ce sont des fautes d'inattention. Ensuite la rédactrice de l'actrice a globalement raison. Quoique vous en pensiez, il y a un code vestimentaire que l'on peut ne peut bafouer au travail, ailleurs on peut faire ce que l'on veut. Ceci dit elle aurait pu ajouter l'hygiène et les odeurs agressives. cordialement

> Répondre

Océane

24/12/2014

à 22:22

Pour toute franchise, je ne suis pas d'accord avec ces propos. Ce n'est pas une "évidence" comme l'affirme Roméo dans son commentaire. Non, selon moi, c'est plutôt un code vestimentaire stricte et encré dans les mœurs, et cela me rappelle plus un préjugé qu'autre chose. De plus, chaque pays à ses propres normes... Je penses plutôt qu'un cadre peut avoir les cheveux mi-long, et succomber à la mode, sans exagérer non-plus...Il est possible de le dire cette fois-ci, il est évident que l'outrance n'est pas toléré dans ce genre de domaine. Cette opposition des idées m'a tout de suite rappelée la querelle des anciens et des modernes à la fin du XVIIème siècle. Ne pensez-vous pas que les codes vestimentaires des entreprises puissent connaitre un pareil essor, ne serait-ce qu'une plus grande diversité ? Oui je m’emporte un peu haha... Prenons pour exemple la mode de Corée : Ce pays où de nos jours, l'apparence est primordiale, se voit administrer pour cadre des hommes d'âge plus ou moins mûr, à la chevelure mi-longue et à des boutons soigneusement décorés à leur manchettes... Cette rigidité dans les normes me parait péjoratives autant pour l'individus que pour la société. L'expression de soi se remarque aussi avec l'apparence extérieure. Je ne dis pas là que la société doit se laisser aller au grès des mouvements de modes, ni de s'en laisser influencer, mais j'apprécie le fait que la diversité fasse l'unité, et que l'unité fasse la diversité. La norme n'est-elle pas de venir en "costard cravate" ? Celle-ci est respecté, on y a juste ajouté des boutons aux manchettes pour marquer sa singularité. Maintenant s'oppose deux avis : L'un, étant de se différencier les uns des autres, et l'autre, le respect pur et dur des normes de base de la société, autrement dit, aucune distinction. Je conçoit bien sur qu'un "pilote d'avion en vieux training" ou encore un "chirurgien en bermuda"soit proscrit, cela ne respecte aucun code social dans le domaine concerné. Cependant la beauté n'est-elle pas dans la différence ? Là encore nous arrivons à un autre débat... Mais une autre question m'arrive alors : Si ces petites distinctions sont tolérés, la société saura-t-elle les gérer ? N'y aura-t-il pas des excès ou un manque de discrétion ? Quant au fautes de goûts ? Tout le monde à sa propre vison de la mode. Mais qu'est réellement la mode ? Elle ne fait que changer... Beaucoup de questions se succèdent alors... Je penses sincèrement que ce sujet ne pourra pas être résolu avec un oui ou un non. Il n'y a pas de réponse exacte, chaque personne à son propre avis, et je reconnais qu'ici chaque avis à sa part de vérité...

> Répondre

Roméo

20/08/2014

à 20:50

... bravo pour toutes ces évidences! Il est juste malheureux d'avoir encore besoin de répéter cela aux ignorants! Le code vestimentaire est un minimum dans la vie active... Voudriez-vous un pilote d'avion en vieux training? Ou d'un chirurgien en bermuda? Du respect, de la tenue et le monde irait mieux!

> Répondre

Labib65

01/03/2014

à 23:52

Y en a juste de marre de ce genre d'article ! Nous en France on a un gros problème avec le paraitre au lieu de s'occuper de l’être ! On va juger une personne parce que il a telle ou telle paire de chaussures au lieu de juger ses compétences réelles !Prenons exemple sur l'Angleterre ou l'on peut voir des hommes avec des tatouages au look complétement hors norme travailler dans une banque ! Il est dit dans votre article de porter tel type de chaussures.. Et si on a pas les moyens ? On fait comment ? Trop naze !!

> Répondre

Churchill

01/03/2014

à 12:33

Absolument! Très bien dit! C'est aussi simple que cela et aller trop dans le détail est une absurdité. D'autant que juger ainsi relève d'une appréciation subjective du bon goût qui n'a pas lieu d'être.... qui peut se prétendre avoir le goût qu'il faut!

> Répondre

Churchill

01/03/2014

à 12:31

Pourquoi faut-il modéliser tout le monde, cela empêche toute créativité! Quels conseils barbants et has been! Donc en fonction du goût "fashion" ou pas du cabinet de recrutement, vous serez (ou pas) présenté au recruteur final... trop de couches de subjectivité rajoutées... et au-delà, les commentaires contiennent eux-mêmes des fautes de goût, mais posés ainsi comme préjugés, de façon "jugement condescendant" c'est vraiment limite... C'est d'une prétention...

> Répondre

jdy

13/12/2013

à 21:03

Code vestimentaire établi par des vieux. C'est normal que rien ne bouge

> Répondre

S.P.

12/12/2013

à 09:46

Votre conseil numéro 10 est très drôle. J'ai les cheveux longs, un bouc et des lunettes ... Je ne peux donc être cadre ? Je suis fier d'avoir ces attributs, et cela ne m'empêche pas d'obtenir des postes de cadre. Au contraire, ces attributs me définissent dans ma façon d'être. Si cela ne plait pas aux recruteurs (et donc sans doute à mes chefs), je suis HEUREUX de ne pas travailler pour cette entreprise. Depuis quand le look permet de connaitre la personne ?

> Répondre

Brigitte

11/12/2013

à 16:18

Je ne suis pas sure d'avoir réussi à t'envoyer l'article, alors ne m'en veux pas si tu l'as reçu 2 fois. Bisous
Brigitte

> Répondre

uncadreheureux

11/12/2013

à 15:36

La plus grosse erreur serait plutôt de donner raison à ces pré-jugés archaïques, fondés sur un vide absolu de raisonnement et même de réalisme... 'ils sont tous beaux et classes les recruteurs que l'on rencontre...'.
Même si on ne peut que remarquer les apparences, si les recruteurs d'aujourd'hui se fient encore à "l'emballage", c'est que c'est un métier qui a encore beaucoup à apprendre (et à se professionnaliser). Se focaliser sur l'apparence, ça fait "joli" mais c'est aussi un symptôme de mal-être dans sa peau.... ça expliquerait peut être pourquoi en France pas mal de postes de cadres sont pourvus par des frustrés tyrans et handicapés des relations humaines... (pourtant manager c'est aussi ca)
En 2013 ce genre de postulats sont du même acabit que celui qui énonce que la place de la femme est à la cuisine... et oui cher recruteur... nous aussi on peut avoir des préjugés sur vous et votre petitesse d'esprit...
Dieu merci, les entreprises où il fait bon vivre ne feront pas appels à vos conseils des "avisés" a peine bons pour les années 90 et nos mondes resteront bien séparés (il y a quand même des structures intelligentes où on se sent bien, et sans costard) ! ! !

Merci à cadremploi de rappeler à quel point la mentalité Française a besoin d'un bon coup de jeune... CE n'est pas que pour l'argent que les talents fuient ! Il y a la bétise aussi

> Répondre

PhF

11/12/2013

à 14:25

Je crois que c'est surtout un problème de culture d'entreprise. Il faut s'accorder à l'environnement tout en gardant une petite touche de soi-même.
Dans tous les cas il faut être "soigné", marque de respect des collègues, clients et fournisseurs.

> Répondre

zelmira

11/12/2013

à 14:21

Bonjour Elodie,

Merci pour le rappel de ces fondamentaux. En même temps, il serait peut-être utile de nuancer le propos en précisant que les codes vestimentaires masculins peuvent également varier d'un secteur à l'autre...

Les dress code ne sont par exemple pas les mêmes dans la Pub, le commerce, la finance, ou encore le design.

> Répondre

perlin pinpin

11/12/2013

à 13:57

je suis surprise des réactions.... dans l'enseignement professionnel, nous avons instauré un jour où profs comme élèves viennent en tenue professionnelle. C'est nécessaire car en début d'année, vous avez des jeunes qui gardent l’étiquette en bas de manche de leur veste. Personne ne leur a dit qu'elle doit être décousue.
Combien de filles arrivent sans avoir coupé le fil de bâti qui permet de maintenir un pli fermé! C'est l'occasion d'expliquer que cette piqûre ne fait pas partie de la tenue, mais est une aide au transport du vêtement, à son bon état dans les rayons: le vêtement tombe encore bien au fil des manipulations.
La chemise violette ou marron, ou de couleurs sombres: c'est la plus risquée... elle est synonyme d'employés. C'est l'uniforme du salarié tout simplement. C'est un code inventé par les salariés eux même... mais c'est un code comme un autre.

> Répondre

RB

11/12/2013

à 13:13

Bonjour,

D'accord ou pas avec ces "conseils" n'a pas vraiment important puisque chacun à sa propre opinion du ''bien habillé''.
Je pense que nos "experts" ont oublié un point primordial : l'HYGIENE.
Bien dans son costard/cravate mais puant à 100 lieux est bien plus choquant que le jeans/ chemise / baskets.
On a tous eu un jour ce modèle devant nous ... et notre nez s'en rappelle ...! donc avant de mettre sa tenue, le bon cadre doit se laver et les autres aussi.
Bon allez , j'ai du boulot ...
RB

> Répondre

juju

12/11/2012

à 20:21

A la lecture de ces conseils, et si l'on devait tous les appliquer, bonjour tristesse et monotonie ! Il n'y a rien de plus démoralisant que de voir tout le monde habillé pareil !

Pourquoi dire non aux montres fluo, ou aux boutons de manchettes élégants, ou à la cravate dénouée pour ceux qui s'étranglent dans leur col trop petit, ou aux cravates colorées sur des chemises noires + costume noir, ou encore aux chaussettes assorties à la cravate ?

Et que peut-on reprocher au violet :)
Le bon goût n'est-il pas nature subjectif ?

Le style vestimentaire doit rester un marqueur de personnalité, un élément de liberté individuelle souvent restreint un dress-code souvent strict. Porter un costume-cravates tous les jours est bien assez conventionnel ! D'autant que l'on ne demande presque jamais la même rigueur aux cadres féminines, à savoir le tailleur et la jupe droite sous le genou !

Un employé bridé dans ses choix vestimentaires est un employé triste qui ne sourit pas le matin en allant au travail !

> Répondre

fitness

06/11/2012

à 12:41

Uniformisation, sinistrose de couleurs sombres, ternes. Et pourquoi pas se passer une crême sur les parties visibles du corps, comme cela nous aurons aussi la même couleur.
Et pour les vêtements allons plus loin, vous manquez d'audace. La même blouse pour tous.
C'est bien ce qui manque dans les entreprises: des couleurs, des genres, le respect de la personnalité.

> Répondre

K-Rouble

28/10/2012

à 10:32

J'ai passé dix ans dans l'armée française. L'avantage de l'uniforme c'est qu'il met tout le monde sur un pied d'égalité et affiche clairement la hiérarchie. Dans le civil, chacun fait avec les moyens du bord, les codes varient selon le bon vouloir de dirigeants qui ont, a bien y regarder des habitudes plutôt comiques (heureusement il a été démontré que le ridicule ne tue pas,...). Les singeries des engoncés du costard sont très amusantes si l'on prend le recul nécessaire.

Est il seulement venu à l'esprit de l'un de ces "bien-pensant" à la pensée qui lave plus blanc que blanc que l'on pouvait ne pas serrer son col de chemise ou ne pas mettre de cravate parce que l'on ne le supportait tout simplement pas ? (sensation d'étouffement, de panique, etc ... ce n'est là qu'un échantillon d'exemple).

Voila ce que m'inspirent ces codes tous plus bidons les uns que les autres : fonction de l'époque, du métier, de l'environnement, des états d'âmes ... au point d'ailleurs qu'une enseigne en arrive à faire de la pub "venez comme vous êtes !" ..; comme quoi ...
cela va dans le sens d'une société du "paraitre" plutôt que de "l'être". C'est à dire exactement l'inverse de ce que vous enseigne les coachs en développement personnel "soyez authentique". .... Bref du moment qu'il y a du fric à la clef, que l'on peut déstabiliser des candidats, c'est la foire du grand n'importe quoi. J'apprends à mes enfants à ne pas juger sur l'apparence, comment justifier que papa va au travail en 3 pièces-cravate pour "respecter les codes" ? Allo les bien-pensant ... vous avez la réponse qui vaincra la logique et le bon sens des enfants ?

Et si les salariés, les chômeurs jugeaient sur pièces les recruteurs selon des critères d'humanité, d'authenticité ? ...Uniquement sur l'apparence bien sûr, je serais curieux de connaitre le résultat d'un tel sondage et dans quelle mesure ce résultat mettrait en évidence les disonances entre les apparences et les convictions des recruteurs. Non le recruteur au style "business killer" ne m'attire pas, mais ai je le choix ?

> Répondre

jean de la menxa

27/10/2012

à 13:50

Je pense que cela est en partie vrais lors d'un recrutement, cependant dieu merci la sillicon valley a su passer outre ces codes... vive la France, à nos entreprises qui s 'exportent si bien, à nos grands dirigeants Français qui dominent indéniablement les conseils d'administration internationaux et à notre marché de l'emploi si dynamique.

> Répondre

Arnaud

18/10/2012

à 10:44

N'importe quoi cette article ! C'est avec des articles pareils que l'on n'évolue pas.

Je suis cadre, et je vais chez mes clients petits ou grands comptes en jean, baskets, chemise et blouson cuire. J'ai jamais eu de remarque sur mon habillement ! Ah si une fois, lorsque j'étais arrivé dans ma société, débutant à l'époque, en chaussure ciré, pantalon noir, et chemine + veste de costume. Mes collègues et responsables étaient étonnés et amusés. Pourtant je suis dans une SSII de 110 personnes.

> Répondre

Open mind

16/10/2012

à 10:56

Ces commentaires sont d'une ringardise franco franchouillarde. Allez donc faire un tour du coté des US , ils cherchent (et ils trouvent) de la compétences en se foutant complétement de la tenue vestimentaire, comme des diplômes d'ailleurs .
Français , quand sortirez vous de vos : "fesses pincées et bouche en cul de poule" . Regardez les compétences, testez, bousculez, challengez, mais oubliez le costard et les diplômes, oubliez l'héritage de l'ENA. Fell free to be creative and to give a boost to your mind!

Bravo à Frenchlova et Parker Lewis pour leur commentaires!

> Répondre

Pedro de la pampa

16/10/2012

à 09:51

Parfait pour bosser dans la banque à la Défense...

j'espère que cet article est du second degré. J'aimerai voir la dégaine quotidienne de nos deux experts sortis tout droit d'une émission M6, qui doivent transgresser au moins la moitié des points ci dessus.

En suivant à la lettre les reco, on arrivent donc à ressembler à un cadre de chez IBM dans les années 70.

J'ai même des candidats en entretien de recrutement sans cravate, oulala ! Faute de gout ! Réveillez vous, la société bouge ça fait longtemps que vous n'êtes pas allés mettre le nez dehors.

Et pour répondre à l'accroche de l'article, oui un cadre a le droit de succomber à la tentation de la mode, à la seule condition qu'il s'assume. Et si on passe pour un guignol dans sa boîte, c'est surement pas à cause de son staïle. On écoute un collaborateur intéressant, même avec un costume trop grand.

> Répondre

jfb92

16/10/2012

à 08:56

donc pour ces experts, c'est tout le monde en pingouin!

cool

> Répondre

Jean-Baptiste Paris 6

16/10/2012

à 08:17

Tant que certains prodigueront ces conseils et que d'autres les liront sans prendre le temps de se poser les bonnes questions, le mauvais goût français a bel avenir. Si pour être cadre, il faut orner un costume RATP, alors j'espère que nos sympathiques chauffeurs de bus ont accès à ce statut. S'il suffit de "copier/coller" ses collègues jusqu'à la fin de sa carrière, alors j'espère qu'aucun cadre n'occupe de poste créatif.
Ce type d'article est stérile. La sélection naturelle fait qu'une personne n'ayant aucun égard pour l'habillement sera la bienvenue dans une entreprise à la philosophie équivalente (pompes funèbres par exemple). Le bon goût et l'élégance sont des notions subjectives, partie intégrantes de la culture et de l'éducation. Par ailleurs, ses fondements évoluent au gré des collections. Une personne doit assumer ses choix vestimentaires et je serai bien plus sévère avec une personne ne prenant pas soin d'elle, qu'un interlocuteur ayant puisé son inspiration dans le dernier GQ. Sans pour autant verser dans le vendeur de bas étage ou la racaille sophistiquee (par rapport aux standards de ses amis footballers) portant une chemise à 3 cols et aux boutons carrés... Bref, l'élégance se cultive, s'entretient, on se l'approprie selon sa morphologie. J'aime les montres Zénith et les chaussettes Paul Smith colorées. Je laisse les candidats sans personnalité s'imprégner de vos "conseils".

> Répondre

nep5416

16/10/2012

à 07:44

Quelle tristesse !
ce qui me désole, c'est de voir un cadre en costume noir avec sa petite cravate bien nouée et sa petite chemise clair. Chaussé dans des chaussure d'une grande banalité. Et lorsque je vois ce cadre bien coiffé, je me dis "en quoi ce bonhomme est différent des autres ? que peut-il m'apporter ?" Oh coach vestimentaire, t'es mauvais !

> Répondre

FRENCHLOVA

14/10/2012

à 19:34

Que de bêtise, de couardise et de conformisme.... à la française !

Même les banquiers et le comptables sont passés a autre chose...

Et pour répondre au commentaire précédent, a part quelques responsables grands comptes lors de négociation, et pour l ensemble de la profession lors de l entretien d embauche, ces codes n ont plus cours chez les commerciaux, même cadres.

Je travaille en jeans, veste de costume, chemise sans cravate comme mes collègues, et je suis cadre.. Et non, nous ne travaillons pas pour une start-up.

Je suis assez d accord avec l'article au sujet de la cravatte, avec ou sans mais pas les deux, sinon le weekend pour se donner un cote Dandy, du moins y croire. En fin de journée avec la fatigue ça fait vite "Roger, bourré, sort de boite de nuit"

Les boutons de manchettes non bling-bling ??? C est a dire ? L intérêt même du bouton de manchette, ce de ne pas ressembler a un bouton en nacre. Des lors tout devient ostentatoire... tant qu on ne verse pas dans le Mickey ou la couleur qui fâche....

Idem pour la montre a chronographe ? Il y a des montres énormes qui n ont pas cette complication et des chronographes extra plats et de diamètre très petits qui se glissent sous la chemise. Quand on connait pas les montres, on se tait.

Les montres c est comme les vêtements il faut porter ce qui vous va avec plus ou moins de tolérance sur le résultat esthétique. Un géant avec une petite montre, c est grotesque ! Et s'il porte une grosse montre, elle se verra qu'il le veuille ou non.... Je laisse notre coach porter sa flick-flack, ou penser que porter une Patek ridiculement petite rend élégant....

Bon j arrête, y a trop a redire... et vive l’Angleterre où ne vit pas notre champion de coaching professionnel heureusement !

> Répondre

Parker Lewis

14/10/2012

à 11:20

A la lecture de l'article, il apparaît évident que le plus simple est encore de ne pas être en costume : en blue jean, snickers noires et polo (éventuellement sous un pull), on évite d'office et par construction les écueils 3, 4, 5, 6, 7 & 8 (voire 9 : jamais mes chaussettes de sport blanches ne sont apparentes sous le jean...)

Que ça évite la tristesse du moule uniforme et oppressant décrit dans l'article n'est pas non plus le moindre des avantages (en plus également du confort).

Et même si d'accord, il vaut alors en général mieux être ingénieur que commercial, ça n'empêche pas d'être en tenue tout à fait correcte et sérieux dans son boulot. A partir de là...

> Répondre

+