1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils carrière >
  4. Les 10 signes qui montrent qu’il est temps de démissionner

Les 10 signes qui montrent qu’il est temps de démissionner

les-10-signes-qui-montrent-quil-est-temps-de-demissionner

Régis Delanoë

Il est parfois difficile de sortir de sa zone de confort et d’oser quitter son employeur. Pourtant, certains signes plus ou moins subtils montrent qu’il est grand temps pour vous de songer à aller voir ailleurs. La preuve par dix.

Vous allez au travail à reculons

Le manque d’envie est souvent l’un des premiers signes qui prouve qu’il est peut-être temps de passer à autre chose. Si l’enthousiasme de vos débuts dans l’entreprise vous a complètement quitté, que vous rechignez chaque dimanche soir à penser au retour au travail le lendemain, songez à tourner la page pour retrouver votre motivation d’antan.

Vous n’apprenez plus rien

La routine est l’un des ennemis de la vie active. Une monotonie qui peut s’installer insidieusement à force d’avoir fait le tour de votre poste actuel et des missions qui vous sont confiées. Des challenges motivants se présentent-ils à vous ? Si rien ne vient à l’horizon, il est possible qu’il faille aller voir ailleurs à court terme pour les retrouver…

Vous ne percevez aucun signe de promotion en interne

Pour progresser au sein d’une même entreprise, il faut pouvoir évoluer, se voir proposer de nouveaux défis : plus d’encadrement, plus de responsabilités, une spécialisation, une évolution horizontale. Si rien de tout cela ne vous est proposé, ni au cours de l’entretien annuel ni le reste de l’année, c’est qu’un divorce à l’amiable est sans doute dans l’air…

À lire aussi >> Quelle stratégie pour obtenir une promotion interne

Vous n’avez plus reçu d’augmentation salariale depuis un moment

Autre signe qui ne trompe pas : la stagnation salariale. Certaines revalorisations de rémunération peuvent être automatiques année après année mais elles peuvent aussi dépendre du bon vouloir de votre employeur. Si rien ne vient de ce point de vue (hausse de salaire ou nouvelles primes et intéressements), la baisse de motivation légitime qui en découle peut donner des envies d’ailleurs.

Vous êtes parmi les plus anciens de l’entreprise

Regardez autour de vous : vos collègues de travail ont-ils tous été recrutés après vous ? Si c’est le cas, vous êtes un doyen. Parfois c’est une bonne chose mais c’est aussi peut-être un signe qu’il est temps pour vous de saisir d’autres opportunités…

Vous procrastinez systématiquement

Des missions peu inspirantes, des petits coups de mou, cela peut arriver à tout le monde. Mais si vous finissez par tout faire au dernier moment et en urgence, c’est certainement que quelque chose cloche. Une baisse de motivation ? Si elle est passagère, il est possible d’y remédier. Si elle est générale, un conseil : envisagez la démission comme solution pour retrouver une dynamique.

À lire aussi >> Procrastination efficace au travail, c’est possible !

Vous voyez les choses négativement

Les signes verbaux sont également à prendre en considération. « On n’y arrivera jamais », « la concurrence est trop forte », « c’est la crise et on n’y peut rien » : autant de phrases négatives qui sont des indices de découragement manifeste. Une remobilisation peut passer par la quête d’un nouveau défi professionnel à relever.

Vous ne vous sentez plus en adéquation avec les valeurs de l’entreprise

Entre le moment où vous avez été embauché et aujourd’hui, l’entreprise a peut-être changé et ses valeurs aussi. La PME familiale dans laquelle vous vous reconnaissiez a par exemple pu grandir à tel point que les rapports humains ne sont plus les mêmes. Si cela vous pose un problème sur le long terme, peut-être faut-il là encore songer à partir vers d’autres horizons.

À lire aussi >> Choisir son nouvel employeur en fonction de ses valeurs morales

Vous êtes à un virage dans votre carrière professionnelle

Les envies de démission peuvent aussi dépendre de votre âge et du contexte. Le jeune célibataire que vous étiez quand vous avez accepté d’occuper un poste impliquant de nombreux déplacements peut souhaiter passer à autre chose maintenant qu’il a fondé une famille. Ou, à l’inverse, l’assurance acquise avec l’expérience peut vous inciter à relever de plus gros challenges dans une autre structure…

À lire aussi >> Démission en CDI : comment démissionner ?

Vous recevez des appels du pied de chasseurs de tête

Un dernier signe qui ne trompe pas : vous êtes régulièrement contacté par des chasseurs de tête via les réseaux sociaux, ou directement par une entreprise qui vient aux nouvelles. C’est signe que votre profil est séduisant sur le marché de l’emploi et que c’est peut-être le bon moment pour mettre à profit cette situation.

25

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

parr

11/12/2018

à 22:35

je suis actuellement dans cette demarche , et l article correspond aux questions que je me suis posée...

plus de challenge, une voie de garage , un personnel difficile que rien ne contente....ca m ennuie donc je pars vers d autres cieux , meme si l herbe n y est pas plus verte.

> Répondre

remi.sauvignet@gpm.fr

11/12/2018

à 11:52

Personnellement, si j'ai démissionné de mon précédent emploi, c'est parce que je n'apprenais plus rien, même en me mettant en danger (ne préparent rien), on me trouvait brillant... Même si j'adorai le job et ma boîte, j'étais en pilotage automatique, parmi les plus anciens et sans évolution de carrière parce que je faisais (trop) bien le job et ... que personne ne voulait le faire ... Effectivement, jeune et célibataire, j'avais accepté les 90 déplacements par an France entière dans la journée (levé 5 heures, retour 21 heures) et 8 ans après, je n'avais pas beaucoup vu mon fils ne 6 ans et ne tenant pas à ne pas voir non plus ma fille de 1 an, je suis donc parti.
Je retrouve dans cet article l'ensemble des raisons qui m'ont amené à démissionner. Démission dont 2 ans et demi après, je me félicite toujours. L'herbe n'est pas plus verte ailleurs, elle est différente. Tout n'est qu'une question de point de vue.

> Répondre

Anrony

11/12/2018

à 11:33

Ne pas lâcher la proie pour l'ombre équivaut à démissionner pour des sirènes. Effectivement des recruteurs me contacte et je ressens ce manque flagrant de motivations. Pour autant, avant de sauter le pas , je dois assurer le bien être de ma famille. Aussi sans être pleinement rassuré j aurais du mal à lâcher cette fameuse proie pour l'ombre.

> Répondre

JeanPhi

11/12/2018

à 11:29

Je rempli toutes les cases... c'est grave Docteur ??

> Répondre

Younes

11/12/2018

à 11:24

Merci pour cet article qui, à mon avis, aurait du être un peu plus développé. Je n'approuve pas tous les points cités (par exemple, celui d'être parmi les plus anciens ne veut pas dire qu'on stagne à son poste ou qu'on reste uniquement pour le confort) mais il est vrai que le changement peut faire peur.
Par contre, au niveau de la rédaction, je pense qu'aujourd'hui, c'est la haute pression... Il faut sortir un article impérativement. Et les articles sortent trop souvent avec le minimum d'informations et/ou sont souvent bâclés. Faut-il songer à aller voir ailleurs ??

> Répondre

Aimée

11/12/2018

à 10:52

D’accord avec Francis. Il suffit que ton chef soit con et tu es dégoûté de ton travail.

> Répondre

Francis

23/11/2018

à 16:46

Je ne partage pas cet article, dans une entreprise comme dans la vie, certains signaux ne doivent pas conduire à une démission systématique. Souvent la roue tourne, et l'herbe n'est pas toujours plus verte ailleurs.
Une démission peut aussi être une forme de lacheté, un manque de courage personnel, un moyen de renvoyer ses erreurs sur les autres et laisser le bébé aux autres avec l'eau du bain.

> Répondre

En réponse à Francis

Uelo

11/12/2018

à 22:56

Mr le courageux, ne bougez pas de votre poste !

> Répondre

En réponse à Francis

Njohanna

11/12/2018

à 17:38

Alors il est temps pour moi de démissionner. 20 ans dans l'entreprise, aujourd'hui, je tourne en rond. Merci pour cet article qui valide mon ressenti.

> Répondre

En réponse à Francis

Emi

11/12/2018

à 13:51

Bonjour Francis ,

Je ne suis pas complètement d’accord sur tout ce que vous dites, cela dépend de beaucoup de raisons qui peuvent personnelles et professionnelles . Démissionner quand on est dans une entreprise depuis tres longtemps , qui tourne bien , où des liens se sont créent , une bonne Ambiance, mais ou pas de reconnaissance , un métiers qui nous plait plus , et d’autres encore ,c’est aussi courageux de prendre la décision d’en partir , car on ne sait ce qu’on gagne effectivement et on s’en retouve face à l’inconnu, on perd nos repères, on doit se reconstruire ... ce n’est pas lache , il faut parfois passer par la pour apprendre sur soi , avancer avec eux nouveaux objectifs...
tout dépend aussi de la taille de l’entreprise , une personne qui s’en va soit on l’a remplace très vite , soit on donnera la tache à une autre personne de la boîte.
Bref on a tous les droit à un moment de décider de partir , de penser à soi, sa famille , car personne le fera pour toi , et chacun de le respecter .

> Répondre

En réponse à Francis

michel

11/12/2018

à 13:06

Bonjour Francis,

En poste comme cadre dirigeant, je viens de démission après 5 mois de négociation pour une simple raison car je ne voulais pas être reconnu comme gérant de fait et risquer de subir des conséquences financières et juridiques pour une société qui n'est pas la mienne. Vous voyez, je n'ai pas l'impression d'être lâche ou de refuser mes responsabilités mais plutôt d'être prudent. Je formule souvent à mes équipes qu'une bonne l'analyse doit se faire sans préjugé et sans aprioris mais sur la réflexion en prenant compte toutes les composantes.
Permettez moi de vous dire que vous êtes réducteur dans vos affirmations. Dommage!

> Répondre

En réponse à Francis

phil

11/12/2018

à 12:35

Francis, cela sent le vecu et pas l article acrrocheur tel qu'il est presenté ! Mais il y en a tellement

> Répondre

En réponse à Francis

Dsf

11/12/2018

à 12:25

La roue tourne... Ou pas !!! Je pense que la lâcheté serai plus de reste. Compte uniquement sur toi pour gérer ta carrière. Les coups de pouces extérieures seront que bonus.

> Répondre

En réponse à Francis

sebastien

11/12/2018

à 12:21

On ne peut comparer vie pro et vie perso Francis, combien de gens restent dans leur confort par la peur du vide ??? Démissionner est une réelle preuve de courage si vous avez au préalable fait le job. Lorsque l'entreprise véhicule des valeurs qui ne vous sied plus, partez la tête haute => c'est aussi se respecter ! Pourquoi parler d'erreurs ou d'abandonner Bébé ; c'est juste une remise en question nécessaire pour certains.

> Répondre

En réponse à Francis

Oliv

11/12/2018

à 12:01

Je ne partage pas votre avis. Une démission n'est que rarement une forme de lâcheté, bien au contraire. Penser que la roue tourne, que la situation va évoluer positivement alors qu'elle est enlisée depuis des mois, se persuader que l'herbe n'est pas forcément plus verte ailleurs, c'est précisément refuser de prendre le risque d'un nouveau départ et donc manquer de courage.

Je conçois qu'il ne soit pas forcément possible ou facile de changer de travail pour tout le monde, mais ne traitez pas les démissionnaires de lâches. Ou serait-ce le signe d'une certaine jalousie ou de votre propre lâcheté?

Le travail occupe une telle place dans notre vie qu'il est normal de chercher à s'y épanouir. Libre à chacun de rester à un endroit qui ne lui convient pas, mais vous ne m'empêcherez pas de trouver cela assez peu naturel.

Quant à l'utilisation incorrecte d'une expression ("laisser le bébé aux autres avec l'eau de bain"???),cela ne fait que discréditer votre argumentaire.

> Répondre

En réponse à Francis

Luciole

11/12/2018

à 11:43

Ta réponse est un peu ridicule. Quand tu ne te sens plus bien dans ta vie perso ou professionnel et que tu as déjà tout essayé pour arranger les choses il est bien mieux de partir plutôt que de rester sans avancer.
Tu crois que faire du surplace c'est bon pour ton épanouissement personnel?
Non je ne crois pas... donc effectivement moi JE PARTAGE TOTALEMENT LES IDEES DE CET ARTICLE CAR lorsque la situation n'avance pas bas il vaut mieux passer à autre chose pour se sentir mieux et ne plus se lever avec la boule au ventre.

> Répondre

En réponse à Francis

Cire

11/12/2018

à 11:22

Soit, je ne partage pas également le fond de cet article.

Mais votre commentaire prête l'idée de la performance.
Curiosité :
L'entreprise française est trop accès sur une culture du capital, pas encore à l'image d'une SCOP, sociale et volontaire.
C'est dire la force de travail qu'offre nos contemporains.
Et avec tout le respect et humilité, je ne suis pas de ceux qui croient aux "slogans" tels que "l'herbe n'est pas toujours plus verte ailleurs", "gagner sa vie".
La vie ne vaut-elle pas mieux qu'une reconnaissance et un salaire ?
Une démission n'est pas une lâcheté.
Elle est avant tout contextuelle, assumée et associée à l'environnement dans lequel le salarié (personne jointe à un contrat) se situe dans le collectif.
Sa liberté.
Elle a un sens.
Et certes elle ne doit pas être aliénée, à des codes entrepreneuriaux standards, arriérés, mais bien dans un temps contemporains ... il s'agit alors d'un paradigme qui va au-delà des registres ancestraux.
Le Code du Travail aurait-il fort à faire ?

Bien cordialement

> Répondre

En réponse à Francis

Gg

30/11/2018

à 22:22

D'accord avec Francis. A nous aussi de faire "vivre" notre emploi. Trop facile d'aller voir ailleurs. Ce type de posts sur @ profitent surtout aux patrons : Turn over = possibilité de réduire les coûts salariaux et de tuer les actions collectives. Pas d'anciens = que des jeunes = pouvoir facile.

> Répondre

En réponse à Gg

Emi

11/12/2018

à 18:13

Pardonnez moi Gg , ce n’est pas trop facile de partir malheureusement , je pense qu’en vous êtes une personne qui n’a jamais ressenti ce besoin et tant mieux pour vous , je vous le souhaite pas , mais respectez les . Si vous vous êtes bien la ou vous êtes , c’est alors une belle chose et continuez ainsi à vivre votre metier avec passion ! Effectivement certaines entreprises vous proposent des missions par exemple pour pas perdre l’an motivation et c’est très bien, à condition qu’il y ai un retour sur investissement , ce qui n’est pas le cas partout .
Je ne sais quel est votre métier , mais je souhaite que vous le vivez aussi bien le plus longtemps possible

> Répondre

En réponse à Gg

Emi

11/12/2018

à 17:37

Pardonnez moi Gg , ce n’est pas trop facile de partir malheureusement , je pense qu’en vous êtes une personne qui n’a jamais ressenti ce besoin et tant mieux pour vous , je vous le souhaite pas , mais respectez les . Si vous vous êtes bien la ou vous êtes , c’est alors une belle chose et continuez ainsi à vivre votre metier avec passion ! Effectivement certaines entreprises vous proposent des missions par exemple pour pas perdre l’an motivation et c’est très bien, à condition qu’il y ai un retour sur investissement , ce qui n’est pas le cas partout .
Je ne sais quel est votre métier , mais je souhaite que vous le vivez aussi bien le plus longtemps possible

> Répondre

En réponse à Gg

Emi

11/12/2018

à 14:00

Pardonnez moi Gg , ce n’est pas trop facile de partir malheureusement , je pense qu’en vous êtes une personne qui n’a jamais ressenti ce besoin et tant mieux pour vous , je vous le souhaite pas , mais respectez les . Si vous vous êtes bien la ou vous êtes , c’est alors une belle chose et continuez ainsi à vivre votre metier avec passion ! Effectivement certaines entreprises vous proposent des missions par exemple pour pas perdre l’an motivation et c’est très bien, à condition qu’il y ai un retour sur investissement , ce qui n’est pas le cas partout .
Je ne sais quel est votre métier , mais je souhaite que vous le vivez aussi bien le plus longtemps possible

> Répondre

En réponse à Francis

Cyril

30/11/2018

à 11:22

Je nuancerai votre propos, en effet on peut tous être en proie à une baisse de motivation qui est strictement personnel, mais je pense qu'au contraire, il est plus difficile de démissionner que de rester dans sa zone de confort.

> Répondre

En réponse à Francis

Cyril

30/11/2018

à 10:11

Je nuancerai votre propos, en effet on peut tous être en proie à une baisse de motivation qui est strictement personnel, mais je pense qu'au contraire, il est plus difficile de démissionner que de rester dans sa zone de confort.

> Répondre

LIOGIE PASCAL

14/11/2018

à 11:37

oui il est vrai que faute d'intêret il faut évoluer vers d'autres structures pour apprendre dans des environnements différents ainsi se forge la véritable expérience qui permet de s'adapter en toute circonstance et de progresser à l'acquisition de nouvelles competences.

> Répondre

Bouchaib RIYAMI

13/11/2018

à 19:29

Je confirme les paroles de cet article.

> Répondre

+